Accueil | Actualités | Médias | Pour Soumier (BFM Business), les industriels sont les garants de l’indépendance de la presse !
Pub­lié le 18 août 2016 | Éti­quettes : , ,

Pour Soumier (BFM Business), les industriels sont les garants de l’indépendance de la presse !

[Première diffusion le 14 mai 2016] Rediffusions estivales 2016

Il faut le lire pour le croire. Stéphane Soumier, animateur de la matinale de BFM Business, est revenu sur son blog sur les déclarations de « son actionnaire », Alain Weill, patron de NextRadioTV (BFMTV, RMC, BFM Business...).

Au micro de France Inter mercredi 11 mai, Alain Weill avait déclaré que « la presse dans son schéma traditionnel est amenée à disparaître ». Ainsi, l'alliance entre son groupe et celui de Patrick Drahi, SFR/Numéricable, ne pose aucun problème car celle-ci « est purement industrielle, elle est pure ».

Pour défendre son patron, Soumier s'est alors lancé dans une démonstration plutôt capilo-tractée... « Quelle convergence peut-on trouver entre l’aéronautique et la presse? Voyons voir, distribuer le journal dans les avions? Quelle convergence peut-on trouver entre un grand groupe de luxe et de la presse? Là je cale, totalement. On est donc, au mieux, sur une forme de mécénat, au pire dans une recherche de contrôle et d’influence », explique-t-il.

Concernant la convergence entre un opérateur de télécoms et un média, elle est, pour Soumier, « tout autre ». En effet : « J’achète les journaux pour fidéliser les abonnés. Voilà la logique "industrielle". Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est simple : j’achète leur liberté, leur indépendance, leur intransigeance, leur arrogance, comme une valeur que je vais revendre, et que je vais revendre à mes vrais clients, abonnés SFR. Pour ça j’accepte sans doute de perdre de l’argent. Parce que mon centre de profit c’est l’abonné, pas le journal », assure-t-il.

Et de poursuivre son raisonnement : « Cette stratégie, si elle a un sens, signifie que toucher à la liberté, à l’indépendance, à l’intransigeance, à l’arrogance de la presse, et bien c’est perdre la valeur que je viens d’acheter. Si je propose à mes clients une presse sous contrôle, comment penser qu’ils y verront un avantage qui les poussera à rester abonné ? » CQFD...

Ainsi, pour l'animateur de BFM Business, la concentration des médias entre les mains d'un panel de propriétaires de plus en plus réduit n'est pas un problème puisqu'il s'agit d'industriels (forcément) désintéressés ! Patrick Drahi, LVMH, Dassault se retrouvent donc, indirectement, hissés au rang de sauveurs de la presse n'ayant absolument aucune idéologie, aucun intérêt à défendre – pas même un soupçon de libéralisme sans-frontièriste...

Les lunettes roses, ça vous change une vie.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux