Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Tensions à Libération

11 mars 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Tensions à Libération

Tensions à Libération

D’un côté le propriétaire le groupe Altice de Patrick Drahi (voir notre infographie) et de l’autre la rédaction de Libération. Au milieu, entre l’arbre et l’écorce, le directeur de la rédaction Laurent Joffrin, ex plume de François Hollande. L’enjeu ? Certaines garanties données par l’actionnaire à la rédaction.

Le Gabon c’est tout bon

Ten­sions récur­rentes depuis la révéla­tion en avril 2019 d’un « Forum » organ­isé par le jour­nal en 2015 et con­sacré au Gabon, sym­pa­thique petit pays pétroli­er. Les aven­tures de Libéra­tion au pays de l’or noir, aurait titré Hergé. Lau­rent Jof­frin y avait pris la parole et si le jour­nal avait récupéré quelques 400K€ d’honoraires, d’obscures com­mis­sions se sont per­dues dans la nature (et ont sans doute été récupérées), le tout entraî­nant un cer­tain émoi dans la rédac­tion et la démis­sion du DG d’alors Pierre Fraiden­raich par­ti chez BFM.

C’est tout bon mais c’est trop bon

Devant ce qui appa­rais­sait comme une opéra­tion de pro­mo­tion des autorités gabonais­es sous cou­vert du titre, la rédac­tion demande des garanties. Ces garanties pour­raient pren­dre la forme de la ces­sion (à titre gra­cieux imag­i­nons-nous) d’une part sociale du cap­i­tal à la société des rédac­teurs. L’opération per­me­t­trait à un représen­tant des rédac­teurs d’assister aux assem­blées générales et de dis­pos­er des mêmes infor­ma­tions que les autres admin­is­tra­teurs.

Oui mais non

C’est ici que les choses se com­pliquent. Après des mois de négo­ci­a­tion en 2019, un accord sem­ble pou­voir se dessin­er pour la fin de l’année. L’actionnaire serait dis­posé à don­ner la pré­cieuse part sociale, on s’affaire, on rédi­ge des brouil­lons d’accord, c’est bien­tôt Noël, la société des rédac­teurs va trou­ver le joli accord signé dans ses petits souliers mis au pied du sapin.

Et puis les fête se passent, le cham­pagne est éven­té, et Clé­ment Delpirou cogérant du titre met des con­di­tions : en cas de revente du titre, la part sociale est récupérée. Autrement dit le nou­veau pro­prié­taire n’est pas tenu de respecter l’accord et garde toute lib­erté sur ce sujet. Ire de la rédac­tion qui voit là « un droit en CDD ». Qui plus est le droit de regard sur les comptes serait lim­ité aux con­trats supérieurs à 100K€ et d’éventuelles irrégu­lar­ités ne pour­raient être com­mu­niquées qu’après avis d’un « expert » qui pour­rait décider de ne pas les révéler. Char­mante ambiance chez les héros du libéral­isme lib­er­taire. Épisode à suiv­re.

Notre info­gra­phie sur Libéra­tion.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.

Derniers portraits ajoutés

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.