Accueil | Portraits | Thomas Legrand

Thomas Legrand

« Nous avons l’honneur d’être la quintessence du bobo ! »

Dernière mod­i­fi­ca­tion le 15/01/2019

« Nous avons l’hon­neur d’être la quin­tes­sence du bobo ! », France Inter, jeu­di 19 avril 2012.

Thomas Legrand débute sa carrière sur la radio RMC en 1988 comme journaliste politique avant de rejoindre la rédaction de RTL en 1993. Il entre au service Étranger en 1997, avant de devenir grand reporter en 1998. Nommé correspondant permanent à New York entre 2001 et 2005, il y couvre les événements du 11 septembre 2001. À son retour, il est nommé chef du service Étranger à partir de 2006. Il devient ensuite chef du service politique de RTL à partir de 2007 et remplace Alain Duhamel pour l’éditorial politique du matin durant l’été 2008.

Depuis le 1er sep­tem­bre 2008, il présente l’édi­to­r­i­al poli­tique dans la tranche d’in­for­ma­tion mati­nale de France Inter. Il par­ticipe égale­ment en tant que com­men­ta­teur poli­tique à d’autres émis­sions de la sta­tion, telles que Comme on nous par­le de Pas­cale Clark.

Thomas Legrand col­la­bore au site inter­net Slate.fr. De sep­tem­bre 2010 à juil­let 2012, il est égale­ment respon­s­able des pages poli­tiques du mag­a­zine Les Inrock­upt­ibles dont il signe l’édi­to­r­i­al. Il s’en va à l’arrivée d’Audrey Pul­var à la direc­tion.

Le ven­dre­di, il par­ticipe régulière­ment au club de la presse du Grand Jour­nal sur Canal+.

Fin juin, à l’annonce de l’arrivée d’Audrey Pul­var à la direc­tion des Inrock­upt­ibles, il démis­sionne de son poste de respon­s­able des pages poli­tiques du mag­a­zine.

Formation universitaire

Maîtrise d’ad­min­is­tra­tion économique et sociale (Paris 1 – Pan­théon Sor­bonne).

Parcours militant

Non ren­seigné.

Publications

  • Emmanuel Faux, Thomas Legrand et Gilles Perez, Plumes de l’Om­bre : Les Nègres des hommes poli­tiques, Paris, Édi­tions Ram­say, 1991.
  • Emmanuel Faux, Thomas Legrand et Gilles Perez, La Main droite de Dieu : Enquête sur François Mit­ter­rand et l’ex­trême droite, Paris, Édi­tions du Seuil, coll. « L’épreuve des faits », 1991.
  • Ce n’est rien qu’un prési­dent qui nous fait per­dre du temps, Paris, Édi­tions Stock, 2010.
  • Petit dic­tio­n­naire énervé de la poli­tique, Paris, Édi­tions L’Op­por­tun, coll. « Petit dic­tio­n­naire énervé », 2010.
  • Thomas Legrand et Philippe Bercovi­ci, J’au­rais voulu faire Prési­dent, Édi­tions 12bis, 2011.
  • Lau­re Watrin et Thomas Legrand, La République bobo, Édi­tions Stock, févri­er 2013, 270 p. 
  • Thomas Legrand, Arrê­tons d’élire des prési­dents !, Édi­tions Stock, novem­bre 2014 , 144 p.
  • Thomas Legrand, Chronique de l’im­prévu, Édi­tions Stock, sep­tem­bre 2017, 208 p.
  • L’Histoire de la Ve République (BD), avec François Warza­la, éd. Les Arènes, 2018.
  • Les 100 mots des bobos, avec Lau­re Watrin, sep­tem­bre 2018.

Collaborations

  • 28 Min­utes d’Elisabeth Quin, Arte (invité réguli­er)
  • Con­seiller de la rédac­tion pour le Sup­plé­ment poli­tique sur Canal + depuis sep­tem­bre 2013 jusqu’en juin 2016.

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Il l’a dit

« Nous sommes passée d’un état prob­lé­ma­tique dans lequel la vérité factuelle avait fini par faire office d’opinion comme les autres à un état dés­espérant où un fait, jour­nal­is­tique­ment établi, a moins de vérac­ité qu’un fait ou une opin­ion qui aura été liké par un nom­bre impor­tant d’internautes. Mais nous aus­si, les médias, avons notre part de respon­s­abil­ité. Quand nous sur­val­orisons les débats clashs, spec­tac­u­laires, par rap­port aux reportages plus coû­teux, quand on érige en porte-parole un gilet jaune pour sa seule gouaille, sans savoir vrai­ment qui il est… nous réar­mons la sus­pi­cion général­isée… Un con­seil : suiv­ez le site AFP », France Inter, 13/12/2018.

