Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un ancien poste de police recyclé en Centre pour la liberté de la presse

15 octobre 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Un ancien poste de police recyclé en Centre pour la liberté de la presse

Un ancien poste de police recyclé en Centre pour la liberté de la presse

Accueil | Veille médias | Un ancien poste de police recyclé en Centre pour la liberté de la presse

Un ancien poste de police recyclé en Centre pour la liberté de la presse

15 octobre 2020

C’est devenu le nouveau Saint Graal des médias de grand chemin, apparaître comme un grand défenseur de la “liberté d’expression”, de la “liberté de la presse”, dès lors, bien évidemment, qu’il s’agit de “leur” liberté. Dans cette lutte acharnée, il faut sans cesse innover, et c’est désormais l’idée d’un “Centre pour la liberté de la presse” qui va être mise en pratique.

Une idée issue du Prix Bayeux-Calvados-Normandie

Le “Prix Bayeux-Cal­va­dos-Nor­mandie des cor­re­spon­dants de guerre” met tous les ans depuis plus de 20 ans, le jour­nal­isme de guerre sur le devant de la scène.

L’idée y a été évo­quée, dès les années 1990, d’installer un “Cen­tre pour la lib­erté de la presse” à Bayeux, en parte­nar­i­at avec Reporters Sans Fron­tières (RSF).

Finale­ment oubliée quelque temps, cette idée a refait sur­face lors de la 25e édi­tion du Prix Bayeux, en 2018. Con­fir­mée en 2019 puis à l’oc­ca­sion de l’édition 2020 qui vient de se ter­min­er, le pro­jet pour­rait désor­mais devenir réal­ité d’ici 2023.

De poste de police à Centre pour la liberté de la presse

C’est un bâti­ment emblé­ma­tique qui a été choisi pour ce cen­tre, celui d’un ancien poste de police opéra­tionnel jusqu’en 2009, et ser­vant de prison au XIXe siè­cle. Le tout, place de la Lib­erté, on ne plaisante pas avec les sym­bol­es quand il s’agit de la lib­erté de la presse !

Ce cen­tre, dont le nom défini­tif ne sem­ble pas encore avoir été tranché puisqu’on par­le de “Cen­tre inter­na­tion­al du jour­nal­isme et de la lib­erté de la presse” par ci, ou de “Mai­son du jour­nal­isme de guerre” par là, sera un “lieu dédié à la lib­erté de la presse, au jour­nal­isme de guerre et à l’éducation aux médias”, à mi-chemin entre musée et lieu de ren­con­tres. L’idée est que ce soit le sym­bole de Bayeux, comme “cap­i­tale mon­di­ale du reportage de guerre”, rien que ça !

Un projet à 13 millions d’euros financé par l’Union européenne

Pour ce pro­jet, la ville de Bayeux compte sur la généreuse Union européenne et son “fonds de relance de la cul­ture et du pat­ri­moine” qui pour­rait financer 80 à 100% de ce mon­u­ment à 13 mil­lions d’euros.

Voilà donc un beau pro­jet à quelques mil­lions qui devrait très cer­taine­ment amélior­er la sécu­rité sur le ter­rain des reporters de guerre. Il existe un pro­jet con­cur­rent mais dans la même ligne, porté par la mairie de Paris et par Médi­a­part dont ne nous con­nais­sons pas les suites : la Mai­son des médias.

Voir notre arti­cle de 2019 sur la Mai­son des médias (de la gauche libérale lib­er­taire) parisi­enne ici.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés