Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Inversion de la situation 28 ans après la chute du mur de Berlin : un journaliste polonais interdit en Grande-Bretagne

25 juillet 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Inversion de la situation 28 ans après la chute du mur de Berlin : un journaliste polonais interdit en Grande-Bretagne

Inversion de la situation 28 ans après la chute du mur de Berlin : un journaliste polonais interdit en Grande-Bretagne

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 3 mars 2018

Rafał Ziemkiewicz est un journaliste de renom en Pologne. Il a ses pages chaque semaine dans le prestigieux hebdomadaire conservateur Do Rzeczy et a travaillé pour plusieurs autres titres de presse respectés au cours de ses vingt ans de carrière. Il est invité pour s’exprimer à la télévision. Il a eu dans le passé son émission à la télévision publique, et il en a une aujourd’hui à la télévision privée TV Republika.

C’est aussi un écrivain plusieurs fois récompensé dans son pays, auteur de quelques best-sellers. La Pologne étant un pays où le pluralisme est réel dans les médias, Rafał Ziemkiewicz a beau afficher sans complexe des opinions à la droite du PiS, plus proches des milieux nationalistes chrétiens que démocrates-chrétiens, il fait clairement partie du mainstream polonais.

Appel à la censure du Guardian et d’une députée travailliste

Le jour­nal­iste polon­ais Rafał Ziemkiewicz avait été invité par une organ­i­sa­tion d’émigrés polon­ais en Grande-Bre­tagne pour ani­mer en févri­er des ren­con­tres d’auteur prévues dans les villes de Cam­bridge, Bris­tol et Lon­dres. Cela a déplu à la députée tra­vail­liste Rupa Huq, une anci­enne jour­nal­iste du jour­nal de gauche The Guardian. La députée née dans une famille musul­mane orig­i­naire du Bangladesh a écrit au Home Office pour deman­der une inter­dic­tion de séjour pour ce jour­nal­iste polon­ais qu’elle juge « d’extrême droite ». Le Guardian a orchestré la cam­pagne pour soutenir la demande de Rupa Huq égale­ment relayée par l’ONG « antiraciste » Faith Mat­ters. Dans le passé, la même députée avait demandé que le prési­dent améri­cain Don­ald Trump – qu’elle qual­i­fie d’homophobe, d’islamophobe et de raciste – ne puisse pas non plus pos­er les pieds sur le sol bri­tan­nique.

Les organ­isa­teurs polon­ais de ces ren­con­tres d’auteur n’ont eu d’autre choix que d’annuler. Dans la « libérale » Albion, les pro­prié­taires des locaux avaient eu des pres­sions de la police de Sa Majesté. C’est ain­si qu’un des pubs réservés pour une dis­cus­sion des Polon­ais du coin avec Ziemkiewicz a été prévenu qu’il pour­rait per­dre sa licence en cas de trou­bles, et que des trou­bles étaient à prévoir. D’après le jour­nal­iste polon­ais, même le restau­rant où un sim­ple dîn­er avait été prévu en sa présence aurait préféré annuler la réser­va­tion !

Du communisme polonais au libéralisme à l’anglaise, même combat

On s’en doute, Rupa Huq avait été prév­enue par des Polon­ais de gauche qui n’aiment pas le dis­cours d’un Ziemkiewicz de droite. Le sec­tarisme de gauche existe aus­si chez les Polon­ais, sauf qu’en Pologne-même ils n’arrivent pas à empêch­er un jour­nal­iste d’exprimer ses opin­ions de droite (ce n’est pas faute d’essayer par­fois). En Grande-Bre­tagne, s’est plaint Ziemkiewicz dans les colonnes de Do Rzeczy, « pour qu’un rassem­ble­ment soit inter­dit, pour qu’il soit cen­suré, il suf­fit d’être ‘con­tro­ver­sé’ ». Ce qui a joué, selon Ziemkiewicz, c’est aus­si cette alliance entre islam et extrême gauche que l’on observe au Roy­aume-Uni. Car il est vrai que Ziemkiewicz est très cri­tique par rap­port à l’immigration-islamisation observée en Europe occi­den­tale.

Se réjouis­sant de l’annulation de la venue du jour­nal­iste polon­ais, l’ancienne jour­nal­iste du Guardian dev­enue députée tra­vail­liste a déclaré que sa com­mune d’Ealing avait mon­tré qu’elle « ne tolér­erait pas la haine et l’extrémisme d’intervenants néo-nazis venant de Pologne », ce pour quoi Ziemkiewicz lui promet des pour­suites devant la jus­tice bri­tan­nique. « Extrémistes », « fas­cistes », « néo-nazis » : la rhé­torique util­isée aujourd’hui en Europe de l’Ouest pour faire taire les voix dis­si­dentes ressem­ble fort à celle des régimes com­mu­nistes d’Europe de l’Est avant la chute du mur de Berlin en 1989.

Crédit pho­to : Adri­an Grycuk via Wiki­me­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).