Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Tribune éducative de Philippe Meirieu dans Le Monde : le grand silence permanent

9 août 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Tribune éducative de Philippe Meirieu dans Le Monde : le grand silence permanent

Tribune éducative de Philippe Meirieu dans Le Monde : le grand silence permanent

Red­if­fu­sion esti­vale 2020. Pre­mière dif­fu­sion le 28 avril 2020

Le Monde est un quotidien très engagé, c’est une lapalissade, en faveur d’un monde multiculturel et d’une société ouverte. Il propose des pages de « débats ». Elles défendent à peu de nuances près, des idées identiques aux siennes. En particulier sur le plan scolaire.

Le 21 avril 2020, en péri­ode de con­fine­ment mais aus­si de pré­pa­ra­tion (lente) d’un décon­fine­ment dont l’un des cœurs est l’école, Le Monde pub­li­ait une tri­bune col­lec­tive signée par Cather­ine Chabrun, « mil­i­tante péd­a­gogique et des droits de l’enfant », Philippe Meirieu, pro­fesseur émérite à l’université Lumière-Lyon-II et Cécile Morzadec pro­fesseure d’espagnol.

Deux découvertes d’emblée

  1. Il est pos­si­ble d’être « mil­i­tante péd­a­gogique ». Que la péd­a­gogie en œuvre actuelle­ment dans les écoles soit un pro­jet éminem­ment poli­tique est donc acté.
  2. Philippe Meirieu, très longtemps mil­i­tant du même type, sans le dire à l’époque, très large­ment en cause dans l’état cat­a­strophique de l’école en France aujourd’hui, de par les méth­odes qu’il a pro­mues et dif­fusées auprès du corps enseignant, est tou­jours là.

La tribune expose des faits qui peuvent se défendre

  • Selon le texte, l’affirmation de l’exécutif de rou­vrir les écoles pour des raisons sociales liées aux iné­gal­ités est peu crédi­ble. L’objectif est plus prob­a­ble­ment économique, ce qui n’est pas incom­préhen­si­ble. Il y a cepen­dant « con­tra­dic­tion ».
  • La « con­ti­nu­ité péd­a­gogique » ne pou­vait être qu’un pis allé.
  • La réou­ver­ture est « néces­saire sur le plan péd­a­gogique » mais « dan­gereuse du point de vue san­i­taire ». Il y aura des risques.
  • La tri­bune pointe les nom­breuses inco­hérences des choix gou­verne­men­taux, comme le fait d’avoir rem­placé les exa­m­ens par le con­trôle con­tinu pour des raisons san­i­taires « qui ne sont plus de mise aujourd’hui ».

Iné­gal­ités liées à une con­ti­nu­ité péd­a­gogique aux résul­tats encore incon­nus, risques san­i­taires. Faire ren­tr­er tous les élèves seraient donc une erreur, d’autant que la majorité des enseignants, comme la majorité des Français, sem­blent avoir une con­fi­ance mod­érée en un gou­verne­ment qui sem­ble nav­iguer à vue.

Alors quelles solu­tions ?

La tribune expose des faits en apparence justes mais soumis au grand silence

C’est le retour de la bonne vieille cause égal­i­tariste rev­enue du fonds des âges, autrement dit des années 70 du XXe siè­cle. Avec un men­songe par omis­sion à l’appui.

« Le risque est grand de ne réserv­er le béné­fice de cet enseigne­ment qu’aux enfants et ado­les­cents déjà mobil­isés sur le tra­vail sco­laire et au com­porte­ment rel­a­tive­ment autonome. Les autres, déjà décrocheurs ou en dif­fi­culté, s’ils ne dis­posent pas d’un sou­tien famil­ial fort, sont con­damnés au mieux à exé­cuter mécanique­ment des exer­ci­ces, au pire à aban­don­ner pro­gres­sive­ment tout con­tact avec l’école. »

La tri­bune pose le vieux principe de l’égalitarisme, qui n’est pas l’équité : la vieille soci­olo­gie de l’éducation, à l’origine des réformes qui ont réfor­mé sans cesse des réformes elles-mêmes réfor­mées sans arrêt depuis 40 ans, sans résul­tats posi­tifs, est de retour. La lutte des class­es serait la cause des iné­gal­ités sociales. C’était peut-être vrai il y a 70 ans mais aujourd’hui ?

C’est con­tre ces 5 lignes ci-dessus, que toutes les réformes, comme la plus récente réforme du sec­ondaire, les idées péd­a­gogiques de Meirieu et de ses amis, ont été mis­es en œuvre. Cela ne fonc­tionne pas ?

Les auteurs de la tri­bune veu­lent que des élèves soient accueil­lis par des pro­fesseurs volon­taires ne présen­tant pas de risques de san­té, en petits groupes. Quels enfants et ado­les­cents ?

« Ne pour­rait-on pas lim­iter l’accueil dans les écoles aux élèves men­acés de décrochage ou en sit­u­a­tion sociale dra­ma­tique ? » (…)  Ce ne serait alors nulle­ment pour eux une sanc­tion ou une stig­ma­ti­sa­tion, mais bien une véri­ta­ble chance qui leur serait don­née. Car, n’en dou­tons pas, la véri­ta­ble stig­ma­ti­sa­tion, ce n’est pas d’accompagner les élèves qui ont besoin d’aide, c’est bien de les laiss­er décrocher en silence… (…) Certes, dans cer­tains étab­lisse­ments, les élèves en grande dif­fi­culté seront très nom­breux et ne pour­ront pas être accueil­lis en même temps : il fau­dra alors n’en con­vo­quer qu’une par­tie pour cer­taines dis­ci­plines et organ­is­er des tours de rôle (…) on pour­rait en appel­er, sur ces ques­tions, à la sol­i­dar­ité nationale van­tée aujourd’hui de tous côtés. L’idée n’est pas neuve : « Don­ner plus et mieux à ceux qui ont moins. » Et si on la met­tait en œuvre, con­crète­ment, lors des dernières semaines de cette année sco­laire ? »

Remarques

  • Les enfants et les familles évo­quées sont ceux qui en règle générale décrochent déjà dans les étab­lisse­ments sco­laires : pas un mot.
  • Les enfants et les familles évo­quées sont ceux qui posent en règle générale de graves prob­lèmes de dis­ci­pline et de délin­quance dans les étab­lisse­ments sco­laires : pas un mot.
  • Les enfants et les familles évo­qués sont ceux qui béné­fi­cient déjà sans cesse, depuis plus de 50 ans, de « la sol­i­dar­ité nationale » pro­posée, à coups de mil­liards déver­sés dans les ban­lieues sans aucuns résul­tats tan­gi­bles, bien au con­traire, au point que l’une des mesures du gou­verne­ment actuel a été de divis­er les class­es des quartiers « dif­fi­ciles » (même cette expres­sion n’apparaît pas dans la tri­bune) en deux, pour des raisons sociales offi­cielle­ment. En réal­ité, car qua­si per­son­ne n’y est de cul­ture ni de langue française ni européenne.

La conclusion de la tribune ?

Il faut « tra­vailler avec ceux et celles qui n’ont pas trou­vé leur panoplie de bon élève au pied de leur berceau, qui ne com­pren­nent pas vrai­ment ce que l’école leur demande, qui n’ont jamais vrai­ment accédé au plaisir d’apprendre et à la joie de com­pren­dre… ceux qui ne savent rien des ver­tus de l’exigence et de la sat­is­fac­tion qu’on trou­ve à s’élever par l’effort au-dessus de soi-même. »

Tout y est : le mépris des familles de souche, de l’héritage, la glo­ri­fi­ca­tion des gen­tils élèves défa­vorisés des ban­lieues qui ne com­pren­nent pas (la langue française ?), qui ne pren­nent pas de plaisir appren­dre, les défa­vorisés, les damnés de la Terre…

En un mot, les immi­grés extra-européens.

Ce que pro­pose la tri­bune, sans le dire ouverte­ment car cela reviendrait à dire qu’il y a une par­ti­tion eth­nique sur le ter­ri­toire et un mou­ve­ment de rem­place­ment ? De dévers­er de nou­veau des mil­lions (en deux mois inutiles, mai et juin étant la péri­ode où l’école traîne jusqu’à la con­clu­sion de l’année sco­laire) pour les enfants de migrants, légaux ou non, dans les écoles, à l’occasion de la crise san­i­taire actuelle, et de leur réserv­er les écoles durant plusieurs mois.

Le tout sans jamais pronon­cer l’expression qui rem­place réelle­ment celle de lutte des class­es en France : la lutte des eth­nies con­tre les Européens de souche.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.