Accueil | Actualités | Médias | Publicité : le PDG de TF1 s’en prend directement à M6
Pub­lié le 15 mai 2013 | Éti­quettes : , , ,

Publicité : le PDG de TF1 s’en prend directement à M6

Dans un entretien accordé au Figaro, Nonce Paolini s’en est pris directement à M6, principal concurrent privé de TF1, lui reprochant de mener une « guerre féroce » en baissant ses prix.

Évoquant les difficultés rencontrées par les chaînes, le PDG de TF1 dénonce : « Nous sommes confrontés à la forte pression des annonceurs et à leur attentisme. À cela s'ajoute une situation concurrentielle sans précédent en France : le marché de la télévision gratuite voit s'affronter pas moins de 25 chaînes détenues par 9 opérateurs différents. »

Et ce dernier d’en venir à son concurrent direct : « dans ce contexte d'hyper-fragmentation de l'offre, nous devons faire face à une guerre féroce des prix clairement déclenchée par l'un de nos concurrents. Aussi, les résultats ne peuvent pas être bons. » Il poursuit, considérant qu’« en baissant ses prix, le groupe M6 se met au diapason de la baisse d'audience de ses deux antennes M6 et W9. Il pratique des offres promotionnelles comparables aux chaînes de la TNT. Ce qui est normal puisque sa chaîne principale est devenue la première chaîne de la TNT ! Mais se lancer dans une course folle qui effondre autant les prix est destructeur de valeur. Et cela n'est de l'intérêt de personne : ni des télévisions, ni de celui des annonceurs qui ont besoin de médias en bonne santé ! Ça n'est pas non plus celui des téléspectateurs qui pourraient être confrontés à une dégradation de l'offre de programmes si la raison ne l'emporte pas ! »

Plus loin, Nonce Paolini rappelle que « l'audience de TF1 est plus de deux fois supérieure à celle de M6 ! ». Enfin, concernant la stratégie de son groupe, celui-ci fait part, un brin cynique, de sa volonté de « toucher le public le plus large possible et non pas nous focaliser sur la seule cible des femmes sur laquelle M6 et la plupart des chaînes de la TNT se cannibalisent ». La guerre se poursuit de plus belle en pleine crise du secteur publicitaire.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux