Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand France 24 informe les migrants pour qu’ils boivent la tasse

28 juillet 2018

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Quand France 24 informe les migrants pour qu’ils boivent la tasse

Quand France 24 informe les migrants pour qu’ils boivent la tasse

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 19 juin 2018

France 24, télévision de l’État français modestement regardé en métropole mais très regardée dans toute la francophonie où elle est un média de référence, propose un média spécifiquement dédié aux migrants sur son site. Analyse.

France 24 est un média réputé de longue date pour son ancrage dans la pen­sée dom­i­nante, jouant le rôle d’un vecteur de cette pen­sée hors métro­pole. Un de ces médias qui dif­fusent une pen­sée offi­cielle à l’étranger, au point que la moin­dre prise de posi­tion un peu dif­férente a pu provo­quer polémique. N’ayant pas ren­du vis­ite à France 24 depuis quelques temps, l’OJIM a été sur­pris de trou­ver sur son site, dans le menu de gauche, par­mi les onglets des rubriques, un lien vers un étrange site inti­t­ulé InfoMi­grants. Cliquons.

La voix de la France officielle à l’étranger ?

Le site est mis en œuvre par France 24, RFI, France Médias Monde, Deutsche Welle (la radio inter­na­tionale alle­mande qui com­porte une sur­prenante page d’actualités inti­t­ulée « racines d’Afrique ») et l’ANSA (Agence Nationale de Presse ital­i­enne, l’AFP de la pénin­sule). France Médias Monde est la ver­sion mod­ernisée de l’ancien Audio­vi­suel Extérieur de la France. Il se com­pose aujourd’hui de trois médias prin­ci­paux, France 24 et RFI mais aus­si Monte Car­lo Doualiya (MCD) la sta­tion de radio française « dif­fu­sant en arabe, depuis Paris » vers les pays de prove­nance des migrants musul­mans en France, par exem­ple la Mau­ri­tanie ou le Soudan. Une façon de mieux faire con­naître nos con­trées à ceux qui veu­lent pay­er des passeurs pour ensuite ris­quer leur vie sur des bateaux de for­tune. Notons que la « mis­sion » de France Médias Monde, regroupant donc ces divers médias, est annon­cée comme ceci : « con­tribuer à la dif­fu­sion et à la pro­mo­tion de la langue française, des cul­tures français­es et fran­coph­o­ne » dans le monde. La notion de pro­mo­tion est ain­si claire­ment affichée, ain­si que cette étrange idée d’une plu­ral­ité des « cul­tures » français­es. Idée étrange, en par­ti­c­uli­er dans le con­texte d’un média d’État. Notons aus­si que RFI et France 24 con­cer­nent de l’ordre de 40 mil­lions de téléspec­ta­teurs ou d’auditeurs cha­cune dans le monde, MCD de l’ordre de 7 mil­lions. France Médias Monde émet dans 180 pays, et une soix­an­taine de jour­nal­istes tra­vail­lent pour lui. Plus qu’un média, une machine médi­a­tique de guerre à des­ti­na­tion du monde. C’est cette machine mon­di­ale qui promeut InfoMi­grants. Ce fait est d’autant plus intéres­sant quand il est mis en rela­tion avec celui-ci : « Le 23 mars 2016, FMM signe un parte­nar­i­at de trois ans avec l’É­tat pour ren­forcer l’é­d­u­ca­tion aux médias dans les étab­lisse­ments sco­laires. Des jour­nal­istes du groupe se ren­dront dans les écoles pour par­ler de la dif­férence entre infor­ma­tion et pro­pa­gande et partager leur réflex­ion sur la lib­erté de la presse ».

À bras ouverts ?

La ques­tion peut se pos­er. Force est de con­stater qu’un média claire­ment financé par les États français et alle­mands, et donc par les peu­ples de ces deux pays, pra­tique l’information à des­ti­na­tion des migrants, et sur les migrants, infor­ma­tion au sujet des lieux cibles de ces mêmes migrants. Avec l’assentiment démoc­ra­tique des peu­ples con­cernés ? Sans doute les jeunes femmes du jour de l’An de Cologne seront-elles intéressées d’apprendre que cer­tains des migrants les ayant agressées ont peut-être trou­vé la route de la gare de Cologne grâce à ce média en forme de site de pro­pa­gande.

Par­courant le site InfoMi­grants, que l’on peut lire en français, en anglais et dans divers­es formes de l’arabe, cette même diver­sité qui est pro­posée pour appren­tis­sage option­nel dans les écoles de la République française, on apprend nom­bre de choses édi­fi­antes :

  • Les migrants sont appelés à « témoign­er », à « partager les expéri­ences », et peu­vent envoy­er led­it témoignage à la rédac­tion.
  • Une rubrique s’intitule « Com­pren­dre l’Europe » (sous-enten­du avant de venir). On y trou­ve des arti­cles aidant à trou­ver un loge­ment une fois en Europe, et par­ti­c­ulière­ment en France, quand on est « à la rue ». Autrement dit, les médias de l’État français infor­ment les per­son­nes vivant à l’étranger sur com­ment se loger en France, une fois décidées à tra­vers­er la Méditer­ranée au péril de leur vie. La ques­tion de savoir qui met con­crète­ment en dan­ger ces pop­u­la­tions peut donc légitime­ment se pos­er.
  • Plus encore, le site four­nit toutes les infor­ma­tions dans des rubriques : « Pour vous aider à votre arrivée… » en France, Ital­ie etc… : la page est ici. Il y a entre autres des cours de « vivre ensem­ble », des infor­ma­tions sur com­ment trou­ver de quoi se nour­rir, com­ment accéder à inter­net… à Calais, et beau­coup d’autres infor­ma­tions très utiles pour toute per­son­ne vivant en Afrique et ayant le désir de venir en France. De quoi pro­gram­mer son arrivée.
  • Pour les migrants qui s’inquiéteraient du risque « d’expulsion », des arti­cles expliquent com­ment les éviter. Autrement dit, des organ­ismes médi­a­tiques d’État expliquent à des délin­quants (entr­er illé­gale­ment dans un pays est un délit) com­ment utilis­er la loi et les admin­is­tra­tions afin de con­tourn­er le statut de délin­quant !
  • Autre exem­ple d’incitation plus ou moins dis­crète à venir : un arti­cle veut ras­sur­er les can­di­dats à la migra­tion qui s’inquiéteraient de l’antisémitisme et de l’homophobie en France. Le lecteur com­prend qu’il ne doit pas s’inquiéter, en France la loi le pro­tégera.

Il est bien évidem­ment impos­si­ble de détailler l’ensemble de ce que pro­pose ce site d’incitation à ris­quer sa vie sur un esquif de for­tune ou à la fron­tière enneigée des Alpes, tant cette inci­ta­tion est mas­sive, au point de ressem­bler à s’y mépren­dre à de la pro­pa­gande. Quelques exem­ples sup­plé­men­taires intéres­sants :

Une vis­ite sur France 24 et son site d’informations sur et à l’attention des migrants apportera nom­bre d’autres infor­ma­tions au lecteur intéressé, surtout s’il vit en Afrique et aspire à venir s’installer en Europe. InfoMi­grant, un média qui oscille entre deux lignes édi­to­ri­ales :

  • la mul­ti­pli­ca­tion d’informations con­crètes des­tinées à aider tout can­di­dat à la migra­tion vers l’Europe à venir dans les meilleures con­di­tions pos­si­bles. Y com­pris au risque de sa vie.
  • une dra­maturgie digne de la presse sur les affaires crim­inelles, des­tinée à émou­voir les européens et à dif­fuser l’idéologie poli­tique offi­cielle visant à favoris­er l’immigration sur le ter­ri­toire européen.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.