Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Coronavirus : florilège des annonces médiatisées

16 mars 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Coronavirus : florilège des annonces médiatisées

Coronavirus : florilège des annonces médiatisées

Depuis le début de la propagation du coronavirus, les membres du gouvernement multiplient dans une certaine cacophonie les déclarations et les mesures visant à endiguer la pandémie. Il nous a paru utile de rapprocher certaines d’entre elles. C’est surtout dans les réseaux sociaux que nous avons trouvé de l’impertinence et de l’esprit critique vis-à-vis de la gestion de la crise, que nous vous laissons le soin de qualifier. Situation au 16 mars 2020.

Un risque de propagation « très faible »

À par­tir du 22 jan­vi­er 2020, l’épidémie du coro­n­avirus com­mence à se dévelop­per en Chine et con­nait un pic le 7 févri­er. L’épidémie se propage rapi­de­ment en Europe.

Le rédac­teur en chef de L’Incorrect nous rap­pelle le 14 mars les pro­pos tenus le 24 jan­vi­er par la Min­istre de la san­té, Agnès Buzyn : « Le risque d’importation depuis Wuhan est qua­si nul. Le risque de prop­a­ga­tion du Coro­n­avirus dans la pop­u­la­tion est très faible ». Heureuse­ment, la radio d’État France Info est là pour pren­dre la défense de la Min­istre le 9 mars : « C’est vrai, mais le con­texte de l’époque est bien dif­férent ». Le 16 févri­er, alors que la con­t­a­m­i­na­tion se propage en France, la Min­istre de la san­té annonce sa démis­sion, pour se présen­ter aux élec­tions munic­i­pales à Paris.

Des masques envoyés en Chine

Le 19 févri­er, le min­istère de l’Europe et des affaires étrangères annonce dans un com­mu­niqué de presse large­ment médi­atisé l’envoi de 17 tonnes de fret médi­cal en sol­i­dar­ité avec la Chine à des­ti­na­tion des struc­tures hos­pi­tal­ières de Wuhan et de la province du Hubei : com­bi­naisons, masques, gants, etc.

Dès la mi-févri­er, la pénurie de masques en France, en par­ti­c­uli­er pour les pro­fes­sion­nels de san­té (FFP2), est man­i­feste. Ils s’en inquiè­tent selon Sci­ences et avenir le 7 mars.

Le 4 mars, des médecins général­istes annon­cent qu’ils vont atta­quer l’État devant le tri­bunal admin­is­tratif de Paris pour obtenir des masques selon Egora.fr, un site d’informations médi­cales.

Le même jour, la porte-parole du gou­verne­ment Sibeth Ndaye déclare en direct de l’Élysée : « Cela me sem­ble peu prob­a­ble que la France atteigne jamais le stade 3 ».

Le 14 mars, les autorités san­i­taires français­es annon­cent que le pays passe en stade 3.

Le 5 mars, l’émission sur France 2 Envoyé spé­cial con­sacre un reportage à l’épidémie de coro­n­avirus, en par­ti­c­uli­er à Creil, où est morte en France la pre­mière per­son­ne en rai­son de cette mal­adie. On y apprend que ce sont des mil­i­taires de la base mil­i­taire de Creil qui ont par­ticipé au rap­a­triement de français basés à Wuhan, en Chine.

Surtout ne pas renoncer aux terrasses, aux salles de concert et aux fêtes de soir

Le 11 mars, le Prési­dent de la République s’exprime sur Twit­ter :

« Nous ne renon­cerons à rien. Surtout pas à rire, à chanter, à penser, à aimer. Surtout pas aux ter­rass­es, aux salles de con­cert, aux fêtes de soir d’été. Surtout pas à la lib­erté. Surtout pas à notre esprit de résis­tance qui fait la République si grande, la France si forte ».

Le 14 mars, le Pre­mier min­istre annonce la fer­me­ture à compter du 15 mars de nom­breux lieux publics : restau­rants, bars, ciné­ma, dis­cothèques, etc.
Il estime qu’ « il n’y a à ce jour pas suff­isam­ment de prise de con­science par les Français­es et les Français de l’im­por­tance de leur rôle face au virus. C’est urgent, c’est main­tenant qu’il faut chang­er de com­porte­ment ».

Les frontières « ne servent à rien »

France 24 rap­pelle le 14 mars que le Prési­dent de la République n’a — au cours de son allo­cu­tion télévisée du 12 mars — pas annon­cé la fer­me­ture des fron­tières nationales. La chaine men­tionne la défense de cette déci­sion par le min­istre de la san­té : « Un virus n’a pas de fron­tières. Il cir­cule en Ital­ie, en Espagne, en Alle­magne mais aus­si dans des pays qui ont déjà des fron­tières, comme la Suisse. (…). Sci­en­tifique­ment cela n’a pas d’ intérêt ».

Alors que les fron­tières de la France avec ses voisins européens ne sont tou­jours pas con­trôlées au 15 mars, on apprend par plusieurs médias dont Libéra­tion que de nom­breux pays ont déjà annon­cé un strict con­trôle de leurs fron­tières nationales : Pologne, Autriche, Ital­ie, Dane­mark, Russie, Pologne, Norvège, Litu­anie, Slovénie, etc.

Les écoles restent ouvertes ou fermées ?

Dans la journée du 12 mars, le Min­istre de l’Éducation exclut sur BFMTV la fer­me­ture totale des écoles, qui ne serait pas une stratégie adap­tée et pré­conise la fer­me­ture dans des zones « ciblées ».

Le 12 mars, à 20 heures, lors d’une allo­ca­tion télévisée, le Prési­dent de la République annonce la fer­me­ture pour une durée illim­itée de toutes les écoles, crèch­es et uni­ver­sités.

Le 10 mars, plusieurs médecins général­istes annon­cent qu’il ont décidé de porter plainte con­tre l’État, nous apprend France info. Deux d’entre eux dénon­cent sur France 3 le manque de moyens financiers et humains et esti­ment que l’épidémie est prise à la légère.

Alors que le jour­nal Les Échos tente le 14 mars de dress­er la liste des pays où les français ne peu­vent plus ou dif­fi­cile­ment voy­ager, l’animateur et créa­teur du site Les Crises, revient le 12 mars sur la chaine RT France sur les mesures, « dra­ma­tique­ment insuff­isantes » pris­es par la France (…). La France est le pire élève de la planète ».

D’ici à ce que le Prési­dent de la République accuse une nou­velle fois des organes de presse étrangers de répan­dre des « con­tre-vérités infamantes » comme en 2017… il n’y a qu’un pas que nous n’osons franchir.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision