Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pour Quatremer, à Bruxelles, c’est « l’Arabie Saoudite »

5 septembre 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Pour Quatremer, à Bruxelles, c’est « l’Arabie Saoudite »

Pour Quatremer, à Bruxelles, c’est « l’Arabie Saoudite »

5 septembre 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Coutumier des critiques acerbes à l’encontre de la Belgique, Jean Quatremer s’est récemment illustré par une nouvelle sortie sur un sujet pourtant assez inhabituel.

Dans un entre­tien à l’heb­do­madaire Le Vif, le cor­re­spon­dant de Libéra­tion à Brux­elles, europhile acharné, s’est lâché sur son ressen­ti dans la cap­i­tale belge. « Quand tu vas à Molen­beek, tu as un choc cul­turel et physique », a‑t-il expliqué. Pour lui, si « en France nous avons les ban­lieues », en Bel­gique, et par­ti­c­ulière­ment à Brux­elles, « c’est au cen­tre de la cap­i­tale » que l’on con­state ce change­ment. « A 200 mètres de la Grand-Place, tu es en Ara­bie saou­dite », a‑t-il lancé.

Ain­si, pour le jour­nal­iste qui, après 25 ans de cor­re­spon­dance à Brux­elles, ne par­le tou­jours pas le néer­landais, pour­tant l’une des langues offi­cielles du Roy­aume, « il y a un truc qui ne va pas ». Et d’a­jouter : « Jamais je n’ai vu autant de femmes voilées dans d’autres villes européennes. Il a fal­lu que ça pète dans le métro pour qu’on puisse enfin le dire. » 

Aus­sitôt des lecteurs belges ont réa­gi sur les réseaux, l’in­vi­tant à bal­ay­er devant sa porte ou s’indig­nant de ses pro­pos qu’ils assim­i­laient à ceux du FN. Ce qui est sûr, c’est que cette sor­tie paraît assez para­doxale pour un jour­nal­iste qui voulait, il n’y a pas si longtemps, établir un « cor­don san­i­taire » autour du Front Nation­al

Aus­si, c’est ce même Qua­tremer qui s’é­tait plaint, en octo­bre 2012, d’une pub­lic­ité de la BCE qu’il jugeait « si blanche et si mâle ». « Vingt-trois hommes, vingt-trois hommes blancs, vingt-trois hommes blancs en cos­tume-cra­vate som­bre posant pour la pho­to. Cet aréopage de mâles sat­is­faits est le con­seil des gou­verneurs de la Banque cen­trale européenne (BCE), l’organe qui décide de la poli­tique moné­taire de la zone euro », avait-il souligné, d’un air dérangé.

Les jour­nal­istes les plus poli­tique­ment cor­rects de nos médias seraient-ils rat­trapés par le réel ?

Voir aussi

Mots-clefs :

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés