Accueil | Actualités | Médias | Une Maison des Médias libres bientôt à Paris ?
Pub­lié le 7 décembre 2019 | Éti­quettes : , , ,

Une Maison des Médias libres bientôt à Paris ?

En 2017, la mairie de Paris lançait un appel à projets appelé « Réinventer Paris ». Parmi les candidats, un groupe de médias avait proposé une « maison des médias libres ». On croyait le projet enterré. Il pourrait bientôt voir le jour prochainement.

Réinventer Paris

L’objectif de la mairie de Paris avec cet appel à projets lancé en 2017 était de montrer « que Paris est une ville qui se réinvente », en investissant des lieux inoccupés ou insolites. Un mot d’ordre, « l’innovation ».

La maison des médias libres ou des médias de gauche ?

Si l’appel à projets de la ville de Paris vous parait nébuleux, cela n’a pas été le cas de tout le monde. En 2018, plusieurs médias s’en emparaient pour proposer une maison des médias « libres » située alors boulevard de Charonne. Si l’objectif affiché était louable, favoriser des médias indépendants et la liberté de l’information, les médias les plus connus du collectif étaient tous à gauche, voire à l’extrême gauche : Acrimed, Bastamag, Cairn (revue universitaire), Regards, Reporterre, Saphirnews (média musulman), Arrêt sur images, Polítis, Alternatives économiques, etc.

On apprenait en janvier 2019 que le projet n’avait pas été retenu par la ville de Paris. L’OJIM y a consacré un article fin 2018 et en début d’année.

Nouveau projet, nouveaux amis

Sans doute prise de remords, la mairie de Paris vient de proposer un nouveau local pour ce projet dans un bâtiment dans le quartier de Barbès, nous apprend Le Monde. Le conseil municipal devrait voter le 9 décembre 2019 une résolution sur cette opération de vente de locaux qui appartiennent à la ville.

L’oligarque de gauche Olivier Legrain annonce être prêt à mettre 40 millions d’euros sur la table pour acheter le bâtiment et ensuite le louer aux éditeurs et médias intéressés. L’approche des élections municipales n’est pas étrangère à la soudaine célérité de la mairie sur le dossier. Un œil bienveillant de médias catalogués à gauche ne peut pas faire de mal dans un contexte électoral chahuté.

Projet de délibération

La Direction de l’urbanisme de la ville de Paris a rédigé un projet de résolution qui sera proposé au vote des élus parisiens. Celle-ci prévoit une « affectation de l’ensemble immobilier sis 70 boulevard Barbès à Paris 18ème arrondissement au projet de la Maison des Médias Libres ». Une des clauses de la délibération prévoit une « une occupation temporaire en vertu d’une convention d’occupation précaire » en attendant la finalisation du projet. Ni les « occupants » temporaires, ni les modalités de cette « occupation » (à titre gratuit ou à titre onéreux) ne sont précisées.

Des zones de flou que la mairie de Paris gagnerait à éclaircir, à l’heure où les médias dissidents voient leurs sources de financement attaquées par les ligues de vertu d’extrême gauche (campagne contre la publicité d’Amazon sur Fdesouche, campagnes contre les annonceurs de publicités au cours de Face à l’info sur CNews, actions des Sleeping giants, etc). Et si une maison du pluralisme dans les médias - où l’Observatoire aurait sa place - devait voir le jour, la mairie mettrait elle un immeuble à disposition ? ? Nous laissons la réponse à la sagacité de nos lecteurs.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This