Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Quand France Inter sert la soupe idéologique au rappeur Youssoupha
Quand France Inter sert la soupe idéologique au rappeur Youssoupha

1 juillet 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Quand France Inter sert la soupe idéologique au rappeur Youssoupha

Quand France Inter sert la soupe idéologique au rappeur Youssoupha

Quand France Inter sert la soupe idéologique au rappeur Youssoupha

Lundi 7 juin 2021, Augustin Trapenard, sponsor de l’association des journalistes LGBTQ+ etc, recevait, pour un numéro de Boomerang, le rappeur Youssoupha. C’était sur France Inter durant 32 minutes.

L’accroche

« En une quin­zaine dannées, il a su simpos­er, à coups de punch­lines bien sen­ties, comme une fig­ure tutélaire du rap français. Il y a deux semaines, sa chan­son « Ecris mon nom en bleu » accom­pa­g­nant lannonce des 26 joueurs sélec­tion­nés pour lEuro 2021, a déclenché une polémique. Yous­soupha est dans Boomerang. »

Les propos

Le cœur de l’émission c’est la chan­son « Écris mon nom en bleu » de Yous­soupha, chan­son retenue pour accom­pa­g­n­er le dévoile­ment de la liste des joueurs retenus par Didi­er Deschamps pour jouer le cham­pi­onnat d’Europe (per­du con­tre la Suisse) des Nations de foot­ball. La chan­son en elle-même ne pose pas de prob­lème. Ce qui a pu gên­er, c’est de choisir Youssoupha.

Pourquoi ?

  • Pour Yous­soupha, l’annonce est « dev­enue une grand-messe, plus impor­tante qu’une allo­cu­tion de prési­dent de la République au 20 heures ». La chan­son lui a été demandée.
  • La chan­son prend une ampleur phénomé­nale. Trape­nard pré­cise : « En plus, vous êtes loin, vous êtes à Abid­jan où vous vivez ». Le jour­nal­iste, qui a passé les cinq pre­mières min­utes de l’émission à défendre les sources et les infor­ma­tions fiables, ne relève pas ce fait inouï : le chanteur retenu pour écrire la chan­son qui va accom­pa­g­n­er les bleus préfère vivre en Afrique.

Ce que l’on reproche au « rappeur, mil­i­tant » Yous­soupha ? Des pro­pos tenus longtemps aupar­a­vant et qui auraient dû empêch­er, out­re le fait qu’il se sente surtout Ivoirien, que l’on fasse appel à lui pour ce type de chan­son. Accrochez-vous.

  • « Jmélange mes fan­tasmes et mes peines comme dans ce rêve où ma semence de nègre fout en cloque cette chi­enne de Marine Le Pen » (sic). 
  • À pro­pos de Zem­mour : il chante vouloir met­tre « un bil­let sur la tête de celui qui fera taire ce con dEric Zem­mour » (sic bis).

La polémique détournée de son sens

Pour Yous­soupha et Trape­nard, la polémique ne vient pas des pro­pos tenus par le rappeur dans ses chan­sons mais de sa couleur de peau. Augustin Trape­nard insiste et con­duit Yous­soupha sur ce ter­rain-là : il n’y aurait pas de prob­lème s’il était « blanc et s’appelait Michel ». Trape­nard  pour­rait pos­er la ques­tion autrement : pourquoi Michel, un blanc, n’écrit-il juste­ment pas ces pro­pos, des pro­pos dont on peut se deman­der quel lien ils ont avec l’art, mais dont on voit bien l’aspect orduri­er, crim­inel et politique.

Bien sûr, les pro­pos de Yous­soupha sur Zem­mour ont été déboutés en jus­tice et ceux sur Marine Le Pen sont à ce point bêtes que gâch­er un procès pour cela peut sem­bler inutile. Yous­soupha n’est pas con­damné en jus­tice. Il n’empêche, la ques­tion se pose  et devrait être posée par le jour­nal­iste : ce type de  rappeur est-il  vrai­ment la per­son­ne idoine pour représen­ter la France, l’une de ces per­son­nal­ités qui, d’après le gou­verne­ment, sont cen­sées servir d’exemples (sic ter) pour la jeunesse et pour  les sportifs ? Pos­er la question…

Comme le dis­ait Montherlant :

« Les hommes sen­sés de Lacédé­mone mon­traient à leurs enfants un ilote ivre, pour leur faire voir ce qu’ils ne devaient pas être.
Ensuite un temps vint où les hommes sen­sés (ou tenus pour tels), mon­trèrent à leurs enfants un ilote ivre, pour leur faire voir ce qu’ils devaient être.
Enfin l’ilote ivre, devenu mod­èle idéal, mon­tra à ses enfants l’homme sen­sé, pour leur faire voir ce qu’ils ne devaient pas être ».
Hen­ry de Mon­ther­lant, La Marée du soir, Car­nets 1968–1971, Paris, Gallimard

Publicité

Le Néo-féminisme à l'assaut d'Internet

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».