Accueil | Actualités | Médias | France 24 et ces « barbares » de jihadistes
Pub­lié le 23 septembre 2014 | Éti­quettes : , ,

France 24 et ces « barbares » de jihadistes

Dans une inhabituelle prise de position aussi marquée, le directeur de France 24 a appelé sa rédaction à « ouvertement prendre parti » contre les « barbares » de l'État islamique.

Dans une lettre interne adressée à l'ensemble de la rédaction de la chaîne francophone internationale, dont 20 Minutes a eu connaissance, Marc Saikali écrit : « Nous devons, sur nos antennes, avec nos invités, dans nos débats, ouvertement prendre parti contre ces barbares. Je vous demande donc de veiller à chaque mot, chaque plan. Les images que nous diffusons avec des drapeaux noirs flottant au vent et de jeunes gens en pleine santé doivent obligatoirement être soumises au synthé : vidéo de propagande. Y compris en arabe. »

Et celui-ci d'ajouter, avec encore plus de fermeté : « La ligne éditoriale de la chaîne est claire: ce sont des terroristes et des barbares. J’attire particulièrement l’attention du booking sur les invités. Je ne veux plus voir un seul crétin qui justifierait les actions de ces sauvages sous prétexte politique sunnite ou chiite. Pour une fois, il y a les gentils et les méchants ! Eux, sont les pires ennemis de notre civilisation. Nous allons devoir gérer leur existence pour au moins cinq ans. Au moindre dérapage, je serai intransigeant. Notre devoir est de lutter contre eux. Tout le temps. Avec au moins 43 millions de téléspectateurs, nous avons une responsabilité immense. »

Réagissant avec ironie, la Société des journalistes de RFI a interrogé le directeur de France 24 : « La boîte de Marc Saikali a-t-elle été piratée ? » Et de poursuivre plus sérieusement en affirmant que « ces propos vont totalement à l’encontre des règles de déontologie de base enseignées en première année d’école de journalisme, et nuisent gravement à la réputation de France Médias Monde et à celle des journalistes du groupe qui sont, eux, guidés par ces mêmes règles ».

De son côté, la direction de France Médias Monde, à laquelle appartiennent RFI et France 24, a organisé une réunion dès jeudi matin. Celle-ci assure qu'il y a « un débat sain et constructif en interne ». Dans un communiqué envoyé le jour même par les rédactions des chaînes du groupe, on peut lire : « Nous tenons à rappeler ici l’attachement aux valeurs démocratiques et déontologiques de notre groupe. Les chaînes de France Médias Monde sont attachées aux principes de base journalistiques : elles exposent les faits, les décryptent et les analysent sans parti pris et en veillant avec une extrême vigilance à ne pas être l’objet de manipulations. »

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux