Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Publicité numérique, plus de la moitié du gâteau aux États-Unis

9 novembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Publicité numérique, plus de la moitié du gâteau aux États-Unis

Publicité numérique, plus de la moitié du gâteau aux États-Unis

Temps de lecture : 2 minutes

Publicité numérique : l’agence américaine Magna-Interpublic publie régulièrement des statistiques intéressantes sur le marché publicitaire mondial avec un focus particulier sur les États-Unis, ces derniers représentant souvent un modèle précurseur pour l’Europe et l’Asie. En 2018 le numérique et les GAFAM emportent la mise.

Dépenses en ligne, la moitié aux États-Unis

Le marché mon­di­al de la pub­lic­ité en ligne tourn­era autour de 220 mil­liards de dol­lars dont la moitié pour les Etats-Unis. Et dans ce pays pour la pre­mière fois le dig­i­tal représen­tera plus de 51% des investisse­ments pub­lic­i­taires totaux.

Autrement dit, la télévi­sion plus la radio plus la presse imprimée pèsent moins que le dig­i­tal en matière de revenus pub­lic­i­taires. Inclus les revenus des mar­ques dig­i­tales des dites radios, télévi­sions et jour­naux imprimés.

Voir aussi

Le mobile primé, les GAFAM gavés

Les pub­lic­ités sur sup­ports mobiles (en pro­gres­sion de 30%) représen­tent le dou­ble de ce que capte l’ordinateur fixe. Au même moment le papi­er plonge de plus de 15% et la radio de 5%, alors que la télévi­sion nationale reste sta­ble après une péri­ode difficile.

Des évène­ments ponctuels ont favorisé le marché améri­cain, jeux olympiques d’hiver, coupe du monde de foot­ball, élec­tions de mi-man­dat en novem­bre 2018 où les dépens­es sont en forte aug­men­ta­tion par rap­port aux précé­dentes, en par­ti­c­uli­er du côté démocrate.

Qui rav­it le pot aux ros­es ? Les jumeaux enne­mis, Google capte 37% de la manne, Face­book presque 21%. Le con­cur­rent Ama­zon pointe son nez avec 4% de part de marché mais pour­rait dou­bler cette per­for­mance dans les trois ans. Les GAFA n’ont pas fini de s’enrichir et sans pay­er d’impôts ou presque en Europe.