Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Rossel réorganise ses titres dans le nord de la France

9 juillet 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Rossel réorganise ses titres dans le nord de la France

Rossel réorganise ses titres dans le nord de la France

Le groupe belge Rossel réorganise ses titres dans le Nord, la Picardie et la Champagne-Ardenne. Cette réorganisation se fera sous l’égide du quotidien nordiste La Voix du Nord, ce qui n’est pas sans inquiéter les salariés concernés.

Le groupe Rossel va ain­si rassem­bler ses titres au sein d’une société appelée la Voix du Nord SA. Elle sera détenue à 96 % par la société Voix du Nord Investisse­ment - qui pren­dra prochaine­ment le nom de Groupe Rossel La Voix — elle-même détenue à près de 75% par Rossel France Investisse­ment et à 25% par la Caisse régionale de Crédit Agri­cole Nord de France. Dans sa nou­velle con­fig­u­ra­tion, le futur Groupe Rossel La Voix revendique 265,2 mil­lions € de chiffre d’affaires (2014) pour 1 700 col­lab­o­ra­teurs dont 700 jour­nal­istes. Il cou­vre une zone de 7,5 mil­lions d’habi­tants sur 8 départe­ments. Le groupe Rossel réu­nit, en France et out­re-Quiévrain, près de 5,5 mil­lions de lecteurs, réalise un CA de 530 mil­lions d’€ et emploie plus de 3000 personnes.

Il y a aura trois pôles régionaux, cor­re­spon­dants aux grands quo­ti­di­ens du groupe. À l’est, entre la Marne, l’Aisne et les Ardennes, le pôle de L’U­nion, dont la dif­fu­sion France payée (DFP) est de 86 025 exem­plaires et qui emploie 352 per­son­nes dont 134 jour­nal­istes. Ensuite un pôle picard qui regroupe Le Cour­ri­er Picard et L’Aisne nou­velle. Le pre­mier a une DFP de 54 343 exem­plaires en 2014 et fut une SCOP jusqu’à sa reprise par La Voix du Nord en 2009. Le sec­ond est un quadri­heb­do­madaire dont la DFP est de 17 222 exem­plaires. Il s’agit d’un ancien titre du groupe Her­sant repris en 2013 par Rossel. Le dernier pôle est évidem­ment con­sti­tuée par La Voix du Nord dont la DFP était de 231 066 exem­plaires en 2014.

Le regroupe­ment per­met de mutu­alis­er les activ­ités générales en qua­tre pôles, celui dédié au Com­merce (activ­ité de vente au grand pub­lic), celui de la pub­lic­ité (trois régies, à rai­son d’une par pôle), celui des sys­tèmes d’in­for­ma­tion & process et le dernier pour les ressources (finances, pro­duc­tion, RH, juridique, ser­vices généraux). La nou­velle organ­i­sa­tion sera opéra­tionnelle en 2016.

Une nouvelle alliance Ouest-France – Rossel

Par ailleurs le groupe nordiste se lance sur un autre créneau. Il devrait pren­dre le con­trôle de 20 Min­utes France à la suite du groupe norvégien Schib­st­ed. Promis à la fusion avec ses rivaux voire à la dis­pari­tion, le gra­tu­it, fort de 19 mil­lions de lecteurs par mois selon Audi­presse – dont 66% le lisent sur le web ou leur mobile –, d’un CA de 46,5 mil­lions d’€ et d’un résul­tat d’ex­ploita­tion de 900 000 € en 2014, se voit con­forté par l’ar­rêt de la dif­fu­sion de son con­cur­rent Metro dont le dernier numéro papi­er est paru le 3 juil­let dernier. Pour­tant, les recettes de 20 Min­utes – 200 salariés dont 100 jour­nal­istes – devraient reculer en 2015 de 4 mil­lions d’€.

Dans son com­mu­niqué de presse Bernard Marchant, admin­is­tra­teur-délégué du groupe explique que l’en­trée de Rossel au cap­i­tal de 20 Min­utes « est un pro­jet qui s’intègre totale­ment dans la stratégie de notre groupe, qui vise à gér­er et dévelop­per des médias lead­ers d’information capa­bles de s’appuyer sur les oppor­tu­nités offertes par les nou­velles plate­formes dig­i­tales ». Il s’agit donc selon lui d’un pro­jet « par­faite­ment com­plé­men­taire avec nos activ­ités exis­tantes en France ». Les négo­ci­a­tions avec Schib­st­ed devraient dur­er jusqu’à l’automne 2015. En revanche, Rossel, qui coédite à Lille un gra­tu­it avec Bol­loré Médias – Direct matin Lille plus – devrait du coup le céder entière­ment à son parte­naire. Ce gra­tu­it est dif­fusé à 60 000 exem­plaires et emploie une quin­zaine de per­son­nes. Là encore, le rap­proche­ment inquiète les syn­di­cats, qui pensent que l’u­nion entre les deux groupes de presse régionale, con­fron­tés à des défis sim­i­laires, pour­rait s’é­ten­dre au dig­i­tal, à la dif­fu­sion et à la pub.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.