Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une Maison des Médias libres bientôt à Paris ?

7 décembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Une Maison des Médias libres bientôt à Paris ?

Une Maison des Médias libres bientôt à Paris ?

En 2017, la mairie de Paris lançait un appel à projets appelé « Réinventer Paris ». Parmi les candidats, un groupe de médias avait proposé une « maison des médias libres ». On croyait le projet enterré. Il pourrait bientôt voir le jour prochainement.

Réinventer Paris

L’objectif de la mairie de Paris avec cet appel à projets lancé en 2017 était de montrer « que Paris est une ville qui se réinvente », en investissant des lieux inoccupés ou insolites. Un mot d’ordre, « l’innovation ».

La maison des médias libres ou des médias de gauche ?

Si l’appel à pro­jets de la ville de Paris vous parait nébuleux, cela n’a pas été le cas de tout le monde. En 2018, plusieurs médias s’en empara­ient pour pro­pos­er une mai­son des médias « libres » située alors boule­vard de Charonne. Si l’objectif affiché était louable, favoris­er des médias indépen­dants et la lib­erté de l’information, les médias les plus con­nus du col­lec­tif étaient tous à gauche, voire à l’extrême gauche : Acrimed, Bas­ta­m­ag, Cairn (revue uni­ver­si­taire), Regards, Reporterre, Saphirnews (média musul­man), Arrêt sur images, Polítis, Alter­na­tives économiques, etc.

On appre­nait en jan­vi­er 2019 que le pro­jet n’avait pas été retenu par la ville de Paris. L’OJIM y a con­sacré un arti­cle fin 2018 et en début d’année.

Nouveau projet, nouveaux amis

Sans doute prise de remords, la mairie de Paris vient de pro­pos­er un nou­veau local pour ce pro­jet dans un bâti­ment dans le quarti­er de Bar­bès, nous apprend Le Monde. Le con­seil munic­i­pal devrait vot­er le 9 décem­bre 2019 une réso­lu­tion sur cette opéra­tion de vente de locaux qui appar­ti­en­nent à la ville.

L’oligarque de gauche Olivi­er Legrain annonce être prêt à met­tre 40 mil­lions d’euros sur la table pour acheter le bâti­ment et ensuite le louer aux édi­teurs et médias intéressés. L’approche des élec­tions munic­i­pales n’est pas étrangère à la soudaine célérité de la mairie sur le dossier. Un œil bien­veil­lant de médias cat­a­logués à gauche ne peut pas faire de mal dans un con­texte élec­toral chahuté.

Projet de délibération

La Direc­tion de l’urbanisme de la ville de Paris a rédigé un pro­jet de réso­lu­tion qui sera pro­posé au vote des élus parisiens. Celle-ci prévoit une « affec­ta­tion de l’ensemble immo­bili­er sis 70 boule­vard Bar­bès à Paris 18ème arrondisse­ment au pro­jet de la Mai­son des Médias Libres ». Une des claus­es de la délibéra­tion prévoit une « une occu­pa­tion tem­po­raire en ver­tu d’une con­ven­tion d’occupation pré­caire » en atten­dant la final­i­sa­tion du pro­jet. Ni les « occu­pants » tem­po­raires, ni les modal­ités de cette « occu­pa­tion » (à titre gra­tu­it ou à titre onéreux) ne sont pré­cisées.

Des zones de flou que la mairie de Paris gag­n­erait à éclair­cir, à l’heure où les médias dis­si­dents voient leurs sources de finance­ment attaquées par les ligues de ver­tu d’extrême gauche (cam­pagne con­tre la pub­lic­ité d’Amazon sur Fdes­ouche, cam­pagnes con­tre les annon­ceurs de pub­lic­ités au cours de Face à l’info sur CNews, actions des Sleep­ing giants, etc). Et si une mai­son du plu­ral­isme dans les médias — où l’Observatoire aurait sa place — devait voir le jour, la mairie met­trait elle un immeu­ble à dis­po­si­tion ? ? Nous lais­sons la réponse à la sagac­ité de nos lecteurs.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.