«  Il y a des bobos infir­miers, profs, mais aus­si web mas­ters ou pro­duc­teurs télé. Ces dif­férences déroutent les soci­o­logues, qui ont sou­vent une lec­ture marx­iste. Or les bobos ne sont pas une classe, mais parta­gent beau­coup de valeurs com­munes », Le Temps, 22/10/2018.

« Le bobo est à l’aise avec la mon­di­al­i­sa­tion et s’intéresse peu à l’entre-deux, la nation. On par­le de «glo­cal­i­sa­tion»: con­trac­tion de glob­al et local. En poli­tique, la droite très con­ser­va­trice et une frange de la gauche révo­lu­tion­naire reprochent au bobo un manque de nation­al­isme ou de con­science de lutte des class­es… », ibid.

« Les ter­ror­istes ont attaqué un quarti­er qui est vrai­ment resté, intra-muros, le sym­bole d’un Paris métis­sé, pro­gres­siste, mul­ti­cul­turel, jeune. Ils ont touché les bobos au cœur de leur ter­ri­toire, et le ressen­ti, pour beau­coup, a été la fin de l’innocence bobo… », au sujet des atten­tats de novem­bre 2015, ibid.

« Objet déco­ratif de toutes prési­den­tielles français­es [qui] sera bien là en 2017, comme la dinde à Noël ou la Légion étrangère le 14 juil­let », France Inter, 08/3/2017, au sujet du trot­skisme, Acrimed 10/3/2017, op.cit.

« Hamon trop à gauche, Fil­lon trop à droite, offrent plus qu’un boule­vard, une piste de décol­lage pour gros por­teurs […] Mais pour bien décoller, ce gros por­teur Macron doit équili­br­er sa charge entre ses ailes droite et gauche, organ­is­er un peu mieux sa car­gai­son entre pro­duits périmés ou trop frais », ibid.

« Pour moi, c’était impos­si­ble de rester (…) For­cé­ment, elle aura des infos : si elle les dit, elle trahit son com­pagnon. Si elle ne les dit pas, elle trahit son jour­nal et sa con­di­tion de jour­nal­iste. (…) On ne peut plus être lu pour ce qu’on écrit. Tout sera for­cé­ment inter­prété ! On a juste­ment un arti­cle sur Mon­te­bourg, ce mer­cre­di. Et j’ai fait un édi­to très “anti” Mon­te­bourg. C’est le hasard, c’était prévu avant l’annonce de l’arrivée d’Audrey Pul­var. Mais vous voyez bien com­ment ça va être lu ! (…) Il y a un gros malaise (…) Il ne peut plus y avoir de traite­ment crédi­ble de la poli­tique aux Inrocks. » Entre­tien à Téléra­ma — 18 juil­let 2012

« Tout se passe comme si un nou­veau prob­lème d’intégration était en train d’apparaître. Non pas un prob­lème d’intégration des immi­grés, mais un prob­lème d’intégration des Français de souche vivant dans ces zones rurales ou péri­ur­baines sans étrangers et sans diver­sité eth­nique. » France Inter – 15 mai 2012

« Le bobo, voilà le nou­v­el enne­mi. Qu’est-ce qu’un bobo pour Marine Le Pen ? Eh bien c’est nous (Patrick, Pas­cale, Philippe), nous avons l’honneur d’être la quin­tes­sence du bobo ! D’ailleurs la dernière fois que la can­di­date fron­tiste est venue ici, dans ces stu­dios, ça ne s’était pas très bien passé (à cause d’un échange un peu vif sur la Syrie, je crois, notam­ment avec notre maître bobo à tous, « l’européo-droit-de‑l’hommiste » Bernard Guet­ta)… Marine Le Pen avait quit­té le stu­dio avec fra­cas en nous trai­tant donc de bobos ! Un bobo donc, c’est un urbain, for­cé­ment décon­nec­té des réal­ités de la vraie France. Le bobo cir­cule en vélib’. » France Inter, jeu­di 19 avril 2012

« Chris­t­ian Jacob a dit de Dominique Strauss-Kahn sur Radio J, il n’in­car­ne « pas l’im­age de la France, l’im­age de la France rurale, l’im­age de la France des ter­roirs et des ter­ri­toires, celle qu’on aime bien, celle à laque­lle je suis attaché (…). » C’est donc Chris­t­ian Jacob, patron des députés de la majorité, qui aura dégainé le pre­mier. Il aura été la pre­mière per­son­nal­ité de droite à utilis­er l’argument fétide, l’argument de l’enraciné, du ter­rien, les pieds dans la glaise de France, les sabots dans cette « terre qui ne ment pas », pour fustiger DSK, le financier hors-sol, le Français de rac­croc. » Slate.fr – 16 févri­er 2011

« La France est de moins en moins raciste, les mariages mixtes sont en forte aug­men­ta­tion, l’idée de don­ner le droit de vote aux immi­grés extra-européens pour les élec­tions locales est main­tenant majori­taire. Le plus gros suc­cès de librairie du moment est le fait de Stéphane Hes­sel, l’un des fon­da­teurs de RESF (Réseau édu­ca­tion sans fron­tières). En pleine crise économique et sociale, il ne vient à l’idée de per­son­ne de dire que ce sont les étrangers qui nous piquent nos emplois. Ce sont les emplois qui par­tent à l’étranger. Marine Le Pen ne peut plus dire “4 mil­lions d’immigrés, 4 mil­lions de chômeurs”, comme son père le dis­ait jadis (avec 2 mil­lions).
Pour croître et prospér­er, le FN doit dénon­cer les musul­mans et récupér­er, en le dévoy­ant, le principe de laïc­ité, principe que Jean-Marie Le Pen, longtemps pro­mo­teur d’une France fille aînée de l’Église, exécrait. Le FN ne va pas trop mal en tant qu’organisation, mais ses idées orig­inelles ne gag­nent pas en France, con­traire­ment à ce qu’une obser­va­tion som­maire et pes­simiste de la sit­u­a­tion pour­rait laiss­er croire. » Les Inrock­upt­ibles – 12 jan­vi­er 2011

« Finale­ment, ce n’est pas la peine de s’interroger sur l’i­den­tité nationale ou l’«identité de la France» (pour pren­dre un terme plus accept­able parce que validé par Fer­nand Braudel). Ce n’est pas la peine, puisque notre iden­tité, c’est la République. » Slate.fr — 27 décem­bre 2010

Sa nébuleuse

Elis­a­beth Quin, Patrick Cohen, Lau­re Watrin.

Ils l’ont dit

« Thomas Legrand n’est pas seule­ment jour­nal­iste poli­tique : il est aus­si « l’éditorialiste poli­tique qui s’invite chaque matin à la table du petit déje­uner ». Il est exacte­ment l’unique tit­u­laire de la chaire d’éditorialisme poli­tique dans la « mati­nale » de France Inter qui lui con­fie – c’est son titre – « L’édito poli­tique ». Seule­ment voilà, à la dif­férence des médias d’opinion, comme le sont Libéra­tion ou Le Figaro, France Inter n’est pas ou ne devrait pas être un média de par­ti pris et Thomas Legrand ne devrait pas rivalis­er avec Lau­rent Jof­frin », Acrimed, 10/3/2017.

« Mis­ère du jour­nal­isme poli­tique. Qu’avons-nous appris ? Rien ou presque, hormis les par­tis pris d’un jour­nal­iste poli­tique. Entre métaphores dou­teuses, mépris à l’égard des petits can­di­dats et macronite aiguë, Thomas Legrand a quit­té la chaise de l’arbitre pour par­ticiper à la course, et frise le faux-départ. Est-ce dû à un entraîne­ment inten­sif aux côtés de ses con­frères édi­to­ri­al­istes avec qui il sem­ble partager les mêmes con­stats, dopés à la son­do­manie ? », ibid.

Pho­to : fon­dapol (cc)

Ce portrait a été financé par les donateurs de l’OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est aider à l’émergence d’un esprit cri­tique envers le pou­voir médi­a­tique, exer­ci­ce indis­pens­able à la bonne com­préhen­sion des enjeux d’influence des médias et du mod­e­lage de l’opinion publique. Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est aus­si favoris­er l’émergence d’une parole indépen­dante et libre­ment acces­si­ble à tous.

Notre site est en effet entière­ment gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’a­van­tage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’™avance mer­ci pour votre sou­tien. Pour faire un don, cliquez ici