Accueil | Actualités | Médias | « Secrets d’Histoire » célèbre trop les rois selon le sans-culotte Mélenchon
Pub­lié le 31 mai 2015 | Éti­quettes :

« Secrets d’Histoire » célèbre trop les rois selon le sans-culotte Mélenchon

Après s'en être pris au Métronome de Lorant Deutsch ainsi qu'au jeu Assassin's Creed Unity, le Front de Gauche ressort sa guillotine médiatique.

« Secret d'Histoire » présentée par Stéphane Bern

« Secret d'Histoire » présentée par Stéphane Bern

Cette fois, c'est l'émission « Secret d'Histoire » présentée par Stéphane Bern sur France 2 qui s'est attirée les foudres révolutionnaires des héritiers de Robespierre. Dans une lettre adressée à la nouvelle présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte (pas encore en fonction), Alexis Corbière et Jean-Luc Mélenchon ont tenu à l'« alerter » sur les contenus de l'émission.

Prenant acte du succès de celle-ci, et lui reconnaissant une grande qualité de production, les deux hommes commencent leur plaidoirie en regrettant le portrait qui a été dressé, le mardi 19 mai, du roi Louis XVI, volontairement rebaptisé « Louis Capet » comme au bon vieux temps du tribunal révolutionnaire.

Dénonçant « les contenus idéologiques de ces émissions et le choix très orienté des sujets », le Front de Gauche constate que, « depuis 2008, France 2 a diffusé 88 épisodes différents de "Secrets d’Histoire". Sur ces 88 opus, plus de 60% sont consacrés exclusivement à des monarques et leurs favorites. Sur les moins de 40 % restant, dont l’essentiel est consacré à des artistes (écrivains et peintres), ou des personnages folkloriques et très secondaires de l’histoire universelle (...) seulement 5 émissions, soit 6% (!) de la totalité, ont été consacré à des personnalités ou des lieux liés à la République. »

Diantre ! La République ne serait donc qu'une petite partie, récente de surcroit, de l'histoire de France ? Corbière et Mélenchon semblent en tout cas le découvrir, avec d'autant plus d'aigreur que, comme ils l'ont rappelé eux-mêmes, l'émission de Stéphane Bern, aussi centrée sur l'Ancien Régime soit-elle, attire 3 à 4 millions de téléspectateurs à chaque rendez-vous. Réflexe victimaire oblige, le communiqué rappelle également que seul un tiers des émissions est consacré à des femmes, « qui ne sont souvent présentées qu’à titre de "femme de…" ou "favorite d’untel" », et regrette qu'aucun des personnages principaux ne soit de couleur. Y aurait-il un roi de France noir de peau que Stéphane Bern occulterait ? Et de poursuivre en regrettant que l'on consacre deux épisodes à Jésus, quelques autres à des sujets religieux, et aucun aux philosophes des Lumières, aux « figures du combat pour l’émancipation laïque », ou encore à la « grande famille intellectuelle du socialisme et communisme, qui a tant marqué l’histoire de France »... « D’une façon déséquilibrée, chaque épisode valorise de façon quasi systématique et outrancière des rois et reines, et même la principauté d’opérette et paradis fiscal de Monaco, au détriment de tous ceux qui ont lutté pour l’égalité et la justice », estiment-ils avant d'exiger que la présidence de France Télévisions « fasse un rappel à l’ordre aux producteurs et concepteurs de ces émissions ». Et de conclure que « finalement, "Secret d’histoire" tient plus de la basilique Saint Denis que du Panthéon ». Dans un communiqué, France 2 s'est défendu de ces accusations venues tout droit de la fin du XVIIIème siècle en rappelant que hormis « Secret d'Histoire », la chaîne proposait « régulièrement en première partie de soirée des grands documentaires événementiels » ou encore des fictions consacrés à des sujets plus « républiquement corrects ». En résumé, non contents que la République règne sans partage depuis 1870, il faudrait désormais, pour MM. Corbière et Mélenchon, qu'elle oublie totalement les siècles d'Histoire qui l'ont précédée. En agissant de la sorte, les deux hommes se comportent, comme ils l'ont fait avec Lorant Deutsch, en véritables petits commissaires politiques épurateurs de l'Histoire, donnant ainsi raison à la formule tristement célèbre de Saint-Just : « Ce qui constitue la République, c’est la destruction totale de ce qui lui est opposé. »

Dessin : © Milady de Winter, pour l'Ojim

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux