Accueil | Actualités | Médias | Un journaliste du Monde sur écoute pendant un mois
Pub­lié le 11 septembre 2013 | Éti­quettes : ,

Un journaliste du Monde sur écoute pendant un mois

Dans un article publié ce lundi 9 septembre, Le Monde révèle que l’un de ses journalistes a été mis sur écoute pendant un mois.

Il s’agit de Gérard Davet, qui avait publié un article dans le cadre de l’affaire du « gang des barbares » (séquestration et meurtre d’Ilan Halimi) en mars 2006. Une vingtaine de personnes mises en cause y racontaient le calvaire du jeune homme. L’article se basait sur leurs auditions devant les policiers.

Seulement l’un d’entre eux, Samir Aït Abdelmalek, bras droit de Youssouf Fofana, avait alors porté plainte avec constitution de partie civile le 10 avril 2006, jugeant qu’« eu égard à la précision des propos rapportés par les journalistes, ceux-ci avaient nécessairement eu communication en violation du secret de l'enquête et de l'instruction de procès-verbaux issus de l'enquête ». Une enquête avait suivi et c’est dans le cadre de celle-ci que les relevés téléphoniques (« fadettes ») de Gérard Davet avaient été consultés et que celui-ci avait été placé sur écoute pendant un mois.

C’est en tout cas ce que vient de découvrir une avocate du Monde. Le journal dénonce « une détestable habitude », rappelant les antécédents en matière de « fadettes » – affaire Bettencourt notamment. « Les avocats de Gérard Davet et du Monde, Mes Marie Burguburu et François Saint-Pierre, vont déposer devant la cour d'appel une demande de nullité de la procédure, avant de pouvoir porter plainte », a ajouté le journal.

Crédit photo : amenagement_numerique via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux