Accueil | Actualités | Médias | Jean Quatremer veut établir un « cordon sanitaire » autour du premier parti de France…
Pub­lié le 11 mars 2015 | Éti­quettes : , ,

Jean Quatremer veut établir un « cordon sanitaire » autour du premier parti de France…

Bel exemple de déontologie journalistique (et de républicanisme) de la part de Jean Quatremer dans le « 28 minutes » d'Arte vendredi dernier.

Invité sur le plateau, Jean Quatremer, journaliste et correspondant à Bruxelles pour Libération, a affirmé haut et fort que « le FN est un parti fasciste qui n'est pas républicain », et qu'il était prêt à « aller au procès » pour l'avoir dit.

Et ce dernier de s'étonner que les journaux « posent des questions à Marine Le Pen sur un tas de sujets ». Alors qu'« à Libération, nous n'allons jamais interviewer de responsables du Front National parce qu'on considère que ce sont des menteurs ». Un aveu des plus intéressants lorsqu'on sait que Libération n'hésite pas, par exemple, à interroger le gouvernement, l'UMP et le PS où, bien-sûr, l'honnêteté fait loi...

Mais quelle solution Jean Quatremer le républicain propose-t-il pour ce qui est du traitement d'un parti politique qui a recueilli le vote d'un Français sur quatre aux dernières élections ? « J'ai un exemple en tête, la Belgique, où pendant 25 ans il y a eu un cordon sanitaire autour du Vlaams Belang (Intérêt flamand, NDLR) », a-t-il expliqué avant d'ajouter : « On les a isolés, pas d'invitations dans les médias et personne n'a fait alliance avec eux. »

Pour Quatremer, le rôle des médias devrait donc consister à ne plus inviter aucun responsable du Front National... Drôle de conception et du journalisme et de la démocratie…

Voir aussi : Libération (infographie), Jean Quatremer : portrait ainsi que notre dossier : « 40 ans de Libé, des maos aux bobos »

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux