Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Retraite pour les étrangers n’ayant jamais travaillé : l’AFP Factuel détourne l’attention pour mieux minimiser la vérité

22 août 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Retraite pour les étrangers n’ayant jamais travaillé : l’AFP Factuel détourne l’attention pour mieux minimiser la vérité

Retraite pour les étrangers n’ayant jamais travaillé : l’AFP Factuel détourne l’attention pour mieux minimiser la vérité

L’Agence France Presse est la première agence de presse francophone. Elle ne fait pas qu’inonder les médias de dépêches et autres articles prêts à l’emploi. L’AFP s’est mise à traquer les fake news, en particulier sur les réseaux sociaux. Son dernier « débunkage » emprunte une nouvelle fois tout à la technique de la fausse fenêtre : détourner l’attention pour cacher les vrais problèmes.

« Non, les “étrangers n’ayant jamais travaillé” ne touchent pas “1157 euros de retraite” »

Voilà le titre de l’article du 4 août 2020 de l’AFP Factuel qui entend démen­tir un mes­sage qui aurait abon­dam­ment cir­culé sur le réseau social Face­book. Le lecteur qui ne pousse pas plus avant sa lec­ture de l’article en con­clu­ra que le gou­verne­ment ne per­met pas à des étrangers de « prof­iter » de notre généreux sys­tème social.

Mais en pré­ten­dant cor­riger une fake news, les cor­recteurs de fauss­es infor­ma­tions ne peu­vent pass­er sous silence le fait que si, non, un étranger n’ayant jamais tra­vail­lé en France ne peut pas touch­er 1157 euros de retraite, il peut touch­er… 903 euros par mois. Cela même s’il n’a jamais cotisé au sys­tème social français !

Une liste de bénéficiaires longue comme le bras

En pous­sant plus avant les recherch­es sur l’Aide de Sol­i­dar­ité aux Per­son­nes Agées (ASPA), on peut con­stater que dès 65 ans, plusieurs caté­gories d’étrangers (réfugiés, béné­fi­ci­aires de la pro­tec­tion sub­sidi­aire, algériens détenant un cer­ti­fi­cat de rési­dence, etc.) peu­vent béné­fici­er des largess­es du sys­tème social français.

ObserAlgérie.com ne s’y est pas trompé : dès le lende­main de la pub­li­ca­tion de l’article de l’AFP Factuel, le site d’information algérien con­sacrait un arti­cle à ce sujet inti­t­ulé « Retraite chô­mage pour les Algériens en France : Com­ment touch­er près de 1000 euros par mois ? »

Le régime par­ti­c­uli­er des algériens déten­teurs d’une carte de rési­dence, encore plus favor­able que pour les autres nation­al­ités, y est détail­lé en long et en large. Douce France…

Des réactions sur les réseaux sociaux

S’il ne faut pas chercher du côté de l’AFP Factuel pour s’indigner de la pompe aspi­rante à l’immigration que con­stituent les aides sociales en tous gen­res, quelques inter­nautes ont réa­gi rapi­de­ment, à l’image de Philippe Her­lin sur Twit­ter:

« L’@AfpFactuel con­firme que les étrangers n’ayant jamais tra­vail­lé en France touchent une allo­ca­tion de 903€/mois au max­i­mum, et en moyenne de 443€/mois. Un pur scan­dale, quand sup­prime-t-on ce cadeau qui n’a aucune jus­ti­fi­ca­tion ? ».

Quand le fact checking cache la dissimulation de l’information

Sous cou­vert de rétablir des vérités, l’équipe de l’AFP use et abuse de la tech­nique de la fausse fenêtre. Dans l’exemple de la presta­tion retraite dite ASPA, c’est le fait qu’un étranger ne peut pas touch­er 1157 euros sans avoir tra­vail­lé qui est mis en avant. Alors qu’on peut légitime­ment s’indigner qu’un étranger qui n’a apporté aucune con­tri­bu­tion à notre pays puisse touch­er à 65 ans 903 euros par mois.

Comme le souligne Math­ieu Bock-Côté dans un édi­to­r­i­al du Figaro le 8 août, « cer­tains (fact check­ers), qui revendiquent le titre de cor­recteurs au ser­vice de l’exactitude factuelle, sont des mil­i­tants qui enten­dent surtout déter­min­er le sens des événe­ments, en pro­scrivant toute inter­pré­ta­tion ne cad­rant pas avec leurs opin­ions ».

En pré­ten­dant cor­riger les fauss­es idées, les fact check­ers de l’AFP ont une nou­velle fois mon­tré leur ori­en­ta­tion idéologique et leur mil­i­tan­tisme à peine caché sous un ver­nis d’objectivité…

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.