Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Présidentielle : quand les médias jouent les Nostradamus

5 janvier 2016

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Présidentielle : quand les médias jouent les Nostradamus

Présidentielle : quand les médias jouent les Nostradamus

Une chose est sûre : en matière de pronostic électoral, Le Point met toutes les chances de son côté. Et pour cause, tout le monde y est passé, ou presque !

De cou­ver­tures en cou­ver­tures, l’heb­do­madaire n’a de cesse de prophé­tis­er l’élec­tion de tel ou tel poli­tique. Dernière en date : le min­istre de l’É­conomie, Emmanuel Macron, avec ce sous-titre sans équiv­oque : « Et pourquoi pas lui ? » En octo­bre dernier, Le Point mis­ait sur François Hol­lande, le « nou­veau Machi­av­el », qui pour­rait bien être réélu en 2017. Trois semaines plus tard, c’é­tait le « prési­dent Jup­pé » qui fai­sait la cou­ver­ture du magazine…

Et ce genre de pronos­tic ne date pas d’hier. En sep­tem­bre 2011, à quelques mois de la prési­den­tielle, Le Point voy­ait Sarkozy repar­tir pour un nou­veau man­dat : « Et si c’é­tait (encore) lui ? » Un an aupar­a­vant, le jour­nal avait pour­tant mis en avant Mar­tine Aubry, alors pre­mière opposante à Nico­las Sarkozy : « Et si c’é­tait elle ? » Tou­jours pas.

Comme le rap­porte puremedias.com, dans ce domaine, L’Obs n’est pas en reste. En 2007, il voy­ait Ségolène Roy­al prési­dente avec ce titre décidé­ment très prisé dans la presse en manque de lecteurs : « Et si c’é­tait elle ? » En 2012, il qual­i­fi­ait Manuel Valls de « vice-prési­dent ». Enfin en 2015, c’est Ségolène Roy­al, encore, qui se retrou­ve grat­i­fiée de cette fonc­tion honorifique…

Une ques­tion se pose : est-ce bien le peu­ple qui choisit libre­ment son prési­dent… ou serait-ce les médias qui met­tent des per­son­nal­ités poli­tiques sur un piédestal selon leur bon vouloir ?

Crédit pho­to : mon­tage Ojim (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.