Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Dans les coulisses du byzantin journal Le Monde

11 avril 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Dans les coulisses du byzantin journal Le Monde

Dans les coulisses du byzantin journal Le Monde

L’élection du futur directeur du Monde par les journalistes, qui aura lieu mi-mai, est un modèle d’intrigues et de coups bas. Trois, voire quatre candidats sont sur les rangs. Il s’agit de Gilles Van Kote (actuel directeur intérimaire), Jean Birnbaum (rédacteur en chef du Monde des livres) et Christophe Ayad (chef du service “International”). Pierre Morville, cadre chez Orange et ex journaliste au Matin de Paris, a aussi postulé. Le nom de l’un des trois premiers sortira du chapeau des actionnaires, Pierre Bergé, Mathieu Pigasse et Xavier Niel, lors du conseil de surveillance du 20 avril. Et sera probablement élu par la base au 60% requis.

Pour Gilles Van Kote, directeur intéri­maire du quo­ti­di­en du soir depuis mai 2014 (après le débar­que­ment de Natal­ie Nougayrède en avril), la sit­u­a­tion se com­plique. Il pen­sait encore fin mars être le seul à pos­tuler dans la durée à la fonc­tion suprême au sein du titre pres­tigieux. La procé­dure d’élec­tion du directeur ne serait qu’une for­mal­ité, voire n’au­rait pas lieu du tout. C’é­tait sans compter avec les manœu­vres de l’un de ses pro­prié­taires, l’oc­togé­naire Pierre Bergé, et du directeur général du groupe, Louis Drey­fus.

Infographie : Pierre Bergé, l'homme de l'art, de la gauche et des médias

Info­gra­phie : Pierre Bergé, l’homme de l’art, de la gauche et des médias. Cliquez pour télécharg­er.

Tout en jus­ti­fi­ant son atti­tude par “le néces­saire pas­sage par une élec­tion” con­for­mé­ment aux statuts du Monde, Pierre Bergé a ten­té de sus­citer, en interne et à l’ex­térieur, d’autres can­di­da­tures. Il n’ap­pré­cie guère l’actuel directeur intéri­maire du quo­ti­di­en qui n’in­car­n­erait pas suff­isam­ment l’e­sprit du Monde. Surtout, l’af­faire Swissleaks, le scoop sor­ti par Le Monde en févri­er, lui resterait en tra­vers de la gorge. Plusieurs amis du mil­liar­daire, pro­prié­taire égale­ment de la mai­son de haute cou­ture Yves Saint-Lau­rent, fig­ur­eraient sur la liste des évadés fis­caux pub­liée dans le jour­nal. Un bon con­nais­seur des arcanes du Monde explique que si Bergé n’a pas trou­vé le can­di­dat prov­i­den­tiel, il n’est cer­taine­ment pas étranger à la can­di­da­ture de dernière minute de Jean Birn­baum. Le directeur du Monde des livres, dont Bergé fustige les choix lit­téraires à longueur de tweets, ne le gên­erait plus, une fois pro­mu en tant que patron du jour­nal.

Si Bergé a beau­coup cher­ché à l’ex­térieur, Louis Drey­fus a lui ménagé ses arrières à l’in­térieur du jour­nal. Le fils de l’an­cien maire social­iste du 10e arrondisse­ment, Tony Drey­fus, a tout fait pour décourager cer­tains pos­tu­lants. Avec ou sans l’aide de ses action­naires, il est par­venu à écarter au moins trois can­di­da­tures : celles de la direc­trice adjointe de la rédac­tion, Cécile Prieur, d’une des rédac­tri­ces en chef, Sylvie Kauf­mann, et de l’an­cien rédac­teur en chef du Monde.fr, Boris Razon. A con­trario, les trois pos­tu­lants font par­tie de ses proches. Reste à savoir lequel se rap­prochera le plus des trois qual­ités req­uise pour diriger Le Monde : ani­ma­tion, trans­for­ma­tion, incar­na­tion. Réponse dans une semaine.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision