L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Inversion de la situation 28 ans après la chute du mur de Berlin : un journaliste polonais interdit en Grande-Bretagne

25 juillet 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Inversion de la situation 28 ans après la chute du mur de Berlin : un journaliste polonais interdit en Grande-Bretagne

Inversion de la situation 28 ans après la chute du mur de Berlin : un journaliste polonais interdit en Grande-Bretagne

25 juillet 2018

Temps de lecture : 2 minutes

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 3 mars 2018

Rafał Ziemkiewicz est un journaliste de renom en Pologne. Il a ses pages chaque semaine dans le prestigieux hebdomadaire conservateur Do Rzeczy et a travaillé pour plusieurs autres titres de presse respectés au cours de ses vingt ans de carrière. Il est invité pour s’exprimer à la télévision. Il a eu dans le passé son émission à la télévision publique, et il en a une aujourd’hui à la télévision privée TV Republika.

C’est aussi un écrivain plusieurs fois récompensé dans son pays, auteur de quelques best-sellers. La Pologne étant un pays où le pluralisme est réel dans les médias, Rafał Ziemkiewicz a beau afficher sans complexe des opinions à la droite du PiS, plus proches des milieux nationalistes chrétiens que démocrates-chrétiens, il fait clairement partie du mainstream polonais.

Appel à la censure du Guardian et d’une députée travailliste

Le jour­nal­iste polon­ais Rafał Ziemkiewicz avait été invité par une organ­i­sa­tion d’émigrés polon­ais en Grande-Bre­tagne pour ani­mer en févri­er des ren­con­tres d’auteur prévues dans les villes de Cam­bridge, Bris­tol et Lon­dres. Cela a déplu à la députée tra­vail­liste Rupa Huq, une anci­enne jour­nal­iste du jour­nal de gauche The Guardian. La députée née dans une famille musul­mane orig­i­naire du Bangladesh a écrit au Home Office pour deman­der une inter­dic­tion de séjour pour ce jour­nal­iste polon­ais qu’elle juge « d’extrême droite ». Le Guardian a orchestré la cam­pagne pour soutenir la demande de Rupa Huq égale­ment relayée par l’ONG « antiraciste » Faith Mat­ters. Dans le passé, la même députée avait demandé que le prési­dent améri­cain Don­ald Trump – qu’elle qual­i­fie d’homophobe, d’islamophobe et de raciste – ne puisse pas non plus pos­er les pieds sur le sol britannique.

Les organ­isa­teurs polon­ais de ces ren­con­tres d’auteur n’ont eu d’autre choix que d’annuler. Dans la « libérale » Albion, les pro­prié­taires des locaux avaient eu des pres­sions de la police de Sa Majesté. C’est ain­si qu’un des pubs réservés pour une dis­cus­sion des Polon­ais du coin avec Ziemkiewicz a été prévenu qu’il pour­rait per­dre sa licence en cas de trou­bles, et que des trou­bles étaient à prévoir. D’après le jour­nal­iste polon­ais, même le restau­rant où un sim­ple dîn­er avait été prévu en sa présence aurait préféré annuler la réservation !

Du communisme polonais au libéralisme à l’anglaise, même combat

On s’en doute, Rupa Huq avait été prév­enue par des Polon­ais de gauche qui n’aiment pas le dis­cours d’un Ziemkiewicz de droite. Le sec­tarisme de gauche existe aus­si chez les Polon­ais, sauf qu’en Pologne-même ils n’arrivent pas à empêch­er un jour­nal­iste d’exprimer ses opin­ions de droite (ce n’est pas faute d’essayer par­fois). En Grande-Bre­tagne, s’est plaint Ziemkiewicz dans les colonnes de Do Rzeczy, « pour qu’un rassem­ble­ment soit inter­dit, pour qu’il soit cen­suré, il suf­fit d’être ‘con­tro­ver­sé’ ». Ce qui a joué, selon Ziemkiewicz, c’est aus­si cette alliance entre islam et extrême gauche que l’on observe au Roy­aume-Uni. Car il est vrai que Ziemkiewicz est très cri­tique par rap­port à l’immigration-islamisation observée en Europe occidentale.

Se réjouis­sant de l’annulation de la venue du jour­nal­iste polon­ais, l’ancienne jour­nal­iste du Guardian dev­enue députée tra­vail­liste a déclaré que sa com­mune d’Ealing avait mon­tré qu’elle « ne tolér­erait pas la haine et l’extrémisme d’intervenants néo-nazis venant de Pologne », ce pour quoi Ziemkiewicz lui promet des pour­suites devant la jus­tice bri­tan­nique. « Extrémistes », « fas­cistes », « néo-nazis » : la rhé­torique util­isée aujourd’hui en Europe de l’Ouest pour faire taire les voix dis­si­dentes ressem­ble fort à celle des régimes com­mu­nistes d’Europe de l’Est avant la chute du mur de Berlin en 1989.

Crédit pho­to : Adri­an Grycuk via Wiki­me­dia (cc)

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés