Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Un journaliste agressé par des agents de Montreuil
Un journaliste agressé par des agents de Montreuil

7 juin 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Un journaliste agressé par des agents de Montreuil

Un journaliste agressé par des agents de Montreuil

Un journaliste agressé par des agents de Montreuil

Dans une vidéo publiée sur leur site internet, Les Inrockuptibles font part de violences d’agents municipaux de Montreuil à l’égard d’un journaliste.

Ce dernier, présent à titre per­son­nel à un con­cert à Mon­treuil, a remar­qué la présence du directeur des « agents de sur­veil­lance de la voie publique » (ASVP), Denis Hochard, sur lequel il mène juste­ment une enquête au sujet de vio­lences et déra­pages sur la voie publique de ces agents munic­i­paux recrutés sans con­cours, et qui ne béné­fi­cient d’aucun pou­voir de police, leur rôle étant théorique­ment lim­ité aux infrac­tions liées au sta­tion­nement auto­mo­bile. Remar­quant que les agents présents – pour la sécu­rité du con­cert – por­taient, pour cer­tains, des grenades lacry­mogènes – alors qu’ils ne sont pas habil­ités à en porter –, le jour­nal­iste prend une pho­to avec son smartphone.

Ce dernier se ver­ra immé­di­ate­ment men­acé par Denis Hochard et ses hommes. Mis à terre et bous­culé, il se fera con­fis­quer son télé­phone devant son refus d’effacer la pho­to. Sur la vidéo, on peut enten­dre, lors de l’altercation, M. Hochard déclar­er : « Casse-toi, je vais te démon­ter ta gueule », ou encore « Tu vas te le met­tre dans ton cul ton appareil ! »

Le jour­nal­iste, qui explique avoir reçu trois jours d’ITT pour une hémor­ragie à l’œil, a déposé plainte pour « vio­lences aggravées ». La ver­sion de l’ASVP est toute autre : celui-ci affirme avoir été invec­tivé et traité de « facho ». Il déclare que l’homme se trou­vait dans un état sec­ond et aurait crié « mil­ice » et « mort aux vach­es », ce que la vidéo ne mon­tre pour­tant à aucun moment.

Denis Hochard a été mis à pied pour « faute pro­fes­sion­nelle grave » par le maire de la ville, Dominique Voynet, déjà alertée par le passé des com­porte­ments de « cow-boy » de ses agents, mais qui n’avait rien fait.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Les Inrock­upt­ibles via Youtube (DR)

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.

Stéphane Simon

Le pro­duc­teur de Thier­ry Ardis­son n’est pas à une con­tra­dic­tion près : s’at­ti­rant les foudres de la droite sou­verain­iste lors de l’ère trans­gres­sive et imper­ti­nente des années 90, il s’arrange pour qu’elle lui mange dans la main trente ans plus tard.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.