Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Twitter va réduire au silence les trolls, et par la même occasion vous aussi

1 juin 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | not_global | Twitter va réduire au silence les trolls, et par la même occasion vous aussi

Twitter va réduire au silence les trolls, et par la même occasion vous aussi

Vous connaissez les trolls ? Créatures surnaturelles de la mythologie scandinave, ils sont présents dans les forêts, les montagnes, là où ne vont pas les hommes. Géants bonhommes voire bienfaisants, ils ont été démonisés par le christianisme. Twitter suit le même mouvement.

Twitter et la censure

Le réseau social revendique plus de 330 mil­lions d’utilisateurs act­ifs en avril 2018. L’extension du tweet de 140 à 280 signes a incon­testable­ment per­mis une aug­men­ta­tion du nom­bre d’utilisateurs et du nom­bre de tweets. Fin févri­er 2018 nous sig­nalions que Twit­ter voulait ren­forcer sa poli­tique de cen­sure, encour­agé pour cela par l’Union Européenne. Pour ce faire, Twit­ter innove.

Shadow banning

Le ban­nisse­ment dans l’ombre, telle pour­rait être la tra­duc­tion de cet étrange shad­ow ban­ning que Twit­ter a mis en place. La rai­son invo­quée ce sont les trolls dont nous par­lions plus haut. Ceux qui per­turbent le réseau social comme le dit David Gas­ca de Twit­ter « Un très petit nom­bre de comptes représente la majorité des per­son­nes sig­nalées pour har­cèle­ment, mais beau­coup de com­porte­ments dénon­cés ne sont pas con­traires à nos règles ». Dix­it le chef Twit­ter.

Vous suiv­ez ? Twit­ter a des règles, vous les suiv­ez, que se passe-t-il ? Et bien le gen­til David le pré­cise : « désor­mais Twit­ter va utilis­er un cer­tain nom­bre de sig­naux afin de déter­min­er la nociv­ité de cer­tains util­isa­teurs. Si leur com­porte­ment est prob­lé­ma­tique, même s’il n’enfreint pas les règles du réseau social, leurs tweets seront placés plus bas dans les résul­tats de recherche ou les recom­man­da­tions des algo­rithmes de Twit­ter. Ces con­tenus ne vio­lent pas les règles de Twit­ter, ils ne seront donc pas retirés de nos pages… Le résul­tat est que les per­son­nes con­tribuant à une dis­cus­sion saine seront plus vis­i­bles que les autres ».

Résumons : vous avez un com­porte­ment qui suit les règles de Twit­ter mais qui est mal­sain quand même. Gen­til Twit­ter ne sup­prime pas votre compte, non, il le met aux oubli­ettes. Vos tweets sont dans un cul de basse fos­se où éventuelle­ment un rat curieux pour­ra les voir. Le plus joli ? Vous n’êtes pas for­cé­ment prévenu. À la lim­ite vous tweet­ez pour vous-même, vous êtes devenu invis­i­ble et illis­i­ble. Vous avez dit total­i­tarisme ? Vous avez un com­porte­ment mal­sain.

Mer­ci à Lucie Ron­faut du Figaro dont le papi­er du 17 mai a inspiré cet arti­cle.

Derniers portraits ajoutés

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.