Accueil | Actualités | Médias | Pour Quatremer, à Bruxelles, c’est « l’Arabie Saoudite »
Pub­lié le 5 septembre 2016 | Éti­quettes :

Pour Quatremer, à Bruxelles, c’est « l’Arabie Saoudite »

Coutumier des critiques acerbes à l'encontre de la Belgique, Jean Quatremer s'est récemment illustré par une nouvelle sortie sur un sujet pourtant assez inhabituel.

Dans un entretien à l'hebdomadaire Le Vif, le correspondant de Libération à Bruxelles, europhile acharné, s'est lâché sur son ressenti dans la capitale belge. « Quand tu vas à Molenbeek, tu as un choc culturel et physique », a-t-il expliqué. Pour lui, si « en France nous avons les banlieues », en Belgique, et particulièrement à Bruxelles, « c'est au centre de la capitale » que l'on constate ce changement. « A 200 mètres de la Grand-Place, tu es en Arabie saoudite », a-t-il lancé.

Ainsi, pour le journaliste qui, après 25 ans de correspondance à Bruxelles, ne parle toujours pas le néerlandais, pourtant l'une des langues officielles du Royaume, « il y a un truc qui ne va pas ». Et d'ajouter : « Jamais je n'ai vu autant de femmes voilées dans d'autres villes européennes. Il a fallu que ça pète dans le métro pour qu'on puisse enfin le dire. »

Aussitôt des lecteurs belges ont réagi sur les réseaux, l'invitant à balayer devant sa porte ou s'indignant de ses propos qu’ils assimilaient à ceux du FN. Ce qui est sûr, c'est que cette sortie paraît assez paradoxale pour un journaliste qui voulait, il n'y a pas si longtemps, établir un « cordon sanitaire » autour du Front National...

Aussi, c'est ce même Quatremer qui s'était plaint, en octobre 2012, d'une publicité de la BCE qu'il jugeait « si blanche et si mâle ». « Vingt-trois hommes, vingt-trois hommes blancs, vingt-trois hommes blancs en costume-cravate sombre posant pour la photo. Cet aréopage de mâles satisfaits est le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), l’organe qui décide de la politique monétaire de la zone euro », avait-il souligné, d'un air dérangé.

Les journalistes les plus politiquement corrects de nos médias seraient-ils rattrapés par le réel ?

Voir aussi

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.