Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand l’AFP annonce le retour d’un Taliban afghan au pays, en France

25 août 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Quand l’AFP annonce le retour d’un Taliban afghan au pays, en France

Quand l’AFP annonce le retour d’un Taliban afghan au pays, en France

Accueil | Veille médias | Quand l’AFP annonce le retour d’un Taliban afghan au pays, en France

Quand l’AFP annonce le retour d’un Taliban afghan au pays, en France

25 août 2021

Tous les mots ont en un sens. Leur choix par les journalistes détermine l’orientation des informations qui sont données dans les médias et contribue à façonner l’opinion publique. L’AFP vient à propos de l’arrivée en France d’Afghans présumés proches d’islamistes de se distinguer une nouvelle fois dans un exercice réussi de langue de bois.

Le scoop de Valeurs actuelles

Dans l’après-midi du 24 août, dans l’emballement sus­cité par le lob­by pro-immi­gra­tion qui voudrait con­va­in­cre les Français de la néces­sité d’accueillir le plus grand nom­bre d’Afghans, le site du jour­nal Valeurs actuelles a don­né une infor­ma­tion exclusive :

« Cinq Afghans tout juste accueil­lis… et déjà sous sur­veil­lance pour risque ter­ror­iste. À peine débar­qués sur le sol français, cinq Afghans se sont vu noti­fi­er leur place­ment sous sur­veil­lance accrue, dans le cadre de la préven­tion du ter­ror­isme islamiste ».

On apprend à la lec­ture de l’article que les 5 Afghans fraiche­ment débar­qués en France ont été placés dimanche 22 août sous une « mesure indi­vidu­elle de con­trôle admin­is­tratif et de sur­veil­lance, qui désigne donc les assig­na­tions à rési­dence pronon­cées afin de prévenir la poten­tielle com­mis­sion d’actes de ter­ror­isme ».

Les mis­es en garde con­tre une infil­tra­tion en Europe de ter­ror­istes et de mer­ce­naires par­mi le flux de migrants Afghans n’ont pour­tant pas man­qué, comme celle d’un ancien mem­bre des Frères musul­mans sur son compte Twit­ter. Au-delà, comme le souligne un arti­cle du site d’information Breizh info, à par­tir d’un sondage fait en 2013 par le Pew Research cen­ter, les con­vic­tions religieuses d’une immense majorité d’Afghans musul­mans ne sont pas mar­quées par la tem­pérance, entre adhé­sion mas­sive à la charia et appro­ba­tion majori­taire de la peine de mort pour les apostats…

L’information moulinée de l’AFP

L’agence de presse AFP, qui dis­tribue sou­vent les élé­ments de lan­gage aux jour­nal­istes con­formistes en manque de moyens, a mouliné l’information exclu­sive divul­guée par le jour­nal Valeurs actuelles.

À l’arrivée, dans une « Une » mise en ligne sur Twit­ter, ce ne sont plus 5 Afghans qui ont été placés sous sur­veil­lance ter­ror­iste mais « un Afghan pré­sumé proche des Tal­ibans ». Pudique­ment, peut-être pour éviter un choc au lecteur, l’AFP nous apprend ensuite que 4 autres Afghans ont été placés sous surveillance.

Un afghan « rapatrié » en France (sic)

« Un Afghan rap­a­trié en France, pré­sumé proche des tal­ibans par les autorités français­es, a été placé sous sur­veil­lance ain­si que qua­tre autres rap­a­triés proches de lui, a appris l’AFP auprès du min­istre de l’In­térieur Gérald Dar­manin ».

Comme pour euphémiser encore davan­tage cette infor­ma­tion, l’AFP indique pour les qual­i­fi­er que les 5 acolytes ont été « rap­a­triés ». Pour qui se donne la peine d’ouvrir un dic­tio­n­naire, « rap­a­tri­er » veut dire : « Assur­er le retour d’une per­son­ne sur le ter­ri­toire du pays auquel elle appar­tient par sa nation­al­ité ».

On peut com­pren­dre que le petit télé­graphiste de l’AFP souhaite que la nation­al­ité française soit don­née  séance ten­ante à ces 5 Afghans, bien qu’ils ne sem­blent pour­tant pas si recom­mand­ables, mais ne con­fon­dons pas vitesse avec pré­cip­i­ta­tion. Tout vien­dra en son temps, et peut-être quelques mau­vais­es sur­pris­es. Même si la pré­cip­i­ta­tion sem­ble la car­ac­téris­tique de la ges­tion du « rap­a­triement » mas­sif d’Afghans en France…

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés