Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Gratuits » : Métro jette l’éponge

26 mai 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | « Gratuits » : Métro jette l’éponge

« Gratuits » : Métro jette l’éponge

La France était le seul pays où trois journaux gratuits se partageaient le marché national. C’est terminé. TF1 arrête les frais en annonçant que la parution sur support papier du gratuit Metronews cessera avant l’été. Le journal avait accumulé les pertes : 10 millions d’euros en 2014, 15 anticipées en 2015.

Sur un effec­tif d’une cen­taine de per­son­nes (dont 30 jour­nal­istes) il y aura une soix­an­taine de licen­ciements. Une réu­nion du comité d’en­tre­prise est prévue le 26 mai. Dans un mes­sage envoyé aux salariés, TF1 affirme qu’elle “main­tiendrait l’ac­tiv­ité dig­i­tale avec l’ob­jec­tif de dévelop­per les posi­tions déjà acquis­es par la mar­que”. Selon des sources proches du dossier, l’ac­tiv­ité web et smart­phone de Metronews pour­rait être adossée à LCI.

Cette issue a‑t-elle été prévue de longue date ? L’Obser­va­toire des Médias rap­pelle les tweets du PDG de Métro, Édouard Boc­con-Gibod, qui envis­ageait ce scé­nario depuis 2012 : “nous serons le pre­mier jour­nal qui con­tin­ue à tir­er 700 000 exem­plaires et à sup­primer sa rédac­tion”. Il pré­ci­sait même la méth­ode : “on passe du papi­er au dig­i­tal sans pass­er par la case bi-média”.

Metronews est la pre­mière vic­time d’un secteur en crise, notam­ment à cause d’une con­cur­rence trop soutenue. Selon une étude de l’IREP la pub­lic­ité a dimin­ué de 11,4% dans la presse gra­tu­ite (con­tre 10,1% de diminu­tion dans la presse quo­ti­di­enne nationale) tan­dis que les petites annonces ont, elles, reflué de 9,2% en 2014.

Pour­tant, en  2012, une étude d’Audi­presse avait affir­mé que les gra­tu­its avaient con­quis un lec­torat nou­veau : “trois quarts des lecteurs des quo­ti­di­ens gra­tu­its ne lisent pas la presse quo­ti­di­enne nationale et qua­tre sur cinq ne lisent pas la presse régionale”. Un poten­tiel qui n’a pas pu être « con­ver­ti » en revenus. Du reste en province les gra­tu­its ne se por­tent guère mieux comme en témoigne la volon­té du groupe Sud Ouest d’ar­rêter les frais avec Direct Matin Bor­deaux 7 si ce dernier con­tin­ue à accu­muler les pertes.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.