Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Alain Duhamel

16 août 2019

Temps de lecture : 9 minutes
Accueil | Portraits | Alain Duhamel

Alain Duhamel

Porte-parole des pauvres élites incomprises

Né en mai 1940 à Caen, Alain Duhamel fait partie des éditorialistes indéboulonnables du paysage audiovisuel et radiophonique français. Européiste convaincu, observateur avisé de la Vème République, il est considéré par la critique d’extrême-gauche (Acrimed, Le Monde Diplomatique) comme un « spécialiste en bavardages tous médias », un habile « équilibriste » qui mène sa barque au gré des vents politiques, ou encore comme un fervent défenseur des élites incomprises. À l’inverse, la presse traditionnelle, à l’image du Monde, le considère comme « sans conteste, le plus chevronné, le plus assidu, le plus sagace des observateurs politiques français ».

Mal­gré tout, il incar­ne pour beau­coup le pro­fil type du jour­nal­isme de révérence, l’édi­to­ri­al­iste de la France d’en-haut, de la France du « oui », s’éver­tu­ant sans relâche à défendre un monde poli­tique qu’il côtoie peut-être d’un peu trop près… et depuis peut-être un peu trop longtemps.

Parcours professionnel

Le chroniqueur de presse écrite

Alain Duhamel entre dans le bain en 1963, date à laque­lle il devient chroniqueur au Monde.

En 1992 (et jusqu’à aujour­d’hui) il livre égale­ment des chroniques régulières à Libéra­tion.

Par ailleurs, il a égale­ment tenu des chroniques dans les Dernières Nou­velles d’Al­sace, Nice-Matin et Le Point.

L’homme de télévision

Entre 1970 et 1973, il par­ticipe à l’émission « À armes égales » sur la pre­mière chaîne. À par­tir de 1977, il rejoint « Cartes sur table », sur Antenne 2, jusqu’en 1981. De 1997 à 2001, il par­ticipe à l’émis­sion « Mots croisés » sur France 2 en com­pag­nie d’Arlette Chabot.

Il par­ticipera à d’autres émis­sions telles que « L’Heure de vérité » (1995), « Ques­tion ouverte » (2001–2006 sur France 2), « 100 min­utes pour con­va­in­cre » (2002–2005 sur France 2), et réalise tou­jours des inter­ven­tions occa­sion­nelles dans le « Grand Jour­nal » de Canal+.

En 1974 , il ani­me le débat du sec­ond tour entre Valéry Gis­card d’Estaing et François Mit­ter­rand aux côtés de Jacque­line Bau­dri­er, puis en 1995 celui entre Jacques Chirac et Lionel Jospin en com­pag­nie de Guil­laume Durand.

Le 5 févri­er 2009, il inter­viewe le prési­dent Nico­las Sarkozy avec Lau­rence Fer­rari, Guy Lagache et David Pujadas. En avril 2012, il fait par­tie du jury de l’émis­sion « Qui veut devenir prési­dent ? » sur France 4.

L’éditorialiste radiophonique

Après avoir passé 15 ans à France Cul­ture, entre 1974 et 1999, il rejoint RTL en tant qu’édi­to­ri­al­iste poli­tique. En 2013, il passe de la mati­nale à la tranche 18/19 heures chez Marc-Olivi­er Fogiel. Depuis 2010, il par­ticipe égale­ment sur RTL au « face à face Aphatie-Duhamel », où il débat avec son con­frère de l’ac­tu­al­ité poli­tique.

Faits notoires

En 2007, il affiche ouverte­ment son hos­til­ité à la can­di­da­ture de Ségolène Roy­al pour l’élec­tion prési­den­tielle en l’éliminant pure­ment et sim­ple­ment de la liste des can­di­dats poten­tiels (« Les Pré­ten­dants 2007 », Plon, 2006).

En 2007, il est sus­pendu de l’émis­sion « A vous de juger », de l’an­tenne de France 2 et de RTL après avoir annon­cé, devant les étu­di­ants de l’IEP Paris, qu’il voterait François Bay­rou.

