Accueil | Actualités | Médias | Un journaliste agressé par des agents de Montreuil
Pub­lié le 7 juin 2013 | Éti­quettes :

Un journaliste agressé par des agents de Montreuil

Dans une vidéo publiée sur leur site internet, Les Inrockuptibles font part de violences d’agents municipaux de Montreuil à l’égard d’un journaliste.

Ce dernier, présent à titre personnel à un concert à Montreuil, a remarqué la présence du directeur des « agents de surveillance de la voie publique » (ASVP), Denis Hochard, sur lequel il mène justement une enquête au sujet de violences et dérapages sur la voie publique de ces agents municipaux recrutés sans concours, et qui ne bénéficient d’aucun pouvoir de police, leur rôle étant théoriquement limité aux infractions liées au stationnement automobile. Remarquant que les agents présents – pour la sécurité du concert – portaient, pour certains, des grenades lacrymogènes – alors qu’ils ne sont pas habilités à en porter –, le journaliste prend une photo avec son smartphone.

Ce dernier se verra immédiatement menacé par Denis Hochard et ses hommes. Mis à terre et bousculé, il se fera confisquer son téléphone devant son refus d’effacer la photo. Sur la vidéo, on peut entendre, lors de l’altercation, M. Hochard déclarer : « Casse-toi, je vais te démonter ta gueule », ou encore « Tu vas te le mettre dans ton cul ton appareil ! »

Le journaliste, qui explique avoir reçu trois jours d’ITT pour une hémorragie à l’œil, a déposé plainte pour « violences aggravées ». La version de l’ASVP est toute autre : celui-ci affirme avoir été invectivé et traité de « facho ». Il déclare que l’homme se trouvait dans un état second et aurait crié « milice » et « mort aux vaches », ce que la vidéo ne montre pourtant à aucun moment.

Denis Hochard a été mis à pied pour « faute professionnelle grave » par le maire de la ville, Dominique Voynet, déjà alertée par le passé des comportements de « cow-boy » de ses agents, mais qui n’avait rien fait.

Crédit photo : capture d'écran vidéo Les Inrockuptibles via Youtube (DR)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

34% récolté
Nous avons récolté 682€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store