Accueil | Actualités | Médias | Un journaliste du Monde sur écoute pendant un mois
Pub­lié le 11 septembre 2013 | Éti­quettes : ,

Un journaliste du Monde sur écoute pendant un mois

Dans un article publié ce lundi 9 septembre, Le Monde révèle que l’un de ses journalistes a été mis sur écoute pendant un mois.

Il s’agit de Gérard Davet, qui avait publié un article dans le cadre de l’affaire du « gang des barbares » (séquestration et meurtre d’Ilan Halimi) en mars 2006. Une vingtaine de personnes mises en cause y racontaient le calvaire du jeune homme. L’article se basait sur leurs auditions devant les policiers.

Seulement l’un d’entre eux, Samir Aït Abdelmalek, bras droit de Youssouf Fofana, avait alors porté plainte avec constitution de partie civile le 10 avril 2006, jugeant qu’« eu égard à la précision des propos rapportés par les journalistes, ceux-ci avaient nécessairement eu communication en violation du secret de l'enquête et de l'instruction de procès-verbaux issus de l'enquête ». Une enquête avait suivi et c’est dans le cadre de celle-ci que les relevés téléphoniques (« fadettes ») de Gérard Davet avaient été consultés et que celui-ci avait été placé sur écoute pendant un mois.

C’est en tout cas ce que vient de découvrir une avocate du Monde. Le journal dénonce « une détestable habitude », rappelant les antécédents en matière de « fadettes » – affaire Bettencourt notamment. « Les avocats de Gérard Davet et du Monde, Mes Marie Burguburu et François Saint-Pierre, vont déposer devant la cour d'appel une demande de nullité de la procédure, avant de pouvoir porter plainte », a ajouté le journal.

Crédit photo : amenagement_numerique via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This