Il est régulière­ment la cible de la cri­tique d’ex­trême-gauche, qu’il s’agisse d’Acrimed ou du Monde Diplo­ma­tique. Il est con­sid­éré comme un « chien de garde » emblé­ma­tique du sys­tème libéral par Serge Hal­i­mi (dans son livre du même nom, puis dans le doc­u­men­taire tiré de l’ou­vrage).

Vie privée

Alain Duhamel est le frère du pédi­a­tre et uni­ver­si­taire Jean-François Duhamel, et de l’an­cien directeur général de France Télévi­sions Patrice Duhamel. Il s’est con­ver­ti au protes­tantisme par l’in­ter­mé­di­aire de sa belle famille (Le Nou­v­el Obs du 11 juil­let 2013, pages 28–29). Il est mar­ié à France Duhamel, anci­enne pro­fesseur agrégée de musique et chef d’orchestre et il est le père de deux enfants, Arnaud et Valérie.

Parcours militant

En 2007, devant les étu­di­ant de l’IEP Paris, il a annon­cé qu’il voterait François Bay­rou, ce qui lui a valu une sus­pen­sion de l’émis­sion « À vous de juger », des antennes de France Télévi­sions et de RTL jusqu’à la prési­den­tielle.

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Publications

  • La République gis­car­di­enne. Anatomie poli­tique de la France, Gras­set, 1980.
  • La République de mon­sieur Mit­ter­rand, Gras­set, 1982.
  • Les Pré­ten­dants, Gal­li­mard, 1983.
  • Le Com­plexe d’Astérix. Essai sur le car­ac­tère poli­tique des Français, Gal­li­mard, 1985.
  • Le Ve Prési­dent, Gal­li­mard, 1987.
  • Les Habits neufs de la poli­tique, Flam­mar­i­on, 1989.
  • De Gaulle-Mit­ter­rand. La mar­que et la trace, Flam­mar­i­on, 1991.
  • Les Peurs français­es, Flam­mar­i­on, 1993.
  • La Poli­tique imag­i­naire. Les mythes poli­tiques français, Flam­mar­i­on, 1995 (Prix de l’es­sai de l’A­cadémie française).
  • François Mit­ter­rand, por­trait d’un artiste, Flam­mar­i­on, 1997.
  • Une Ambi­tion française, Plon, 1999. (Prix du livre poli­tique).
  • Der­rière le miroir. Les hommes poli­tiques à la télévi­sion, Plon, 2000.
  • Les Pré­ten­dants 2007, Plon, 2006.
  • La marche con­sulaire, Plon, 2009.
  • Cartes sur table, Plon, 2010, avec son frère Patrice Duhamel.
  • Por­traits sou­venirs. 50 ans de vie poli­tique, Plon, 2012.
  • Une his­toire per­son­nelle de la Ve République, Plon, 2014.

Récompenses

Il l’a dit

« Pour dire les choses comme elles sont, rien dans l’itinéraire de Ségolène Roy­al au PS ne lui valait un statut de prési­den­tiable et rien dans les fonc­tions offi­cielles de sec­ond rang qu’elle avait occupées au gou­verne­ment ne la prédes­ti­nait ni même ne la pré­parait à une can­di­da­ture, en tout cas pas le bilan qu’elle y avait lais­sé », Alain Duhamel : Les Pré­ten­dants 2007, Plon, 2006

« L’af­faire Strauss-Kahn, ça m’a atteint. Les turpi­tudes de l’élec­tion du prési­dent de l’UMP m’ont plus que choqué. Ensuite, Cahuzac, ça m’a lit­térale­ment écœuré », RTL, juin 2013

« Ça fait cinquante ans que je m’oc­cupe de poli­tique, que j’es­saye de com­pren­dre la poli­tique, que j’es­saye d’ex­pli­quer la poli­tique, que j’es­saye de jus­ti­fi­er la poli­tique (…) pour essay­er de lui con­serv­er un cer­tain statut dans l’e­sprit des gens. Et quand je vois ce qui s’est passé en deux ans, je ne vais pas dire que je suis effon­dré mais je suis touché. Et je suis écœuré », ibid.

« Je ne suis pas dégoûté de la vie poli­tique. Ma pas­sion est in­tacte, car la poli­tique est la chose la plus impor­tante au monde. Mais ma con­sid­éra­tion pour le monde poli­tique actuel s’est dégradée. Le débat s’est abais­sé, les per­son­nages ont rapetis­sé et les pop­ulismes ont pro­gressé », ibid.

«Je ne suis pas sur les réseaux soci­aux. Je suis plus ana­lyste que polémiste et je ne veux pas résumer ma pen­sée en 140 car­ac­tères », ibid.

« Dominique Strauss-Kahn était une chance his­torique pour les social­istes. Parce que son pro­fil cor­re­spondait excep­tion­nelle­ment aux cir­con­stances », RTL

« BHL est l’écrivain le plus médi­a­tique de France, l’idéologue le plus con­tro­ver­sé, mais aus­si le plus fameux, le sym­bole de l’intellectuel engagé », RTL, 9 octo­bre 2007

« Frédéric Nihous est le chef de file d’un groupe de pres­sion, aus­si légitime que les autres, pas moins, pas plus légitime. Il n’a stricte­ment rien à faire dans une élec­tion. Il ne veut pas être prési­dent de la république, il ne veut même pas réelle­ment être au pre­mier tour. Il veut sim­ple­ment qu’on par­le de la chas­se, de la pêche et des tra­di­tions. A ce moment là, pourquoi pas un can­di­dat des cyclistes ran­don­neurs du dimanche, pourquoi pas un représen­tant des boulistes, et puis, je vous assure, que les joueurs de corne­mus­es sont furieux de ne pas avoir de can­di­dats ! », RTL, 14 décem­bre 2011

« Les cités des ban­lieues en dif­fi­culté s’embrasèrent à la fin de l’automne à la suite de la mort mal­heureuse de deux ado­les­cents. D’un seul coup remon­tèrent à la sur­face, notam­ment chez les Beurs, la peur de l’avenir, le sen­ti­ment d’être exclus et méprisés, la prob­a­bil­ité du chô­mage, le goût de la vio­lence, la ten­ta­tion de la révolte et un anti­sémitisme de moins en moins réfréné », Une his­toire per­son­nelle de la Ve République, Plon, 2014

« Deux France se dessi­nent, l’une qui se croit capa­ble de con­stru­ire un avenir dif­férent, l’autre qui s’épouvante et souf­fre de ne pou­voir revenir au passé. Ce décou­plage se traduit par l’abstention mas­sive, par le vote extrémiste, par le tri­om­phe des dém­a­gogues et des apoc­a­lyp­tiques », Libéra­tion, 11 mars 2015

« Eric Zem­mour, un ultra au XXIe siè­cle. Sa France est un pays de mythes et de légen­des, anachro­nisme qui serait peut-être hon­or­able si son cortège d’exclusions, de dis­crim­i­na­tions, de stig­ma­ti­sa­tions, d’allégations et de diffama­tions ne l’accompagnait pas (…) Eric Zem­mour est avant tout un déclin­iste enragé, inter­pré­tant chaque fait à tra­vers une grille de la déca­dence, de la décon­struc­tion délibérée de la France, de l’enlisement crim­inel de la “grande nation”, de son ago­nie pro­gram­mée depuis le départ du général de Gaulle », Libéra­tion, 8 octo­bre 2014

« Sur le fond, son pro­gramme de rup­ture reste por­teur de con­vul­sions économiques et d’orages poli­tiques […] il exhale des effluves fran­quistes ou salazari­ennes […] Marine Le Pen chem­ine sur le sen­tier de la peur et de la fureur. Elle incar­ne la vengeance de cette France d’en bas qui se sent vul­nérable, humil­iée, délais­sée. La voici désor­mais fig­ure de proue de la France qui perd. Cela lui garan­tit un atout red­outable », Libéra­tion, 2 juil­let 2014

« La Russie n’appartient certes pas à l’Europe démoc­ra­tique mais l’Ukraine, si. On l’ampute de la Crimée avec un argu­ment eth­nique et cul­turel qui repro­duit dra­ma­tique­ment celui qui était employé avant la Sec­onde Guerre mon­di­ale », Libéra­tion, 20 mars 2014

« Des frac­tions de plus en plus larges de la société civile parais­sent avoir atteint un point d’exaspération tel que des protes­ta­tions de masse devi­en­nent pos­si­bles, voire red­outa­bles », Libéra­tion, 5 févri­er 2014

« Gou­verne­ment et social­istes font bien pire : depuis des mois, avec une inven­tiv­ité et une fer­til­ité crois­santes, ils accu­mu­lent les bour­des, les mal­adress­es, les provo­ca­tions irréfléchies, les ini­tia­tives calami­teuses, les for­mu­la­tions désas­treuses comme s’ils avaient juré de porter l’extrême droite à la pre­mière place lors des élec­tions européennes qui, de leur fait, risque de con­stituer la plus grande cat­a­stro­phe démoc­ra­tique depuis l’élection prési­den­tielle de 2002 », Libéra­tion, 18 décem­bre 2013

« Si il s’agit d’insultes racistes, non ! C’est les musul­mans qui sont les plus mal­traités ! » Canal+, Grand Jour­nal, 15 mars 2013

« Le sondage Ipsos pub­lié ven­dre­di dans le Monde donne une image lit­térale­ment effrayante de l’état d’esprit des Français. On savait déjà, par de mul­ti­ples enquêtes d’opinion, qu’ils bat­tent des records de pes­simisme et d’insatisfaction, qu’ils regar­dent leur sit­u­a­tion de façon plus noire que des pays en guerre ou des nations en perdi­tion. La nou­veauté de ce sondage est que la France présente de sur­croît toutes les car­ac­téris­tiques du pop­ulisme : forte demande d’autorité (87% pensent que la France a besoin “d’un vrai chef pour remet­tre de l’ordre”), rejet bru­tal de l’immigration, aver­sion de la reli­gion musul­mane, sen­ti­ment mas­sif de dépos­ses­sion, détes­ta­tion du monde poli­tique », Libéra­tion, 30 jan­vi­er 2013

« Poli­tique­ment, la ques­tion qui se pose est : de quoi Marine Le Pen est-elle le nom ? La réponse directe est : une nou­velle extrême droite, plus dan­gereuse encore que la précé­dente. La prési­dente du Front nation­al a réus­si le lift­ing de sa for­ma­tion », Libéra­tion, 25 avril 2012

« Les Français dans leur majorité sont non seule­ment hos­tiles aux immi­grés mais exas­pérés de tout ce qui peut être fait pour eux (…) Si les Français réagis­sent comme ça, moi je crois que c’est parce que l’image que la presse, la télévi­sion et les chaînes d’information con­tin­ue, don­nent de l’immigration en France est sys­té­ma­tique­ment néga­tive », RTL, 31 août 2015

« Marine Le Pen est, en somme, une extrémiste mod­erne, cos­tumée pour l’information con­tin­ue, grimée pour les réseaux soci­aux (…) C’est un change­ment de vis­age, de style et d’époque. Une allure plus ras­sur­ante pour une ambi­tion plus inquié­tante. L’extrême droite française du XXIe siè­cle se veut, en effet, plus policée que celle du XXe siè­cle, mais elle s’annonce beau­coup plus red­outable », Libéra­tion, 15 avril 2015

Ils l’ont dit

« Dans le défer­lement de com­men­taires sur le “séisme” provo­qué par la con­damna­tion d’Alain Jup­pé et son “cal­vaire”, l’un d’entre eux aurait pu d’autant plus facile­ment pass­er inaperçu qu’il date de la veille du juge­ment et émane du spé­cial­iste en bavardages tous médias : Alain Duhamel. » Acrimed, 1er févri­er 2004

« Grand équilib­riste entre droite et gauche de gou­verne­ment, fluc­tu­ant au gré des vents poli­tique et des médias qui l’accueillent », ibid.

« Alain Duhamel n’a pas tranché au nom du droit, mais de la morale : avoir cau­tion­né des emplois fic­tifs serait “rel­a­tive­ment sans grav­ité”. Rel­a­tive­ment à quoi ? », ibid.

« Chroniqueur de “La France d’en haut” », ibid.

Con­sid­éré comme un « européiste acharné » par Le Monde Diplo­ma­tique, févri­er 2005

« Alain Duhamel sym­bol­ise à mer­veille cette élite omniprésente. Naguère plutôt bar­riste, aujourd’hui plutôt bal­ladurien, il pré­side le comité édi­to­r­i­al d’Europe 1 (…) Intariss­able, il écrit égale­ment — com­ment l’ignorer ? — un livre tous les deux ans, en général pour défendre nos élites incom­pris­es et les ver­tus de l’Europe libérale. » Le Monde Diplo­ma­tique, févri­er 2005

« Ces trois derniers mois, cha­cun des trois auteurs qui occu­pent le plus les médias (Alain Duhamel, Bernard-Hen­ri Lévy et Alain Minc), a pub­lié un essai poli­tique dénonçant les ten­ta­tions irra­tionnelles qu’ils prê­tent au peu­ple », ibid.

« Il est, sans con­teste, le plus chevron­né, le plus assidu, le plus sagace des obser­va­teurs poli­tiques français », Le Monde 24 sep­tem­bre 2014

« Né à la poli­tique sous les aus­pices de Mendès France et de Gaulle, placés au som­met de son Pan­théon per­son­nel, n’a‑t-il pas tout vu, vécu, analysé et com­men­té de la scène poli­tique nationale, depuis le milieu des années 1960 ? Aux pre­mières loges autant qu’en couliss­es, pas un épisode mar­quant, pas un des fauves, petits et grands, n’ont échap­pé à son inlass­able curiosité ni à l’acuité de sa plume », ibid.

« Ce matin sur RTL, Alain Duhamel, le fin poli­to­logue qui avait oublié Ségolène Roy­al dans sa liste des pré­ten­dants à l’Elysée en 2007, a estimé que je n’avais “stricte­ment rien à faire dans une élec­tion”. Quel mépris à l’é­gard des électeurs qui m’ont élu (…) Pour ce reli­quat de la poli­tolo­gie au pifomètre des années Gis­card, ma can­di­da­ture à l’élec­tion prési­den­tielle est “absol­u­ment choquante” (…) Dans son numéro de comique des ondes, Duhamel n’ar­rive même pas à se renou­vel­er. Ce Fer­nand Ray­naud de l’analyse poli­tique avait fait exacte­ment le même sketch lors des prési­den­tielles de 2002 et 2007 con­cer­nant la can­di­da­ture de Jean Saint-Josse puis la mienne », Frédéric Nihous, décem­bre 2011

« Pour Alain Duhamel, il faut man­i­feste­ment appartenir, comme lui, aux clubs les plus hup­pés de la cap­i­tale pour avoir le droit d’être con­sid­éré (…) Je suis le can­di­dat de la rural­ité : 20 % des Français soit 13 mil­lions de per­son­nes ! Ceux qui sont sys­té­ma­tique­ment oubliés par les poli­tiques gou­verne­men­tales et main­tenant insultés à l’an­tenne de la pre­mière radio de France ! Alain Duhamel, enlevez vos souliers ver­nis, met­tez des bottes, sortez pour une fois de votre stu­dio de radio parisien et dépassez le périphérique pour aller voir cette France que vous ne con­nais­sez pas ! Oui, je défends la France des tra­di­tions ! Venez là voir. Je vous y invite. A 71 ans, vous allez décou­vrir une chose stupé­fi­ante : il y a une vie en dehors de Paris », ibid.

« En six ans de proxi­mité, j’ai pu mesu­rer son honnê­teté intel­lec­tuelle, son amour du jour­na­lisme, son souci d’exer­cer son méti­er en tra­vail­lant avec humi­lité, alors même que son excep­tionnelle car­rière, sa cul­ture et sa mémoire pour­raient susci­ter des atti­tudes plus pares­seuses », Jean-Michel Aphatie, févri­er 2009

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo RTL (DR)

Voir aussi

Related Posts

None found

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.