Accueil | Actualités | Médias | Un ancien rédac-chef de France 3 salarié du PS de Seine-Maritime
Pub­lié le 8 juin 2015 | Éti­quettes :

Un ancien rédac-chef de France 3 salarié du PS de Seine-Maritime

Le site d'investigation Mediapart consacre ces jours-ci une enquête en deux volets sur les dérives du PS en Seine-Maritime, le « fief » de Laurent Fabius. Le second volet traite plus particulièrement des nombreux militants et amis du PS salariés par le parti, ainsi que des collectivités que celui-ci contrôle, ou contrôlait. Une professionnalisation poussée de la vie politique qui faisait confortablement vivre de la politique des militants déconnectés du « monde réel ».

Au cours de l'enquête, l'on apprend ainsi qu'Alain Gerbi, ancien rédacteur en chef de France 3 Normandie, "ami de longue date de Laurent Fabius", a lui-même été embauché par le PS. Ayant pris sa retraite de journaliste en 2002, il a été salarié à mi-temps de 2008 à janvier 2015 par la fédération, pour un salaire plutôt généreux de 2300 euros.

Selon ses propres déclarations à Mediapart, monsieur Gerbi faisait du « media-training » – c’est à dire qu'il préparait les élus aux interviews – ainsi que des vidéos pour le site internet. Mais une élue PS citée par Mediapart voit les choses autrement : « Ça n’allait pas loin son media-training. C’était : “Posez votre voix et mettez un foulard.” (...) Mais la deuxième fois que tu le vois pour préparer une interview sur France 3, tu comprends vite que son rôle, c’est surtout de récupérer les questions à l’avance…» ce que s’est empressé de réfuter l'intéressé.

Reste une question de déontologie qui jette immanquablement un voile de suspicion sur la carrière d’Alain Gerbi : un journaliste ayant suivi l’homme fort du PS local (et ténor national) sans complaisance aurait-il été embauché par ce même parti ? Il est permis d’en douter.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This