L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France 24 assimile impunément l’Ojim au Front national

17 mars 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Actualité de l'Ojim | France 24 assimile impunément l’Ojim au Front national

France 24 assimile impunément l’Ojim au Front national

17 mars 2015

Temps de lecture : 2 minutes

Dans l’émission « Un œil sur les médias », diffusée sur France 24 du lundi au vendredi à 20h45, puis à 22h22, le chroniqueur Karim Yahiaoui revenait le 12 mars dernier sur la volonté de Marine Le Pen de déposer plainte auprès du CSA contre le journaliste Michel Mompontet de France 2, à cause des nombreux tweets hostiles au Front national que celui-ci postait depuis quelques jours sur son compte Twitter, information qui avait notamment été révélée par l’Ojim.

Le chroniqueur évo­quait ensuite « un autre jour­nal­iste qui a énervé le Front nation­al » : Jean Qua­tremer, lequel souhaitait, le ven­dre­di 6 mars sur Arte, établir « un cor­don san­i­taire » autour du Front nation­al. Mais pour illus­tr­er son pro­pos, sur­prise, c’est une cap­ture du site de l’Ojim qui appa­raît à l’écran ! « Cette réac­tion [celle de Qua­tremer] a été repérée par un site pas très con­nu qui s’appelle l’Ojim (…) un site qui sur­veille pour le Front nation­al […] toute les déc­la­ra­tions des jour­nal­istes français », annonce, sans gêne, le chroniqueur. Celui-ci par­le ensuite des por­traits de jour­nal­istes pub­liés par l’Ojim en expli­quant que « tous les por­traits sont des por­traits à charge qui enten­dent met­tre en évi­dence ce lien dan­gereux entre poli­tique et médias ». « Du côté du Front nation­al, c’est un dis­cours récur­rent que de désign­er la caste des jour­nal­istes comme com­plices du sys­tème », ajoutait Yahiaoui, assim­i­lant ain­si tran­quille­ment l’Ojim au Front national…

Deux remarques

Si le chroniqueur avait pris la peine de s’intéresser par lui-même à l’Ojim (est-ce un hasard si l’attaque survient après la pub­li­ca­tion de notre arti­cle sur Michel Mom­pon­tet ?), il aurait remar­qué que nos por­traits ne sont pas à « charge » ou à « décharge » mais qu’ils sont sim­ple­ment des por­traits doc­u­men­tés et référencés de jour­nal­istes que l’Ojim met à dis­po­si­tion de ses lecteurs pour les informer sur ceux qui nous infor­ment. Cer­tains jour­nal­istes n’ont certes pas tou­jours envie de voir étaler leurs activ­ités mil­i­tantes et leurs pris­es de posi­tions poli­tiques mais nous esti­mons de notre côté que le pub­lic a le droit de con­naître cer­tains engage­ments de cer­tains jour­nal­istes qui se présen­tent le plus sou­vent comme des pro­fes­sion­nels neu­tres au dessus de la mêlée.

Enfin, et c’est le plus grave, Yahiaoui indique que l’Ojim tra­vaille « pour le Front nation­al », sug­gérant un lien entre notre Obser­va­toire et le par­ti de Marine Le Pen, accu­sa­tion qui n’est évidem­ment étayée par aucun élé­ment… et pour cause : l’Ojim est totale­ment indépen­dant, aus­si bien poli­tique­ment que finan­cière­ment, et ne vit que des dons de ses lecteurs. L’accusation, visant à dis­créditer le tra­vail de l’Ojim en le faisant pass­er pour de la com­mu­ni­ca­tion poli­tique, est grave et l’Ojim se réserve le droit de don­ner des suites éventuelles à cette entre­prise man­i­feste de diffamation.

Pour aider l’Ojim à rester indépendant, faites un don

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés