Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Stéphane Bern contre « la caste » des animateurs

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

17 juillet 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Stéphane Bern contre « la caste » des animateurs

Stéphane Bern contre « la caste » des animateurs

Temps de lecture : 2 minutes

Dans un entretien accordé à TV Magazine, l’animateur Stéphane Bern a dit tout haut ce qu’il pensait de certains de ses confrères et surtout de leur attitude vis-à-vis du grand public.

Pour le présen­ta­teur de « Secrets d’his­toire » sur France 2, « les ani­ma­teurs télé sont devenus une caste et ne savent plus com­ment vivent les Français ». « On peut con­tin­uer à être soi-même sans se vautr­er dans l’ar­ro­gance, comme cer­tains qui ani­ment une émis­sion cul­turelle que per­son­ne ne regarde, mais qui ne veu­lent pas être déchus en se met­tant au ser­vice du pub­lic », a‑t-il ajouté.

Un com­porte­ment qui va de pair avec l’évo­lu­tion des médias en général, qui ont « bas­culé vers plus de facil­ité et de vul­gar­ité ». Et de pour­suiv­re : « Ce qui m’a­muse, ce sont ces ani­ma­teurs de téléréal­ité dont on fait du jour au lende­main des vedettes. Eux changent. Mais des amis comme Cyril Hanouna ou Nikos Alia­gas sont restés disponibles et adorables. Ils ont une édu­ca­tion, des principes et n’ont pas choisi de faire ce méti­er pour être sim­ple­ment célèbres. »

S’il con­cède que « la télé mod­i­fie for­cé­ment une vie », le con­cer­nant elle ne l’a « ni changé ni ren­du fou ». « Je me suis adap­té. Les gens m’ont vu grandir. Je reviens de loin ! », a‑t-il expliqué, jugeant avoir « con­servé des rap­ports sim­ples avec les Français ». Une bien­veil­lance que les téléspec­ta­teurs lui ren­dent bien.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Albin Michel via Youtube