Accueil | Actualités | Médias | Un colloque en Sorbonne pour créer une instance de déontologie
Pub­lié le 10 juillet 2013 | Éti­quettes : , , , , , ,

Un colloque en Sorbonne pour créer une instance de déontologie

Grâce à l’activité inlassable d’Yves Agnès (photo ci-dessus), fondateur de l’Association de Préfiguration d’un Conseil de Presse en France (APCP) rejoint pour l’occasion par Journalisme et Citoyenneté, présidé par Jérôme Bouvier 200 personnes se sont rassemblées (dont le président de l’Ojim) le 13 juin pour débattre de la création d’une instance de déontologie. Saluons les efforts d’Yves Agnès à la volonté inlassable et la non moins absence du fantomatique Observatoire de la Déontologie de l’Information disparu dans les arcanes bureaucratico-syndicales.

Outres certains interventions involontairement comiques (comme celle du représentant CGT qui se croyait revenu au bon vieux temps du stalinisme), le colloque fut utile et de haute tenue. Alors que la profession est méprisée (plus que les banquiers), alors que la presse quotidienne nationale s’effondre (voir notre article), il est urgent en effet de rétablir l’image des journalistes dans l’opinion. Les syndicats de journalistes sont plutôt pour… à condition que le futur organe de déontologie ne dispose que de très faibles pouvoirs d’amicale admonestation. Les éditeurs sont divisés. Si Laurent Joffrin ou Louis Dreyfus se déclarent pour, ils s’empressent d’ajouter que c’est à titre individuel. Collectivement les éditeurs sont plutôt contre, en particulier la presse d’opinion.

Loïc Hervouet faisant avec humour le bilan du colloque y voyait, paraphrasant le dernier ouvrage de Michel Houellebecq une sorte de « Configuration du dernier rivage ». Comme il le souligne, un dernier rivage peut être un dernier virage avant d’arriver à bon port. Mais Houellebecq n’arrive jamais à son terme, il tourne dans un interminable labyrinthe. Quelles qu’en soient les limites – entre autres un certain entre soi trop confortable – l’Ojim ne peut que saluer les efforts des organisateurs pour doter la profession journalistique d’un Conseil de Presse, d’un Council, d’une instance qui permettrait plus de pluralisme dans la presse sous tous ses aspects. A suivre aux assises de Metz de Journalisme et Citoyenneté.

Source Bulletin n°29, APCP juillet 2013

Voir aussi : Sondage sur les journalistes et la liberté de la presse

Crédit photo : Charlotte Bouvier - source : apcp.unblog.fr

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This