Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quotidien de Yann Barthès : mensonges et dérision. Deuxième partie

13 décembre 2019

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Quotidien de Yann Barthès : mensonges et dérision. Deuxième partie

Quotidien de Yann Barthès : mensonges et dérision. Deuxième partie

L’émission Quo­ti­di­en de Yann Barthès a déjà fait l’objet d’un arti­cle « La morgue » que vous trou­verez ici. Nous pub­lions la deux­ième par­tie, « Le vide ». L’ensemble du dossier est réservé à nos dona­teurs. Une excel­lente occa­sion de nous soutenir avec un reçu fis­cal de 66% de votre don, vous pou­vez cli­quer là.

Le talk show de Yann Barthès, l’un des premiers de la télévision française, hisse l’infotainment au rang de messe quotidienne. Si la liturgie est hybride, le catéchisme progressiste y est martelé de manière orthodoxe, quitte à faire avaler n’importe quoi aux fidèles. Décryptage en trois parties.

Le vide

Qu’est-ce que l’ « info­tain­ment », ou l’ « info­di­ver­tisse­ment », genre d’émissions importé des Etats-Unis et dont Quo­ti­di­en est l’exemple français le plus typ­ique ? Une manière de traiter une matière, l’information, avec les procédés du diver­tisse­ment, en vue de ramen­er vers les ques­tions d’actualité un pub­lic jeune et ayant des dif­fi­cultés d’attention (en somme, la jeunesse débil­itée par l’effondrement de l’Éducation nationale et les jeux vidéos, ce qui représente en effet une impor­tante part d’audience pos­si­ble). Cette con­fu­sion des reg­istres a été dénon­cée à de nom­breuses repris­es tant elle entraîne naturelle­ment de graves prob­lèmes déon­tologiques dans la manière de présen­ter des faits d’actualité ou de pren­dre part au débat col­lègues se voient refuser leurs cartes de presse, les représen­tants de la pro­fes­sion con­sid­érant à juste titre que les reportages menés par l’équipe ne rel­e­vaient pas du jour­nal­isme (https://www.ozap.com/actu/des-journalistes-du-petit-journal-de-yann-barthes-interdits-de-carte-de-presse/441541). Si le méti­er du jour­nal­iste est d’aider le spec­ta­teur ou le lecteur à décrypter ce qui a lieu autour de lui, on ne peut recon­naître cette ver­tu aux comiques de Quo­ti­di­en qui lami­nent toute infor­ma­tion véri­ta­ble au boutoir de la blague de lycée. Au point que ce qui frappe le plus dans cette si longue émis­sion dif­fusée chaque jour de la semaine, c’est son vide effarant.

Tribunal-chiffons

Analysons les quelques procédés du diver­tisse­ment qui sont employés par les amuseurs. Ils ne sont guère nom­breux. D’abord, on trou­ve le « tribunal–chiffons », autrement dit, le « niveau pétasse » de la cri­tique, qui con­siste à iro­nis­er sur la nou­velle jupe d’une col­lègue. Le 25 octo­bre, par exem­ple, alors que le prési­dent français se trou­ve en vis­ite sur l’île Grande Glo­rieuse, le détail essen­tiel qui va être retenu de cet événe­ment, c’est la mar­que des lunettes de soleil qu’a revêtues Macron. Après avoir trou­vé qu’il s’agissait de Tom Ford, on passera en revue les lunettes noires des précé­dents prési­dents. Dans la même émis­sion, on raillera la queue-de-pie que l’ex prési­dent Sarkozy porte à l’occasion de la céré­monie d’intronisation de nou­v­el empereur du Japon. « Est-ce que ça se fait ? », demande-t-on, comme si tout l’enjeu de l’événement se résumait à ce détail dérisoire. En tout cas, ça ne se fait pas de ren­tr­er sa cra­vate dans son pan­talon comme Macron l’a fait durant son dis­cours à Grande Glo­rieuse. Une enquête poussée per­me­t­tra au spec­ta­teur d’apprendre que c’est en rai­son de vents vio­lents que le prési­dent a com­mis pareille faute de goût. Et la coupe de cheveux de Zucker­berg, n’est-ce pas l’un des élé­ments les plus inquié­tants relatif au règne des GAFAs ? Le 21 octo­bre, les images d’une man­i­fes­ta­tion lon­doni­enne anti-Brex­it sont exploitées comme à l’occasion d’un défilé de Mar­di Gras, quand il s’agit de repér­er les meilleurs cos­tumes plutôt que d’éclairer les raisons des par­tic­i­pants et de leurs opposants. Et quand, le 23 octo­bre, on met en par­al­lèle les man­i­fes­ta­tions mon­stres qui se déroulent au Chili, au Liban ou à Hong-Kong, c’est finale­ment pour en con­clure que le masque du Jok­er est la dernière ten­dance à la mode.

Vidéo-gag

L’autre procédé réguli­er de Quo­ti­di­en con­siste à extraire une gaffe, une mal­adresse, un ridicule, ou d’opérer un mon­tage en vue de les soulign­er, dans le but de moquer ce tra­vers en général pure­ment formel, sans jamais s’interroger sur le fond du pro­pos de la per­son­ne ciblée. Le 23 octo­bre, on zoome sur le vis­age livide de Cas­tan­er érein­té par les voy­ages. Dans la rubrique « Lun­di Canap » du chevalin Éti­enne Car­bon­nier, le 21 octo­bre, un mon­tage per­met de ridi­culis­er les par­tic­i­pants de l’émission « Danse avec les stars ». Le 24 octo­bre, alors que Chris­t­ian Jacob vient de pren­dre la tête des Répub­li­cains, le seul détail impor­tant pour nos diver­tis­seurs, c’est la mau­vaise date inscrite sur son badge. À l’Assemblée nationale, plus tard, on mon­tr­era une sélec­tion de petits ridicules : boucle d’oreille d’un député, bâille­ment d’un autre, tics gestuels d’un troisième. On souligne les tics de lan­gage d’un Mélen­chon et on moque les défauts d’élocutions d’une gamine qui, vis­i­tant la « Kid Expo », ne parvient pas à artic­uler « Cross­fit ». Le 22 octo­bre, un mon­tage per­met de met­tre en valeur le même défaut de pronon­ci­a­tion chez Mélen­chon et le député du même par­ti, Quaten­nens, sem­blant imiter son patron en dis­ant « nor­taméri­cains » pour « nord améri­cains ». Tout débat, tout dis­cours, toute prob­lé­ma­tique sont ain­si évincés et réduits à un pré­texte aux con­sid­éra­tions les plus triv­iales pour nour­rir un humour de cour de récré, où le gros et le bègue sont jetés en pâture à l’ennui des plus grossiers des mômes.

Viser bas

Pour se don­ner l’air supérieur, ce qui est indis­pens­able au ton recher­ché, quand on dis­pose du QI moyen de Quo­ti­di­en, il faut vrai­ment vis­er bas. Alors, le 22 octo­bre, on évoque la famille royale anglaise, William et Kate au Pak­istan, Har­ry et Meghan en Afrique, en se faisant en quelque sorte le tabloïd des tabloïds. Le même jour, on raille la coupe du monde du foot­ball à six, du provin­cial­isme d’une telle com­péti­tion, de l’interprétation médiocre de l’hymne polon­aise ou des jeux de mots foireux des com­men­ta­teurs (comme si l’humour des têtes-à-claques de Quo­ti­di­en était d’un niveau remar­quable…) Dans le « Mar­di Canap’ » d’Étienne Car­bon­nier du 22 octo­bre, une sélec­tion des pas­sages absur­des de l’émission bas-de-gamme « Appels d’urgence » per­met au parisien branché de se pren­dre pour un prince à bon compte sur le dos des ploucs. Le lende­main, le même ani­ma­teur se moquera longue­ment d’une émis­sion de téléréal­ité, provo­quant une sorte de téle­sco­page de vide, une déri­sion du déjà dérisoire qui donne au spec­ta­teur l’impression que s’élabore sous ses yeux l’équivalent d’un siphon men­tal.

Évidence et bégaiement

Enfin, en plus de ces trois procédés prin­ci­paux, on trou­ve quelques tics tout aus­si symp­to­ma­tiques du néant où nagent les G.O. de Quo­ti­di­en. Le pre­mier, c’est de s’étonner de l’évidence. Le 22 octo­bre, on se moque de Soazig de la Moisson­nière, la blogueuse de L’Élysée, parce qu’elle fait son méti­er et donc des mis­es en scène assez arti­fi­cielles et con­v­enues, comme si la fatal­ité de sa fonc­tion avait quoi que ce soit d’étonnant. Le 25 octo­bre, on charge Marine Le Pen en la trai­tant de « disque rayé » parce qu’elle répète en boucle sur tous les médias qu’elle sera can­di­date en 2022, ce qui est le principe de ce genre de déc­la­ra­tion. Le même soir, on va ten­ter de ridi­culis­er par tous les moyens les pau­vres jour­nal­istes télévi­suels qui mènent un entre­tien avec le prési­dent français à la Réu­nion. On souligne la banal­ité d’une ques­tion pure­ment formelle avant le début de l’entretien : « Vous avez eu une rude journée ? » Et tout le plateau de pouf­fer, comme si égrain­er des banal­ités dans ce genre de con­texte et en atten­dant le sig­nal de tour­nage n’était pas for­cé. En somme, on s’étonne banale­ment de la banal­ité des choses banales, et voilà qui est cen­sé faire office de con­tenu. On adore aus­si les « run­ning gags », ce bégaiement du comique de con­nivence qui relève d’une facil­ité atter­rante dès qu’on sort d’un cer­cle restreint. Toute la dernière semaine d’octobre, on mon­tr­era ain­si Macron soulever les enfants qu’on lui présente, en com­men­tant avec sar­casme sur le fait que le prési­dent les « pèse », comme si ser­rer des mains, embrass­er les enfants et tâter le cul des vach­es était chose neuve ou évitable lorsqu’on assume la fonc­tion qui est la sienne. Non seule­ment c’est une non-infor­ma­tion, ça n’a rien d’extraordinairement drôle, mais la fig­ure est répétée toute la semaine avec le même entrain débile. Pour résumer, Quo­ti­di­en, sur un fond de ricane­ment per­ma­nent, c’est une heure trente par jour, dont une heure vingt de vide absolu. Les dix min­utes restantes se parta­gent entre men­songe éhon­té et pro­pa­gande. C’est ce que nous étudierons dans le dernier volet de cette enquête.

A SUIVRE NOS DONATEURS PEUVENT RECEVOIR LE DOSSIER COMPLET, CLIQUEZ ICI

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.