Accueil | Actualités | Médias | Un ex-conseiller de Montebourg condamné pour pédophilie : la faute à la « fachosphère » !
Pub­lié le 7 janvier 2017 | Éti­quettes : ,

Un ex-conseiller de Montebourg condamné pour pédophilie : la faute à la « fachosphère » !

Condamné en décembre 2016 par la justice anglaise, Christophe Bejach, membre fondateur de Terra Nova et ex-conseiller d'Arnaud Montebourg, alors ministre du redressement productif, aura écopé d'un double sursis : celui de la prison, et celui des médias.

En effet, il aura fallu atteindre le 3 janvier 2017 pour que le Daily Mail en parle, et le 5 janvier pour que la presse française daigne rapporter (timidement et tardivement) l'affaire... grâce à la pression des sites de réinformation et des réseaux sociaux. Pour dire un mot de la condamnation, l'homme d'affaires a écopé de 9 mois de prison avec sursis et de 117 2010 euros d'amende pour avoir fait, sur internet, des propositions indécentes à une mère de famille, qui était en fait un policier.

Christophe Bejach voulait organiser des séances photos érotiques avec des fillettes de 8, 10 et 12 ans et avoir une relation sexuelle avec l'aînée. À cette occasion, il avait d'ailleurs acheté de la lingerie fine de petite taille... Par ailleurs, la police a retrouvé à son domicile une soixantaine d'images pédopornographiques, dont certaines classées en catégorie A (comportant des scènes de pénétration sur des enfants abusés sexuellement).

En France, il aura fallu atteindre que le site Fdesouche fasse remonter l'affaire, ensuite relayée par un bon nombre de sites de réinformation, pour que le public en soit informé. Mis face à leur silence accablant, certains médias français se sont vus contrains d'évoquer la question, parfois assez timidement, sous la pression des réseaux sociaux.

Pour prendre l'exemple du Parisien, le quotidien évoque dans son titre la condamnation d'un « homme d'affaires français », alors que même la presse anglo-saxonne mentionnait, dès le titre, sa qualité d'ancien conseiller d'un ministre. Partout ailleurs on le présente surtout comme l'un des fondateurs de Terra Nova, ce think thank socialiste, et comme un homme d'affaires, directeur général pour l'Europe du groupe d'investissement américain Monument Capital Group. Histoire de ne pas perturber la primaire socialiste ?

En résumé, hormis quelques titres ayant traité le sujet sur le tard, il ne fallait pas compter sur les radios et les chaînes d'information en continu pour en toucher mot. Les affaires de pédophilie, c'est toujours plus intéressant lorsqu'elles concernent un curé ou un prolétaire du nord de la France...

Soit dit en passant, le Huffington Post a fait pire que de garder le silence. Dans un article publié le 5 janvier au soir, le média en ligne a pointé du doigt... la « fachosphère », accusée d'« utiliser la condamnation d'un pédophile pour éclabousser Arnaud Montebourg ». Plus loin, on peut lire : « Sitôt rendue publique, cette affaire a attiré l'attention de la fachosphère, qui y a vu l'occasion d'éclabousser Arnaud Montebourg, voire l'ensemble de la gauche en soulignant son appartenance à Terra Nova, l'une des boîtes à idées du PS. » En somme, nommer un chat un chat, c'est donc faire preuve d'un intérêt à nuire aux félins ! On aura tout vu...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux