L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pourquoi le directeur du Monde ne doit plus être élu

18 mai 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Pourquoi le directeur du Monde ne doit plus être élu

Pourquoi le directeur du Monde ne doit plus être élu

18 mai 2015

Temps de lecture : 2 minutes

La énième crise de gouvernance en train de se dérouler au sein du quotidien du soir atteste bien de la nécessité, selon plusieurs sources, y compris internes, de changer les règles de nomination du directeur.

Avec 55% des inscrits (et non pas des votants), le can­di­dat à la direc­tion du Monde, Jérôme Fenoglio a été reto­qué mer­cre­di 13 mai. Il devait franchir la barre des 60% pour être élu. Pre­mière embûche, le seuil est haut. À Libéra­tion, il n’est que de 50%, ce qui a per­mis à Lau­rent Jof­frin d’être facile­ment élu fin 2014 comme patron du quo­ti­di­en de la rue Béranger. Le quo­ti­di­en La Croix a des con­di­tions égale­ment moins dras­tiques. Les trois action­naires du Monde, Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, qui com­posent le fameux trio BNP, avaient juste­ment demandé à la SRM d’as­sou­plir les règles de désig­na­tion. Gar­di­enne du tem­ple et toute puis­sante, la Société des rédac­teurs du Monde fait la pluie et le beau temps au Monde. Son bureau, présidé par Alain Beuve-Méry, le petit fils du fon­da­teur, leur avait répon­du par une fin de non-recevoir. Pas ques­tion de chang­er voire d’a­mender, ni sur le fond ni sur la forme, la règle cen­sée assur­er l’indépen­dance de la rédaction.

Dans la plu­part des jour­naux d’in­for­ma­tion poli­tique et générale, la cause est enten­due. Les action­naires doivent se con­tenter de financer, mais n’au­raient qu’un droit de déci­sion lim­itée. “C’est exacte­ment le con­traire qui doit se pro­duire. Les rédac­tions n’ont pas à décider de la stratégie des titres, mais seule­ment à assur­er le meilleur con­tenu pos­si­ble, lâche un jour­nal­iste du Monde excédé par le proces­sus d’élec­tion qui a démar­ré dès le début 2015 et se traduit par un flop qua­tre mois plus tard. Pourquoi main­tenir ce principe d’élec­tion qui désta­bilise plus qu’il ne ren­force les titres ?”. Dans ce cadre, Le Monde n’est pas le pre­mier à con­naître ce type de sec­ouss­es, même si elles sont à répéti­tion pour le quo­ti­di­en qui a con­nu six directeurs en qua­tre ans. Libéra­tion a été au bord de la fail­lite en 2013, lors de son rachat par Bruno Ledoux, rejoint en 2014 depuis par Patrick Drahi. La guerre ouverte entre une par­tie des jour­nal­istes et l’ac­tion­naire, a lais­sé des traces au sein du jour­nal encore con­va­les­cent. Le Monde, où les batailles sont plus feu­trées mais non moins meur­trières, pour­rait lui aus­si sor­tir affaib­li de cette nou­velle crise.

Crédit pho­to : drum­aboy via Flickr (cc)

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés