Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Frédéric Bonnaud

19 août 2020

Temps de lecture : 12 minutes
Accueil | Portraits | Frédéric Bonnaud

Frédéric Bonnaud

Le berseker des rebellocrates

« Moi, je ne suis pas patri­ote pour un sou ! » (L’Objet du scan­dale, France 2, 10/03/2010)

Si, avec son visage de bande dessinée, son aspect rondouillard jovial et ses yeux moqueurs, Frédéric Bonnaud a l’apparence d’un blagueur inoffensif, il se trouve être en réalité l’une des plus grandes gueules de la gauche médiatique, des plus féroces, des plus fières, des plus dénuées de doute. Oscillant sans cesse entre la vanne gourmande et l’aboiement indigné, cet ancien critique de cinéma ayant fait carrière dans l’anti-sarkozysme et la résistance à paillettes à la tête du magazine emblématique des « rebellocrates » : Les Inrockuptibles, est aujourd’hui le directeur général de la prestigieuse cinémathèque française. Le secret de son succès : une inflexible certitude d’appartenir au camp du Bien (même s’il refuse la politisation outrancière du cinéma, comme l’a montré son soutien à Polanski), une condescendance narquoise, et du chien – au sens Pitbull du terme.

Fils de Robert Bon­naud, his­to­rien engagé à gauche et mil­i­tant anti-colo­nial­iste, il est né en 1967.

Formation universitaire

Non ren­seigné

Parcours professionnel

Frédéric Bon­naud débute en 1995 en tant que cri­tique ciné­ma pour le mag­a­zine Les Inrock­upt­ibles ; par­al­lèle­ment, il se trou­ve égale­ment être l’assistant de Danièle Hibon au départe­ment Ciné­ma de la Galerie nationale du Jeu de Paume. Il débar­que sur France Inter en 2002, par l’entremise de Bernard Lenoir, où il assume le rôle de chroniqueur ciné­ma dans l’émission « La par­tie con­tin­ue » qu’anime Albert Algo­ud. Il lui arrive d’intervenir, sur la même radio, au « Masque et la Plume », ain­si qu’au « Cer­cle », sur Canal+, tou­jours en tant que cri­tique ciné­ma. Mais il va bien­tôt débor­der ce sim­ple créneau pour se voir con­fi­er la respon­s­abil­ité de la tranche cul­turelle (18h00-19h00) de la radio par Jean-Luc Hees, alors directeur de France Inter. Il ani­me ain­si l’émission « Chari­vari » de juil­let 2003 à juin 2006, puis, de sep­tem­bre 2006 à juin 2007, « La Bande à Bon­neau », en com­pag­nie de San­dra Free­man et d’Arnaud Viviant. Il accueille égale­ment dans cette émis­sion Franck Annese, Philippe Collin, François Simon et Hervé Pau­chon. Mais l’émission n’est pas recon­duite à la ren­trée 2007 et Frédéric Bon­naud, rem­placé par Yves Calvi, accuse alors la direc­tion de la radio d’une reprise en main poli­tique rel­a­tive à l’élection de Nico­las Sarkozy. Un mou­ve­ment de grève prend sa défense mais ne fera pas pli­er les respon­s­ables de la radio qui esti­ment que « La Bande à Bon­neau » ne réu­nit sim­ple­ment pas assez d’auditeurs. Il règlera ses comptes dans un entre­tien don­né au Monde le 11 juil­let 2007, où il affirme notam­ment : « Com­ment s’en­ten­dre avec de tels incom­pé­tents qui n’ont tra­vail­lé jusqu’i­ci que dans des radios musi­cales ? » Mais loin d’être au chô­mage, Frédéric Bon­naud rejoint alors Europe 1, où il officiera jusqu’en 2009 dans l’émission de Jean-Marc Moran­di­ni pour livr­er quo­ti­di­en­nement un bil­let présen­té comme « poli­tique­ment incor­rect ». Essen­tielle­ment, il s’agira pour lui de s’attaquer au chef de l’État : Nico­las Sarkozy. Une incor­rec­tion fort tolérée, répan­due et lucra­tive, donc, qui offre en sus l’équivalent d’une bonne cure revan­charde à celui qui estime avoir été privé de son créneau sur France Inter par le nou­veau prési­dent. En tout cas, celui que Téléra­ma qual­i­fie de “pro anti-Sarko”, se sent quant à lui « assis sur un bar­il de poudre » et pré­tend : « J’ai plutôt le sen­ti­ment d’être comme le sparadrap du cap­i­taine Had­dock : on cherche com­ment se débar­rass­er de moi ». Il devient égale­ment à l’époque chroniqueur ciné­ma pour « Le Cer­cle », émis­sion de Canal+ qu’anime Frédéric Beigbed­er et où il était déjà inter­venu. Dès sep­tem­bre 2008, il est encore chroniqueur dans le jour­nal Siné Heb­do, fondé par le dessi­na­teur Siné après son évic­tion de Char­lie Heb­do. Il témoigne d’ailleurs en sou­tien au dessi­na­teur lorsque celui-ci se voit accusé d’antisémitisme.

En août 2009, Bon­naud rejoint Guil­laume Durand, pour « jouer le poil à grat­ter au côté de l’animateur », dans l’émission « L’Objet du scan­dale », sur France 2. En octo­bre 2009, il y pren­dra la défense vigoureuse et uni­latérale du réal­isa­teur Roman Polan­s­ki, sus­ci­tant l’indignation de cer­taines fémin­istes. « Je dis sim­ple­ment que Roman Polan­s­ki est tombé, à l’époque, lui-même pas très bien, sur une jeune femme qui avait 14 ans qui en fai­sait 17 ou 18 et qui avait, sim­ple­ment à en croire son témoignage, ce qu’on appelle une sex­u­al­ité active ! », résume-t-il. Il tient égale­ment tou­jours sur Europe 1, une chronique quo­ti­di­enne sur la télévi­sion.

Mais à la ren­trée 2010, il quitte cette radio pour revenir dans le giron de Radio France et ani­mer « Plan B pour Bon­naud », de 17h00 à 18h00 sur Le Mouv’. À l’occasion d’un doc­u­men­taire sur la cri­tique réal­isé par Ben­jamin Wal­ter et inti­t­ulé : Qui veut la peau du cri­tique ?, dif­fusé en juil­let 2011, Bon­naud s’en prend à son con­frère Ali Bad­dou en des ter­mes vir­u­lents : « Ali Bad­dou au Grand Jour­nal, ce trou du cul, en train de dire “J’ai rien com­pris, qu’est-ce que c’est que cette merde ?’ ”. A part qu’il ne com­prend pas que c’est lui la merde, c’est pas le film ». Sa déc­la­ra­tion fait scan­dale et il s’en excuse quelques jours plus tard. En 2012, il com­mence d’animer une émis­sion cul­turelle sur Arte, « Per­son­ne ne bouge ! », avec Philippe Collin et Xavier Mauduit et se charge égale­ment d’une émis­sion poli­tique : « En direct de Medi­a­part », dif­fusée sur le site créé par Edwy Plenel. Enfin, le 18 jan­vi­er 2013, il rem­place Audrey Pul­var en tant que directeur de la rédac­tion du mag­a­zine Les Inrock­upt­ibles où il avait fait ses débuts vingt ans plus tôt.

L’ère Bon­naud n’est pour­tant pas syn­onyme de redresse­ment économique pour l’hebdomadaire, qui voit en plus débouler un nou­veau con­cur­rent sur ses plates-ban­des en la per­son­ne de Soci­ety, le nou­v­el heb­do de Franck Annese. Cepen­dant, Bon­naud va se voir for­muler une offre qu’il ne pour­ra pas refuser.

Le cri­tique est choisi par le Con­seil d’Administration de la Ciné­math­èque pour suc­céder à Serge Toubiana à par­tir du 31 décem­bre 2015, déci­sion aval­isée par le min­istère de la Cul­ture. Ce dernier entend ouvrir l’auguste tem­ple de la cinéphilie à des vents plus pop­u­laires, con­cer­nant les choix de pro­gram­ma­tion et d’exposition, tout en cher­chant à innover con­cer­nant les modes de dif­fu­sion. Le début de son man­dat n’est pour­tant pas de tout repos, car le nou­veau directeur général doit affron­ter à la fois des vents con­traires en interne et les bour­rasques de #MeToo qui s’abattent sur le monde du ciné­ma. Dès sa prise de fonc­tions, il est inter­pel­lé par une jeune étu­di­ante, anci­enne salariée du musée, qui se plaint des con­di­tions de tra­vail du per­son­nel chargé de l’accueil et de la bil­let­terie. Ce témoignage débouche sur la créa­tion d’un blog col­lab­o­ratif, où dif­férents employés vien­nent abon­der dans le sens de la jeune femme et expri­ment leur mal-être au tra­vail. En effet, la ges­tion d’accueil est sous-traitée à une entre­prise extérieure, City One, dont les méth­odes de man­age­ment lais­sent à désir­er : oubli d’heures tra­vail­lées, irrégu­lar­ités dans les plan­nings et cas de har­cèle­ment moral. L’image de gauche de la Ciné­math­èque, due en grande par­tie à l’affaire Lan­glois qui fut le préam­bule de Mai 68, en prend un coup. Lorsque des mem­bres de Nuit Debout déci­dent d’occuper sym­bol­ique­ment le lieu en mai 2016, pour pro­test­er con­tre cet alliage impur entre la pré­car­ité et la cul­ture, ils sont expul­sés dans la nuit par des CRS. Il n’en faut pas plus pour que des com­men­ta­teurs avisés, dont des anciens col­lab­o­ra­teurs de Bon­naud comme le cri­tique ciné­ma des Inrocks Jean-Bap­tiste Morain, fusti­gent des « méth­odes de droite ». Et Bon­naud d’être dépassé sur sa gauche, car diriger une insti­tu­tion à voca­tion pat­ri­mo­ni­ale à l’audience inter­na­tionale n’implique pas les mêmes respon­s­abil­ités qu’un canard bobo sub­ven­tion­né.

Un an plus tard, le directeur général n’arrange pas son cas lorsqu’il tient à main­tenir la rétro­spec­tive Roman Polan­s­ki en novem­bre 2017, en dépit des ges­tic­u­la­tions des harpies fémin­istes qui s’agitent à l’extérieur du bâti­ment. Il doit se résoudre à reporter la rétro­spec­tive du cinéaste Jean-Claude Bris­seau, qui avait été con­damné en 2005 à un an de prison avec sur­sis pour le har­cèle­ment sex­uel de deux jeunes actri­ces. Bon­naud prend par­ti pour Polan­s­ki con­tre les ligues de ver­tu, et même lorsqu’il est invité chez ses anciens col­lègues de Medi­a­part, sur le plateau où il a lui-même offi­cié, il ne baisse pas la garde et qual­i­fie les fémin­istes souhai­tant cen­sur­er les œuvres de « demi-folles ». Dans un autre reg­istre, son souhait de con­sacr­er une expo­si­tion à Louis de Funès deux ans plus tard laisse les cinéphiles bon teint scep­tiques.

Il serait toute­fois injuste d’ac­cuser Bon­naud d’être soudaine­ment devenu un notable souhai­tant ardem­ment le statu quo après avoir été un jour­nal­iste mil­i­tant. Mais force est de con­stater que sa nom­i­na­tion a coïn­cidé avec une mise en veille de ses com­men­taires poli­tiques, dans la mesure où toutes ses déc­la­ra­tions publiques se rap­por­tent désor­mais au ciné­ma, à la préser­va­tion et la dif­fu­sion des films ain­si qu’à la défense de l’institution qu’il dirige, ce qu’aucun hon­nête homme ne pour­rait décem­ment lui reprocher.

Combien il gagne

Non ren­seigné

Publications

Non ren­seigné

Collaborations

Non ren­seigné

Il l’a dit

« Moi, je ne suis pas patri­ote pour un sou ! »

À Eric Zem­mour : « Votre réal­ité est un fan­tasme ! », L’Objet du scan­dale, France 2, 10/03/10.

« {Chris­tiane Taubi­ra} rompt claire­ment avec le pop­ulisme sécu­ri­taire et la jus­tice émo­tion­nelle qui sévis­sent depuis dix ans. Ce que ne font pas François Hol­lande et Manuel Valls quand ils se ren­dent nuita­m­ment à Échi­rolles, en octo­bre dernier, sous les pro­jecteurs des télévi­sions, pour récon­forter des familles vic­times d’un fait divers. Exacte­ment comme le fai­sait Nico­las Sarkozy », Édi­to des Inrock­upt­ibles du 19/02/2013, « Chris­tiane Taubi­ra, l’honneur de la gauche ».

« Je pense qu’hôtesse d’accueil, caissier, guicheti­er ou ouvreuse, ça doit rester des petits jobs d’étudiants, au risque de cho­quer. Moi, je ne me vois pas sign­er un CDI à vie pour que quelqu’un vende des bil­lets à la Ciné­math­èque. », Les Inrocks, 04/04/2016.

« Dans cette his­toire, j’ai fait ce que j’ai pu dans la mesure de mes moyens. Une jeune femme nous dit, en gros : “On nous traite mal.” Donc je véri­fie si c’est vrai. Tout ce que je pou­vais amélior­er, je crois l’avoir fait. Mais très hon­nête­ment, la réal­ité ne cor­re­spondait pas à son dis­cours. Elle com­para­it quand même leur con­di­tion à celle des “esclaves de “Metrop­o­lis””! Quand on est en désac­cord avec un patron, la plu­part du temps, on finit par aller voir le juge. On aurait pu s’ex­pli­quer devant les prud’hommes mais il n’y a même pas eu de plainte. Et il n’y en a tou­jours pas. J’ai fini par com­pren­dre que cette jeune femme avait sûre­ment des comptes per­son­nels à régler. Mais lesquels ? », Télé Obs, 11/10/2016
.

A pro­pos d’Anna Bosc-Moli­naro, la jeune étu­di­ante qui met en cause City One : « La Ciné­math­èque est un énorme miroir aux alou­ettes et aux fan­tasmes et je pense que cer­taines per­son­nes ont, à son égard, des attentes quelque peu dis­pro­por­tion­nées. », Idem

« Ici, c’est un musée, j’ai un pat­ri­moine à préserv­er. Je devrais sup­port­er qu’on entre de force, qu’on me casse une porte, qu’on se promène nuita­m­ment dans le musée et qu’on nous tienne des pro­pos déli­rants du genre “Vous ne passez pas que des films de gauche” ? Et après quoi ? Ils cassent une vit­rine pour voir ce que ça fait de touch­er un décor de Méliès ? Non ! Et puis j’avais vu ce qu’il s’é­tait passé à l’Odéon un mois aupar­a­vant : ils les ont lais­sés s’in­staller, ils les ont rav­i­tail­lés et ça s’est ter­miné dans le sang et les coups lors de l’é­vac­u­a­tion finale. A un moment, on n’a pas le droit de se tromper de cible à ce point-là. On est dans un monde cap­i­tal­iste dur, qu’on ne me dise pas que la Ciné­math­èque française est le sym­bole de ce monde-là ! Ren­seignez-vous un peu avant de dire et faire n’im­porte quoi ! », Idem

« Cette libéra­tion de la parole, est-ce qu’elle ne s’accompagne pas d’un flash total­i­taire et d’un retour à l’ordre moral, sous la direc­tion de ligues de ver­tu ? », Medi­a­part Live, 08/11/2017

« Tu sais pourquoi nous avons renon­cé [à la rétro­spec­tive Jean-Claude Bris­seau, ndlr] ? Met­tre dix gardes du corps dans le hall, ça coûte 10 000 euros. Nous ne sommes pas de taille. Je dis à Osez le fémin­isme ! “vous avez gag­né”. Moi, je suis pas venu tra­vailler à la Ciné­math­èque française pour enten­dre Mar­lène Schi­ap­pa me dire que j’avais la cul­ture du viol. On ne me l’a pas encore dit, mais on va me le dire. Et c’est nor­mal qu’on me le dise. », Idem

« On devrait donc annuler des rétro­spec­tives d’artistes qui n’ont rien à voir avec l’affaire Wein­stein ? Pour l’exemple ? C’est ter­ri­ble ce que vous dites. Ma posi­tion est la suiv­ante : c’est l’honneur de la Ciné­math­èque Française, je dis bien l’honneur, dans un moment d’hystérie col­lec­tive où l’on mélange tout et où tout le monde a peur d’être lynché médi­a­tique­ment en cas de posi­tion non-con­forme, d’avoir tenu bon sur ses principes et ses engage­ments. Le seul qui aurait pu nous dire, “je ne viens pas” ou “lais­sez tomber cette rétro­spec­tive”, c’est Roman Polan­s­ki lui-même. Je l’aurais évidem­ment écouté. Il ne l’a pas fait, je pense qu’il n’y a même pas songé, donc nous n’avions aucune rai­son d’annuler. Cos­ta-Gavras et moi ne l’avons pas envis­agé une seule sec­onde. Ou alors il faut con­sid­ér­er que les ciné­math­èques et les musées devraient suiv­re aveuglé­ment l’air du temps et qu’aux pre­mières cir­con­stances jugées défa­vor­ables, il faille remet­tre en ques­tion des choix de pro­gram­ma­tion réfléchis, con­certés et prévus de longue date. Ce n’est ni notre rôle ni notre vision des choses. », Pre­mière, 03/01/2018.

« Pour moi, pour la Ciné­math­èque Française, un monde sans Human­ité est impos­si­ble à imag­in­er. Il faut que l’Huma con­tin­ue de paraître et vous avez toute notre ami­tié et tout notre sou­tien dans votre com­bat qui est un com­bat dif­fi­cile, mais un com­bat noble et valeureux. », L’Humanité, 21/02/2019.

« J’es­saie de sat­is­faire les habitués et d’at­tir­er un nou­veau pub­lic. La Ciné­math­èque s’est méta­mor­phosée depuis les années 1980. J’y ai vécu des moments inou­bli­ables, comme l’hom­mage à Bette Davis en sa présence, mais je me sou­viens aus­si des piètres con­di­tions d’ac­cueil : un caissier désagréable, une salle non refaite depuis les années 1960, sans compter les films pro­jetés sans sous-titres. Il y avait une ambiance de cat­a­combes, de messe noire. L’in­tim­i­da­tion cul­turelle m’hor­rip­ile, c’est tout l’in­verse de l’im­age que je me fais d’un spec­ta­cle pop­u­laire. », L’Express, 19/05/2019.

Nébuleuse

Bernard Lenoir ; Albert Algo­ud ; Jean-Luc Hees ; San­dra Free­man ; Arnaud Viviant ; Philippe Collin ; Hervé Pau­chon ; Jean-Marc Moran­di­ni ; Frédéric Beigbed­er ; Siné ; Guil­laume Durand ; Xavier Mauduit ; Lau­rent Mauduit ; Edwy Plenel ; Flo­rence Platarets ; Véronique Cay­la ; Cos­ta-Gavras ; Michel Romand-Mon­nier.

Ils ont dit

«Frédéric Bon­naud… Lui, alors lui… Qui nous traite d’illuminés le lende­main ! Pas devant moi, parce qu’il a une trop petite bite pour le faire », Jean-Marie Bigard (après une invi­ta­tion à L’Objet du scan­dale au sujet du 11 sep­tem­bre 2001, RMC, novem­bre 2010).

« C’est en effet à pro­pos de ce con­flit que Frédéric Bon­naud, chroniqueur estampil­lé “poli­tique­ment incor­rect” à Europe 1, s’est mué en petit maître censeur. Je venais d’ex­pli­quer ce qu’é­tait le Hamas, avec son idéolo­gie total­i­taire et anti-juive qui se prê­tait mal à une riposte “pro­por­tion­née”. Je dis­ais aus­si qu’il fal­lait pren­dre avec des pincettes la pro­pa­gande islamiste sur les cen­taines de morts civils annon­cées, ce lun­di, à Gaza, et que les sol­dats israéliens s’af­frontaient aux mil­i­tants du Hamas dans une guerre mil­i­taire, évidem­ment très risquée. C’est alors que le porte-parole du Bien a révélé son goût pour le débat en me souhai­tant l’embastillement », Ivan Rioufol, Le Figaro, 7/01/2009.

« Com­ment ne pas se sou­venir de Frédéric Bon­naud rail­lant Daniel Mer­met, dont l’émission avait été reléguée à un mau­vais horaire pour laiss­er la place à Bon­naud : « Les mar­tyrs médi­a­tiques, il n’y a rien de plus ridicule » (France Inter, 28.6.06), avant d’en appel­er aux syn­di­cats et de sus­citer une péti­tion de sou­tien quand il voulut sauver son émis­sion « La bande à Bon­naud », Nico­las Boder­ault et Didi­er Duter­ri­er, Acrimed, 6/10/2010

« Il y avait eu un précé­dent en eau de boudin, lorsque Frédéric Bon­naud racon­tait inlass­able­ment les mésaven­tures de “Mon Nico­las” sur Europe 1, d’une voix trop haut per­chée. Pari impos­si­ble que de feuil­leton­ner ain­si pen­dant toute une sai­son sur le même sujet. Insup­port­able parce que plus drôle du tout », GS, Causeur, 29/06/2010.

« Beau­coup de salariés ont été déçus par cette déc­la­ra­tion [sur les petits jobs étu­di­ants, ndlr]. “Je préfère le je‑m’en-foutisme de Toubiana au mépris de Bon­naud”, lâche Nico­las. Les délégués du per­son­nel ont ques­tion­né la nou­velle direc­tion pour savoir si elle comp­tait apporter une réponse à la vidéo d’An­na. La réponse envoyée par la direc­tion évite habile­ment tous les sujets abor­dés dans la-dite vidéo. Le texte se ter­mine par “les dis­cus­sions entre la direc­tion et City One se pour­suiv­ent”. D’après une source en interne, une réu­nion entre City One et la Ciné­math­èque a en effet eu lieu il y a quelques semaines, très peu de temps après la dif­fu­sion de la vidéo d’Anna. Frédéric Bon­naud, arrivé le 1er févri­er au sein de l’institution, n’a prob­a­ble­ment pas encore eu le temps de se pencher sur ce dossier, com­plexe s’il en est. », Les Inrocks, 04/04/2016.

« Nous nous sommes par­fois opposés, mais peu importe et c’est tant mieux. Les déc­la­ra­tions récentes de ton sous-directeur (la Ciné­math­èque française “n’est pas de gauche”) et la déci­sion de faire appel aux CRS pour évac­uer au plus vite ses locaux que des citoyens et cinéphiles qui veu­lent seule­ment penser et par­ler de l’avenir de notre société occu­paient nous cha­gri­nent beau­coup, nous, généra­tions qui avons aimé le ciné­ma grâce à la Ciné­math­èque et ce qu’elle incar­nait.
Tu diriges aujour­d’hui la Ciné­math­èque française, et j’en suis sincère­ment heureux, car je crois que tu étais des­tiné à ce poste. Nous atten­dons de toi que tu adoptes une atti­tude claire à ce sujet. Il est évidem­ment hors de ques­tion que des cinéastes de droite ou dits de droite n’y aient plus droit de cité. Mais il nous est insup­port­able d’ad­met­tre que cette insti­tu­tion, avec son his­toire et son passé glo­rieux, chao­tiques, mou­ve­men­tés, voire par­fois folk­loriques, puisse aujour­d’hui adopter en les assumant des méth­odes poli­cières et de ges­tion du per­son­nel pro­pre­ment de droite. », Jean-Bap­tiste Morain, Les Inrocks, 08/05/2016.

« Et Bon­naud part en roue libre, sur le mode «plus rien à per­dre». On vient de restau­r­er 1900, ce très grand film. «Je pour­rais inviter Bernar­do Bertoluc­ci, son auteur. Mais je ne vais pas l’inviter pour qu’il se fasse traiter de vio­leur par des demi-folles.» Bertoluc­ci, vio­leur ? Il y a du sous-texte. Bon­naud par­le ici d’un autre film, le Dernier Tan­go à Paris, resté célèbre pour la scène de sodomi­sa­tion (simulée) de Maria Schnei­der par Mar­lon Bran­do à l’aide d’une pla­que­tte de beurre. De longues années plus tard, Bertoluc­ci a avoué que cette scène, non prévue, avait été imag­inée par Bran­do et lui le matin même du tour­nage, sans que Schnei­der en fût aver­tie. «Je voulais sa réac­tion d’humiliation en tant que femme, et pas en tant qu’actrice», a dit Bertoluc­ci — aveu juste­ment livré à la Ciné­math­èque de Paris. Bertoluc­ci avait alors expliqué se sen­tir «coupable» mais ne pas regret­ter. A not­er que ce débat, en 2013, n’avait pas provo­qué de réac­tions par­ti­c­ulières en France, jusqu’à ce que son enreg­istrement soit exhumé trois ans plus tard par la ver­sion améri­caine de Elle.
Il faudrait pren­dre Bon­naud entre qua­tre-z-yeux et lui expli­quer que ce qui arri­va jadis à Maria Schnei­der s’appelle bien un viol. On ne par­le pas de ciné­ma. On par­le de deux hommes, Bran­do et Bertoluc­ci, qui mon­tent un traque­nard à une femme, Maria Schnei­der, sous un pré­texte artis­tique. Que cela n’empêche peut-être pas d’aimer le film, mais que le temps est venu d’appeler les choses par leur nom. Au risque de se faire traiter de demi-fou, ou de demi-folle. », Daniel Schnei­der­mann, Libéra­tion, 12/11/2017.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo BFM Busi­ness via Youtube

Voir aussi

Related Posts

None found

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).