Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Suppressions de postes en Pays de la Loire, Ouest-France en grève

19 septembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Suppressions de postes en Pays de la Loire, Ouest-France en grève

Suppressions de postes en Pays de la Loire, Ouest-France en grève

À peine neuf mois après la mort de François-Régis Hutin, Ouest-France – qui emploie à ce jour 576 journalistes dans l’ensemble de son empire de presse – met en œuvre un plan de rationalisation qui tire une croix sur les engagements du défunt patron à maintenir l’emprise et les effectifs des journaux de Loire : Presse-Océan (Nantes, Saint-Nazaire), Le Courrier de l’Ouest (Anjou, Mauges) et Le Maine Libre (Sarthe, Mayenne). Une grève a été lancée ce 17 septembre à Ouest-France et chez les journaux précités contre les 56 suppressions de postes projetées.

Unification ou uniformisation de l’information

« L’a­ban­don des ter­ri­toires et des lecteurs — dans la Sarthe, le Maine-et-Loire, la Loire-Atlan­tique, le Fin­istère ou le Cal­va­dos — risque fort, mal­heureuse­ment, de n’être qu’une pre­mière marche vers d’autres reculs et renon­ce­ments », explique l’intersyndicale. Le pro­jet prévoit aus­si une uni­formi­sa­tion de l’information : en Maine et Anjou, Ouest-France repren­dra une par­tie des arti­cles pub­liés par Le Cour­ri­er de l’Ouest et Le Maine Libre, tan­dis qu’en Loire-Atlan­tique, Presse-Océan repren­dra ceux de Ouest-France.

Dans le détail, une dizaine de jour­nal­istes seront con­servés en poste en Sarthe et Anjou sur une trentaine au total. Trois agences, Cho­let, Sablé-sur-Sarthe et La Flèche seront fer­mées et un doc­u­ment d’orientation de la direc­tion annonçait 76 postes en moins, révèle la CGT Ouest-Médias. En Sarthe, ne seront main­tenus que « 8 postes sur les 28 Équiv­a­lents temps plein actuels : 2,5 postes de reporters, 3,5 postes de secré­taires de rédac­tion et deux aux sports », pré­cise la motion des rédac­tions du Maine libre en Sarthe.

La moitié des lecteurs perdus en dix ans, Presse-Océan bientôt rayé de la carte ?

Des réduc­tions d’effectifs sont aus­si prévues en Fin­istère et Nor­mandie. Côté Presse-Océan, 12 à 18 postes seront sup­primés et la rédac­tion de Saint-Nazaire fer­mée. Les jour­nal­istes d’Ouest-France fourniront le quo­ti­di­en de Presse-Océan là où il sera fer­mé. Si les fer­me­tures en Anjou, Mauges et Maine n’ont pas sus­cité de réac­tions – et devraient même plutôt réjouir dans les Mauges où le Cour­ri­er de l’Ouest ne s’est pas mon­tré avare en par­ti-pris ces dernières années, il n’en est pas de même en Loire-Atlan­tique. Cette fer­me­ture a déjà sus­cité divers­es réac­tions à Saint-Nazaire, dont, celle, assez inat­ten­due du Rassem­ble­ment Nation­al local qui regrette un « coup dur pour le plu­ral­isme ».

« Sans nous faire d’il­lu­sions sur la manière dont notre for­ma­tion était traitée depuis ces dernières années, surtout depuis notre entrée au con­seil munic­i­pal de Saint-Nazaire, nous devions bien con­stater qu’au sein du groupe SIPA (égale­ment pro­prié­taire de Ouest-France) le traite­ment réservé par Presse Océan aux mou­ve­ments poli­tique en général, et au FN-RN en par­ti­c­uli­er, était notoire­ment plus pro­fes­sion­nel, déon­tologique et impar­tial que ce à quoi nous étions habitués. L’on peut même par­ler de neu­tral­ité poli­tique de Presse Océan, par rap­port à Ouest-France ».

Enjeux financiers

Cepen­dant l’enjeu est aus­si compt­able. En dix ans, Presse-Océan a per­du 20.514 exem­plaires, soit la moitié de ses lecteurs, tan­dis que Ouest-France a per­du 108.694 exem­plaires, soit un lecteur sur 7. Au point que Presse-Océan soit men­acé de dis­pari­tion ? « C’est assez fla­grant à Nantes, par exem­ple avec les travaux de l’ancienne mai­son d’arrêt, pour­tant sous les fenêtres de Presse‑O, rue Deshoulières. Ce sont les jour­nal­istes d’Ouest-France basés sur l’île Beaulieu, à 2 kilo­mètres de là, qui s’en occu­pent », relève un lecteur habitué à Nantes.

Depuis le départ fra­cas­sant du rédac-chef de Presse-Océan Hervé Louboutin lors du rachat par Ouest-France, le pre­mier titre, jadis numéro 1 en Loire-Atlan­tique et Vendée (aban­don­née) a beau­coup décliné. Il avait lancé Le Nou­v­el Ouest pour le rem­plac­er et s’était finale­ment replié dans la presse économique en Bre­tagne et Pays de la Loire.

« Presse-Océan est beau­coup plus men­acé que le Cour­ri­er de l’Ouest et le Maine Libre », relève un proche du dossier. « Il est à la traîne et en fort déclin sur sa zone de dif­fu­sion alors que les deux autres sont restés prépondérants. Même du vivant de François-Régis Hutin Presse-Océan a déjà été beau­coup vidé de sa sub­stance. Il ne reste qu’à l’achever ».

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).