Accueil | Actualités | Médias | Présidentielle : quand les médias jouent les Nostradamus
Pub­lié le 5 janvier 2016 | Éti­quettes : ,

Présidentielle : quand les médias jouent les Nostradamus

Une chose est sûre : en matière de pronostic électoral, Le Point met toutes les chances de son côté. Et pour cause, tout le monde y est passé, ou presque !

De couvertures en couvertures, l'hebdomadaire n'a de cesse de prophétiser l'élection de tel ou tel politique. Dernière en date : le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, avec ce sous-titre sans équivoque : « Et pourquoi pas lui ? » En octobre dernier, Le Point misait sur François Hollande, le « nouveau Machiavel », qui pourrait bien être réélu en 2017. Trois semaines plus tard, c'était le « président Juppé » qui faisait la couverture du magazine...

Et ce genre de pronostic ne date pas d’hier. En septembre 2011, à quelques mois de la présidentielle, Le Point voyait Sarkozy repartir pour un nouveau mandat : « Et si c'était (encore) lui ? » Un an auparavant, le journal avait pourtant mis en avant Martine Aubry, alors première opposante à Nicolas Sarkozy : « Et si c'était elle ? » Toujours pas.

Comme le rapporte puremedias.com, dans ce domaine, L'Obs n'est pas en reste. En 2007, il voyait Ségolène Royal présidente avec ce titre décidément très prisé dans la presse en manque de lecteurs : « Et si c'était elle ? » En 2012, il qualifiait Manuel Valls de « vice-président ». Enfin en 2015, c'est Ségolène Royal, encore, qui se retrouve gratifiée de cette fonction honorifique...

Une question se pose : est-ce bien le peuple qui choisit librement son président... ou serait-ce les médias qui mettent des personnalités politiques sur un piédestal selon leur bon vouloir ?

Crédit photo : montage Ojim (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux