Accueil | Actualités | Médias | Twitter : des bénéfices et plus de censure
Pub­lié le 8 août 2018 | Éti­quettes : ,

Twitter : des bénéfices et plus de censure

Rediffusion. Première diffusion le 26 février 2018

Plus de 12 ans après sa création, Twitter engrange enfin des bénéfices – soit 91 millions de dollars (74 millions d'€) entre octobre et décembre 2017. Cependant, le réseau social est toujours au milieu des polémiques, les premières liées au caractère durable ou non de son modèle économique, les secondes à une censure croissante – surtout des opinions de droite – et à la concurrence possible, mais pour l'heure modeste, de réseaux sociaux plus libres comme GAB, un réseau social conservateur anglo-saxon en pleine expansion.

Sur l'année 2017, Twitter reste cependant en perte nette, après avoir perdu 62 millions de dollars au premier trimestre, 116 au second et 21 au troisième et un recul de 3% des recettes nettes. Mais le chiffre d'affaire est record (732 millions de dollars) et les innovations – passage aux 280 caractères, créations de threads (discussions), application pour sauvegarder les tweets, application payante pour faire des recherches, version payante à 99$ par mois – semblent avoir séduit les utilisateurs. Le cours de l'action a aussi bondi de 34% à 34.15$, même si la valorisation en bourse de Twitter (24.56 milliards de $) reste sans commune mesure avec sa rentabilité économique réelle.

Des utilisateurs plus actifs mais dont le nombre plafonne

Twitter communique nettement moins sur des mesures de licenciements – 350 employés sont partis – qui ont aussi participé à réduire les charges. Depuis 2015, 700 emplois ont été supprimés et les rémunérations en actions de ses employés ne représentent plus que 18% de son chiffre d'affaires, contre 31% il y a deux ans. Pis, les investissements en recherche et développement (R&D), mais aussi en marketing, ont été sabrés. Des mesures qui ont permis de réduire les coûts à court terme, mais dont le vivier d'économies commence à se tarir.

Le nombre d'utilisateurs actifs par jour (DAU) est en augmentation de 12%, mais leur nombre total plafonne à 330 millions d'utilisateurs actifs par mois, soit à peine 10 millions de plus qu'en 2015 ; il est même en baisse aux Etats-Unis (1 million), une diminution compensée par une augmentation des inscriptions ailleurs dans le monde. Twitter a annoncé reprendre des investissements en R&D et en com pour attirer de nouveaux utilisateurs – les marges devraient donc se stabiliser en 2018, voire se réduire, et non augmenter comme l'espéraient les actionnaires après des milliards de dollars de pertes cumulées.

Le temps d'usage augmente (3h02 par mois contre 2h37 en 2016, à raison de 5mn 44 par session en 2017 contre 4 minute 12 en 2016), à l'inverse de Facebook, qui voit le temps d'usage chuter de 43% en un an, tandis que la durée de la session moyenne reste stable, autour de 6 minutes 20 secondes.

Des polémiques croissantes liées à la censure anti conservatrice et russophobe

Cependant, les polémiques liées à la censure, notamment (mais pas seulement) des idées de droite, sur le réseau, vont croissant. Si la concurrence de réseaux sociaux plus libres, au premier lieu duquel GAB, reste pour l'heure assez confidentielle – comme pour YouTube, la suppression massive, en décembre dernier, de comptes d'utilisateurs de la droite radicale sans aucune raison valable (pour « délit d'opinion » donc) a laissé des traces.

En Europe et Russie, la suspension de milliers de comptes (3800 en tout) soi-disant liés à l'Internet Research Agency, qualifiée de « fabrique de trolls pro-russes », a aussi été un événement marquant, d'autant que Twitter a aussi tenu à avertir 1.4 millions d'utilisateurs qui suivaient des comptes « en lien avec la Russie ». D'autant qu'en dehors d'une communication tapageuse destinée à légitimer les accusations de l'establishment américain contre l'élection de Trump et la Russie, accusée de s'être mêlée des élections américaines, les preuves tardent à venir. Pas plus que pour le Brexit – comme l'a avoué Twitter lui-même dans une lettre au comité de la Chambre des Communes en charge des technologies numériques.

L’arme absolue : le shadow ban

Après la #Twitterpurge, une série de reportages en caméra cachée chez Twitter révélait début 2018 l'existence d'une censure politique d'ampleur des idées de droite et une volonté idéologique de pousser encore plus loin cette censure.

https://twitter.com/getongab/status/966171480798126080

Le grand public a ainsi appris la notion de « shadow ban », qui s'apparente à une version moderne de la censure. Les personnes qui en sont victimes ne le savent pas, elles continuent à poster sans que leur contenu soit visible, autrement dit elles twittent pour elles-mêmes.– 'application technique de la maxime célèbre « la dictature c'est ferme ta gueule, la démocratie, c'est cause toujours, tu m'intéresses». Le shadow ban n'est pas propre à Twitter : les utilisateurs l'ont aussi constaté sur Instagram, même si le réseau social ne communique pas du tout à ce sujet. Ces données ont été publiées après le quatrième trimestre 2017 : l'avenir nous dira si elles ont impacté la rentabilité du réseau social. Et si les censures continuent de prospérer…

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

100% récolté
Nous avons récolté $185 sur $2. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux