Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France 24 assimile impunément l’Ojim au Front national

17 mars 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Actualité de l'Ojim | France 24 assimile impunément l’Ojim au Front national

France 24 assimile impunément l’Ojim au Front national

Dans l’émission « Un œil sur les médias », diffusée sur France 24 du lundi au vendredi à 20h45, puis à 22h22, le chroniqueur Karim Yahiaoui revenait le 12 mars dernier sur la volonté de Marine Le Pen de déposer plainte auprès du CSA contre le journaliste Michel Mompontet de France 2, à cause des nombreux tweets hostiles au Front national que celui-ci postait depuis quelques jours sur son compte Twitter, information qui avait notamment été révélée par l’Ojim.

Le chroniqueur évo­quait ensuite « un autre jour­nal­iste qui a énervé le Front nation­al » : Jean Qua­tremer, lequel souhaitait, le ven­dre­di 6 mars sur Arte, établir « un cor­don san­i­taire » autour du Front nation­al. Mais pour illus­tr­er son pro­pos, sur­prise, c’est une cap­ture du site de l’Ojim qui appa­raît à l’écran ! « Cette réac­tion [celle de Qua­tremer] a été repérée par un site pas très con­nu qui s’appelle l’Ojim (…) un site qui sur­veille pour le Front nation­al […] toute les déc­la­ra­tions des jour­nal­istes français », annonce, sans gêne, le chroniqueur. Celui-ci par­le ensuite des por­traits de jour­nal­istes pub­liés par l’Ojim en expli­quant que « tous les por­traits sont des por­traits à charge qui enten­dent met­tre en évi­dence ce lien dan­gereux entre poli­tique et médias ». « Du côté du Front nation­al, c’est un dis­cours récur­rent que de désign­er la caste des jour­nal­istes comme com­plices du sys­tème », ajoutait Yahiaoui, assim­i­lant ain­si tran­quille­ment l’Ojim au Front nation­al…

Deux remarques

Si le chroniqueur avait pris la peine de s’intéresser par lui-même à l’Ojim (est-ce un hasard si l’attaque survient après la pub­li­ca­tion de notre arti­cle sur Michel Mom­pon­tet ?), il aurait remar­qué que nos por­traits ne sont pas à « charge » ou à « décharge » mais qu’ils sont sim­ple­ment des por­traits doc­u­men­tés et référencés de jour­nal­istes que l’Ojim met à dis­po­si­tion de ses lecteurs pour les informer sur ceux qui nous infor­ment. Cer­tains jour­nal­istes n’ont certes pas tou­jours envie de voir étaler leurs activ­ités mil­i­tantes et leurs pris­es de posi­tions poli­tiques mais nous esti­mons de notre côté que le pub­lic a le droit de con­naître cer­tains engage­ments de cer­tains jour­nal­istes qui se présen­tent le plus sou­vent comme des pro­fes­sion­nels neu­tres au dessus de la mêlée.

Enfin, et c’est le plus grave, Yahiaoui indique que l’Ojim tra­vaille « pour le Front nation­al », sug­gérant un lien entre notre Obser­va­toire et le par­ti de Marine Le Pen, accu­sa­tion qui n’est évidem­ment étayée par aucun élé­ment… et pour cause : l’Ojim est totale­ment indépen­dant, aus­si bien poli­tique­ment que finan­cière­ment, et ne vit que des dons de ses lecteurs. L’accusation, visant à dis­créditer le tra­vail de l’Ojim en le faisant pass­er pour de la com­mu­ni­ca­tion poli­tique, est grave et l’Ojim se réserve le droit de don­ner des suites éventuelles à cette entre­prise man­i­feste de diffama­tion.

Pour aider l’Ojim à rester indépendant, faites un don

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision