Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Agression d’un couple de personnes âgées à Choisy-Le-Roi : la grande sollicitude du Parisien pour les voyous

2 septembre 2022

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Agression d’un couple de personnes âgées à Choisy-Le-Roi : la grande sollicitude du Parisien pour les voyous

Agression d’un couple de personnes âgées à Choisy-Le-Roi : la grande sollicitude du Parisien pour les voyous

2 septembre 2022

Temps de lecture : 4 minutes

Dimanche 28 août, un couple de retraités se promenait à Choisy-Le-Roi le long de la Seine, quand trois jeunes voyous les ont agressés en vue de les voler. Pour tenter de défendre son mari de 85 ans roué de coups, sa compagne s’est servie d’un petit couteau qui lui sert de porte clef et a blessé l’un de ses agresseurs. Cela devait en être trop pour Le Parisien. Dans l’article que le journal a consacré à cet événement, le journaliste du quotidien régional semble plus choqué par la réaction de défense de la femme âgée de 79 ans que par la lâcheté et la violence des délinquants.

Agression de Choisy, l’ensauvagement, une réalité quotidienne

Les chiffres pub­liés par le min­istère de l’intérieur sont implaca­bles : le nom­bre d’agression est en forte hausse. L’ensauvagement de notre société est une réal­ité quo­ti­di­enne et rares sont ceux qui ne con­nais­sent pas par­mi leurs proches une vic­time d’agression. Les forces de l’ordre ne sont pas tou­jours là pour défendre les vic­times au moment des faits, et cer­taines cir­con­stances ne per­me­t­tent pas de se défendre pied à pied ou de fuir à toutes jambes devant ses agresseurs. Le fait d’être âgé et de ne pas vouloir laiss­er son com­pagnon seul face à ses agresseurs sont des cir­con­stances qui devraient être entendues.

Der­rière les chiffres de la délin­quance vio­lente, il y a autant de vic­times et de vies brisées. Le sort de ce cou­ple qui, en ce dernier dimanche d’août, avait décidé de faire une pais­i­ble bal­lade le long de la Seine, à Choisy-Le-Roi, en donne une illus­tra­tion. Rapi­de­ment après avoir com­mencé leur prom­e­nade, un jeune homme, bien­tôt rejoint par deux com­pars­es, s’est approché du cou­ple pour leur vol­er leurs clefs. Ils s’en sont pris d’abord à l’homme de 85 ans, l’ont mis à terre et l’ont roué de coups.

Comme le souligne Actu­Valde­Marne, « Ce dernier reçoit plusieurs coups de poings, de pieds, et en tombant heurte le sol avec l’arrière de son crâne ». Cha­cun peut imag­in­er l’état d’esprit de son épouse aux pris­es avec les voy­ous vio­lents. Actu­Val deMarne, nous donne des infor­ma­tions sur les suites des événements :

« Sa com­pagne, âgée de 79 ans, tente de lui venir en aide, mais se fait bless­er au niveau de ses avant-bras. Sen­tant son mari en dan­ger, elle sort de sa poche un petit couteau Opinel et porte un coup de couteau sur le flanc gauche d’un des agresseurs ».

Le Parisien doute de la défense « proportionnée » de la vielle dame

Le jour­nal Le Parisien a con­sacré un arti­cle à cette agres­sion paru le 29 août. Celui-ci dénote un curieux sens de la hiérar­chie de l’information : avant même de présen­ter l’agression du cou­ple de per­son­nes âgées, c’est le coup de couteau don­né par la vieille dame qui retient l’attention du journaliste :

« Les trois mal­fai­teurs ne s’attendaient cer­taine­ment pas à une telle réac­tion. Une femme âgée de 79 ans n’a pas hésité à poignarder l’un d’eux avec un petit couteau pour les met­tre en fuite alors qu’ils frap­paient son mari, âgé de 85 ans ».

La veille dame a voulu défendre son mari au sol roué de coups. Elle a util­isé un porte-clef avec une petite lame qu’elle avait sur elle. Mais en lisant l’article du Parisien, le lecteur devrait s’interroger sur le fait que, peut-être, elle aurait dû trou­ver un autre strat­a­gème avant de se faire elle-même sauvage­ment agress­er par ces voy­ous de la pire engeance…

Sylvain Deleuze inquiet… pour l’agresseur

Après nous avoir ras­suré sur le sort de l’agresseur agressé des per­son­nes âgées, « trans­porté en urgence absolue, (il) a finale­ment quit­té l’hôpital » (sic), le jour­nal­iste déroule enfin la chronolo­gie de l’agression.  Pour ter­min­er son arti­cle, le jour­nal­iste, Syl­vain Deleuze, nous pose une grave question :

« En tout cas, la ques­tion de la légitime défense se pose. En clair, la vieille dame a‑t-elle agi de manière pro­por­tion­née à l’attaque dont elle était vic­time ain­si que son mari ? ».

On attend avec impa­tience que Le Parisien nous apprenne quelle devait être la réponse « pro­por­tion­née » de la vieille dame et s’il était oppor­tun qu’elle se laisse égale­ment jeter à terre et rouer de coups…

L’ar­ti­cle a fait réa­gir plusieurs inter­nautes sur Twitter :

On se prend à rêver de cours de « décence com­mune », comme en par­lait George Orwell, dans les écoles de jour­nal­isme. Car vis­i­ble­ment, quelques fonde­ments sem­blent manquer…

Le clandestin de l’ami Sylvain

Quelques jours plus tard, un jour­nal­iste de Valeurs actuelles don­nait sur Twit­ter quelques infor­ma­tions sur le pro­fil du prin­ci­pal agresseur du cou­ple de per­son­nes âgées :

« Mohamed Z., l’a­gresseur pré­sumé de l’oc­togé­naire à Choisy-Le-Roi, est un Algérien de 29 ans, arrivé clan­des­tine­ment en France vers 2009, con­nu de la police pour divers vols/violences et déjà visé par 2 OQTF, dont la dernière délivrée le 25/06/2022. Il avait déjà été con­damné deux fois, et effec­tué un pas­sage de 6 mois, en récidive, à la prison de Fleury. Il était donc en état de récidive. Lors de sa com­paru­tion ajd, le proc a req­uis 5 ans de déten­tion + inter­dic­tion défini­tive du ter­ri­toire français.
Mohamed Z., de son côté, en blouse d’hôpi­tal dans le box des accusés (!), a par­tielle­ment recon­nu les faits, et plaidé la folie : “la folie m’at­trape”. Il a expliqué ne pas vouloir ren­tr­er en Algérie avant d’avoir réglé des prob­lèmes famil­i­aux là-bas. Il a été con­damné ce mer­cre­di à 3 ans empris­on­nement avec man­dat de dépôt… ».

La seule ques­tion que tout jour­nal­iste doté de bon sens devrait se pos­er ne devrait-elle pas être : sera-t-il enfin expul­sé à sa sor­tie de prison ?

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés