Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Michèle Cotta

28 septembre 2018

Temps de lecture : 9 minutes
Accueil | Portraits | Michèle Cotta

Michèle Cotta

Un « vieux de la vieille » en talons aiguilles

« On le sait tous que l’immigration est un prob­lème, mais on ne le dit pas », Michèle Cot­ta

Michèle Cotta est une journaliste et écrivain française née en juin 1937 à Nice. Elle est la fille de Jacques Cotta, avocat pénaliste et maire SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière, ancêtre du PS) de Nice de 1945 à 1947. Sa mère, Hélène Scoffier était également avocate. Michèle Cotta est la sœur de l’économiste Alain Cotta et la demi-sœur du journaliste et réalisateur Jacques Cotta, ainsi que de l’avocate Françoise Cotta.

Michèle Cot­ta est divor­cée de l’éditeur Claude Tchou. Avec ce dernier, elle a eu deux enfants, Thier­ry et Stéphanie. En 1992 elle se remarie avec Philippe Bar­ret, inspecteur général de l’Éducation Nationale et con­seiller tech­nique dans plusieurs min­istères de Jean-Pierre Chevène­ment.

Formation

Avant d’entreprendre des études, Michèle Cot­ta avait d’abord hésité à entre­pren­dre une car­rière de comé­di­enne. Elle est doc­teur en sci­ences poli­tiques et fut l’élève de René Rémond (his­to­rien et poli­to­logue français, mem­bre de l’Académie française, décédé en 2007).

Parcours professionnel

Michèle Cot­ta débute sa car­rière en tant que jour­nal­iste poli­tique pour le quo­ti­di­en né durant la sec­onde guerre mon­di­ale « Com­bat – Le Jour­nal de Paris », elle y est alors pigiste.

1959

Michèle Cot­ta obtient pour le jour­nal « Com­bat » un entre­tien avec François Mit­ter­rand (alors séna­teur de la Nièvre) à la suite du fameux atten­tat de l’Observatoire.

1963
Michèle Cotta en 1974

Michèle Cot­ta en 1974

Michèle Cot­ta est embauchée à L’Express (un jour­nal qu’elle qual­i­fie de « vraie famille) par Françoise Giroud. À par­tir de là, elle recon­naît avoir obtenu beau­coup de révéla­tions des hommes poli­tiques en usant de son charme et de sa féminité.

1976–1980

Michèle Cot­ta col­la­bore au mag­a­zine Le Point. Elle est présente égale­ment sur les ondes de la radio France Inter, ain­si que sur RTL ou elle devient rédac­trice en chef au début de l’année 1980.

1981

Elle est nom­mée par Pierre Mau­roy (alors Pre­mier Min­istre), avec l’accord du Prési­dent de la République François Mit­ter­rand, au poste de Prési­dente de Radio France.

1982–1986

Michèle Cot­ta pré­side la Haute Autorité de la Com­mu­ni­ca­tion Audio­vi­suelle (le prédécesseur du Con­seil Supérieur de l’Audiovisuel – CSA). Un poste qu’elle occu­pera jusqu’à l’arrivée de Jacques Chirac, le nou­veau pre­mier min­istre la cohab­i­ta­tion.

1987–1992

Michèle Cot­ta devient direc­trice de l’information à TF1 pri­vatisée.

1988

Michèle Cot­ta ani­me les débats télévisés du sec­ond tour des élec­tions prési­den­tielles français­es avec Jean Bois­son­nat et Elie Van­nier.

1993

Michèle Cot­ta présente « La revue de presse » sur France 2.

1999–2000

Elle est nom­mée direc­trice générale de France 2.

2002

Le groupe AB (groupe audio­vi­suel français) nomme Michèle Cot­ta au poste de prési­dente du con­seil de sur­veil­lance de sa fil­iale Absat.

2003–2008

Michèle Cot­ta occupe le poste de Prési­dente du Comité d’histoire de la Télévi­sion (CHTV).

2009

Pour le deux­ième tome des Cahiers secrets de la Vème République, Michèle Cot­ta est récom­pen­sée du ‘’prix du livre poli­tique’’.

2011

Michèle Cot­ta quitte la Com­mis­sion de déon­tolo­gie d’Ende­mol (groupe de pro­duc­tion de télévi­sion néer­landais présent dans 22 pays), suite à la dif­fu­sion de pro­grammes qu’elle trou­ve ‘’vul­gaires ‘’.

2012

Michèle Cot­ta fait par­tie du jury de l’émission « Qui veut devenir prési­dent ? » pour France 4.

2014

Elle intè­gre le nou­veau Con­seil de sur­veil­lance du quo­ti­di­en Nice-Matin. Un con­seil de sur­veil­lance chargé d’« épauler » la rédac­tion, mais aus­si et surtout de gou­vern­er.

Michèle Cot­ta est aujourd’hui enseignante à Sci­ences Po Paris et vice-prési­dente de la chaîne IDF1 où elle ani­me l’émission poli­tique « Michèle Cot­ta ». Sur tous les fronts, elle est égale­ment la doyenne du pôle de com­mu­ni­ca­tion judi­ci­aire de l’Ecole Nationale de la Mag­i­s­tra­ture.

Elle écrit régulière­ment pour : Le Nou­v­el Écon­o­miste en tant que chroniqueuse poli­tique, Nice-Matin, Le Point.

Depuis 2014

Elle est régulière­ment invitée à l’émis­sion quo­ti­di­enne C dans l’air sur la chaine publique France 5 et à 24h en ques­tion sur LCI.

Rentrée 2017

Elle annonce sa retraite à demi-mots dans son livre Quelle his­toire ! Car­nets secrets 2016–2017 sur l’élection de Macron : « ce sera à d’autres que moi de com­menter le nou­veau livre de la Ve République qui vient de s’ouvrir ».

Publications

  • Michèle Cotta, Le rose et le gris

    Michèle Cot­ta, Le rose et le gris

    La Col­lab­o­ra­tion, 1940–1944, édi­tion Armand Col­in (ouvrage tiré de sa thèse de 3éme cycle por­tant le même titre), 1963.

  • Les élec­tions prési­den­tielles de 1965 (en col­lab­o­ra­tion avec Jean-François Rev­el), édi­tion Imprimerie Bus­son, 1966.
  • Les miroirs de Jupiter, édi­tion Fayard, 1986.
  • La six­ième République, édi­tion Flam­mar­i­on, 1992.
  • Les secrets d’une vic­toire, édi­tion Flam­mar­i­on, 1999.
  • Car­net secrets de la prési­den­tielle : mars 2001 – mai 2002, édi­tion Plon, 2002.
  • Politic Cir­cus, édi­tion L’Archipel, 2004.
  • Cahiers secrets de la Vème République 1965–1977, tome 1, édi­tion Fayard, 2007.
  • Cahiers secrets de la Vème République 1977–1986, tome 2, édi­tion Fayard, 2008.
  • Cahiers secrets de la Vème République 1986–1997, tome 3, édi­tion Fayard, 2009.
  • Cahiers secrets de la Vème République 1997–2007, tome 4, édi­tion Fayard, 2010.
  • La Rose et le Gris : prélude au quin­quen­nat de François Hol­lande, édi­tion Fayard, 2012.
  • Entre­tiens avec Michèle Cot­ta, Pierre Mau­roy, une vie social­iste, fon­da­tion Jean-Jau­rès, 2013.
  • Le monde selon Mit­ter­rand. Com­bats, pen­sées, arrière-pen­sées, piques, polémiques, Édi­tions Tal­landi­er, 2015, 336 p.
  • Com­ment en est-on arrivé là ?, éd. Robert Laf­font, 2016
  • Quelle his­toire ! Car­nets secrets 2016–2017, Robert Laf­font, 2017

Ce qu’elle gagne

Non ren­seigné

Parcours militant

Non ren­seigné

Collaborations

Dans son livre inti­t­ulé « Une vie social­iste », Pierre Mau­roy revient sur une suc­ces­sion d’entretiens avec Michèle Cot­ta.

Elle a dit

« La gauche pense que je ne suis pas engagée, et la droite pense que je suis hos­tile », reportage Empreintes, 2010.

« Pour dire la vérité, je trou­vais que Jean-Jacques Ser­van-Schreiber instru­men­tal­i­sait les femmes, mais je m’en foutais com­plète­ment parce que ça me don­nait l’occasion de faire du jour­nal­isme poli­tique, ce que je voulais », à pro­pos de ces pre­miers pas au jour­nal L’Express, reportage Empreintes, 2010.

« J’étais à la Haute Autorité quand Jacques Chirac est arrivé au pou­voir, en 1986, et j’ai fait par­tie des pre­mières per­son­nes qu’il a reçues en me dis­ant : “Bah ! Excuse-moi, mais tu gicles !” », reportage Empreintes, 2010.

« J’avais émis des réserves sur Secret sto­ry, qui ne m’avait déjà pas embal­lée. Mais Car­ré Vii­ip, ce n’est plus pos­si­ble. Les valeurs défendues par cette émis­sion ne sont pas pos­i­tives. L’idée d’être célèbre à tout prix, ce n’est vrai­ment pas bien », Télé 2 semaines, 2011.

« Marine Le Pen doit être inter­viewée comme n’importe quel invité. Le mieux est d’être naturel, de pré­par­er ses dossiers. C’est ce qu’a fait Anne-Sophie Lapix lors de sa dernière inter­view avec elle ; elle a réus­si à la “coin­cer” en douceur. Cepen­dant, si on peut faire ça avec Marine Le Pen, ce n’est qu’à con­di­tion de le faire avec tout le monde », Atlanti­co, 2012.

« Jean-Marie Le Pen était très dif­fi­cile à inter­view­er. Si on était com­plaisant avec le père on se fai­sait tax­er “d’apprenti-raciste” et si on était agres­sif, ça pas­sait mal à la télévi­sion et on don­nait l’air de traiter l’invité dif­férem­ment. Marine Le Pen est quand même plus facile à inter­view­er que son père », Atlanti­co, 2012.

« Servi ou desservi d’être une femme ? Bizarrement, les deux. Cela m’a beau­coup desservie au début de ma vie pro­fes­sion­nelle, entre 20 et 30 ans. Je voulais faire du jour­nal­isme poli­tique, ce qui a été longtemps, et l’était encore (ce n’est plus le cas), réservé aux hommes : dif­fi­cile de démon­tr­er, à l’époque, ma crédi­bil­ité. J’avais tous les diplômes néces­saires (licence, Sci­ences Po, doc­tor­at de sci­ences poli­tiques) mais, dans l’esprit des hommes poli­tiques, mon âge et mon sexe ne cadraient pas avec mon emploi », La Revue civique, print­emps-été 2012.

« Mon obsti­na­tion dans le jour­nal­isme poli­tique a été sans faille pen­dant vingt ans. Que j’ai mon­té des march­es, pro­gres­sive­ment, mal­gré l’idée, qui restait dans l’esprit de cer­tains qu’une femme valait la moitié d’un homme. J’ai tra­vail­lé d’ailleurs deux fois plus », ibid.

« L’essentiel est de rester naturel. C’est d’ailleurs le plus dif­fi­cile. Ne pas ten­ter de jouer la viril­ité : cela ne con­va­inc per­son­ne, donc ne sert à rien, sinon à une affec­ta­tion qui ne cor­re­spond pas à votre per­son­nal­ité. Ne pas ten­ter de séduire […] Surtout ne pas minaud­er », ibid.

« J’ai bien com­pris que, si j’étais nom­mée, ce n’était pas à cause de cer­taines qual­ités unique­ment, mais à cause de cette fameuse « dis­crim­i­na­tion pos­i­tive » qui oblige les hommes à réserv­er une place aux femmes. Encore faut-il not­er que cette impul­sion a été don­née par des hommes poli­tiques, et notam­ment Valéry Gis­card d’Estaing qui le pre­mier, a don­né aux femmes des min­istères tra­di­tion­nelle­ment occupés par des hommes. Sans ce coup de pouce là, suivi d’autres, rien ne se serait passé », ibid.

« Moche et minable ! », Michèle Cot­ta à pro­pos de la con­férence de presse du prési­dent de la République François Hol­lande, en direct sur France 2, jan­vi­er 2014.

« Spec­ta­cle minable d’une his­toire qui devait rester privée, il affaib­lit le prési­dent au pire moment », Michèle Cot­ta à pro­pos du livre de Valérie Tri­er­weil­er, Le Point, 2014.

« Macron a le mérite du courage », Le Point, 2014.

« On le sait tous que l’immigration est un prob­lème, mais on ne le dit pas », Michèle Cot­ta lors d’une con­férence revenant sur le suc­cès du dernier livre d’Eric Zem­mour ‘’Le sui­cide français’’, 2014.

« Le quin­quen­nat [de Hol­lande] a com­mencé par deux ans ratés. Il était con­va­in­cu que le dia­logue social était pos­si­ble. Mais il faut bien dire que la CGT d’un côté et les patrons ne l’ont pas aidé », Europe 1, 06/10/2016.

« Pour le moment, ça met en l’air nos théories sur la Ve République où il y avait depuis des années : oppo­si­tion / majorité, majorité / oppo­si­tion (…) Ça prou­ve que la notion des par­tis, les Français en avaient assez. Et je crois que les Français trou­vaient que ces cli­vages étaient imbé­ciles parce que cela con­sis­tait à dire « non » à ce que dit la droite si on est à gauche, et « non » à ce que dit la gauche si on est à droite », au sujet de Macron, Pub­lic Sénat, 28/11/2017.

« Rap­pelez-vous, quand Nico­las Sarkozy est arrivé au pou­voir, il a défait […] pas mal de ce qu’a fait Chirac […] Quand François Hol­lande est arrivé, il a détru­it beau­coup de choses de Nico­las Sarkozy. C’est vrai que l’on ne peut pas deman­der aux Français de s’y retrou­ver. On a l’impression que sou­vent, à force de détru­ire ce que font les autres, on fait du sur­place. Et ça, à mon avis, c’est une des raisons essen­tielles de la mon­tée d’Emmanuel Macron », ibid.

« Il ne fait rien par hasard. Alors de temps en temps, ça peut ter­ri­fi­er d’avoir un homme comme ça, aus­si con­stru­it. Mais on peut penser que le hasard ou la force des choses, peut-être un jour, le pren­dra à revers », ibid, au sujet de Macron

« Macron est un tueur souri­ant », TV5 Monde, 21/12/2017.

« Macron est un home hors normes, hors normes poli­tiques […] pen­dant sa cam­pagne, il y avait des morceaux très chris­tiques », Quelle his­toire, car­nets secrets 2016–2017 (2017).

Ils ont dit

« Elle en fait dix fois trop, mais elle adore la poli­tique, elle ne peut pas s’en pass­er, même au début de la cam­pagne pour la prési­den­tielle, quand tout le monde trou­vait ça ennuyeux au pos­si­ble, pour elle c’é­tait pas­sion­nant », Danièle de La Gorce, Libéra­tion, 2002.

« La vie d’une Michèle Cot­ta qui va à l’an­niver­saire de Bay­rou et boit un pastis avec Gayssot. Proche de Mit­ter­rand et de Chirac », Libéra­tion, 2002.

« Dans les années soix­ante-dix, Michèle Cot­ta et son alter ego de droite, Cather­ine Nay, bat­tent ensem­ble le pavé à l’Assem­blée, créant un jour un scan­dale par­mi les huissiers qui s’of­fusquent de leurs tenues : une mini­jupe pour Nay, un tailleur-pan­talon écar­late pour Cot­ta », Libéra­tion, 2002.

« Elle est totale­ment fascinée par le pou­voir (…) Elle a des yeux plus con­va­in­cants que ses argu­ments », à pro­pos de l’attitude de Michèle Cot­ta dans les années 1960, Libéra­tion, 2002.

« Elle aime les hommes et ils le sen­tent », Danièle de La Gorce, Libéra­tion, 2002.

« De la télé à la radio, d’un amour à l’autre, de la droite à la gauche, du pub­lic au privé, Michèle Cot­ta papil­lonne », Libéra­tion, 2002.

« La jour­nal­iste ne s’est jamais cachée de ses rela­tions avec les poli­tiques, et Jacques Chirac ne s’est jamais caché de ses rela­tions avec les jour­nal­istes féminines. D’après les rumeurs qui courent sur les aven­tures extra-con­ju­gales de nos chefs d’État, repris­es par les auteurs du livre ”Sexus Politi­cus”, deux anciens prési­dents auraient eu leurs habi­tudes avec ces deux jeunes femmes, et Jacques Chirac pour­rait bien être de ceux-là… », Femme Plan­et, 2010 (NB : Sexus Politi­cus est un ouvrage écrit par Christophe Dubois (Le Point) et Christophe Deloire (Le Parisien) paru en 2006, trai­tant de l’im­por­tance de la sex­u­al­ité dans la poli­tique française)

« Tant qu’il lui restera une once d’én­ergie, Michèle Cot­ta pour­suiv­ra son méti­er : celui de jour­nal­iste poli­tique », Le Figaro, 2011.

« Telles deux per­les enchâssées dans un écrin, Michèle Cot­ta et Cather­ine Nay affolèrent ain­si les haras de la République dont elles sil­lon­nèrent les couliss­es, gre­niers et boudoirs », dans le livre Les ama­zones de la République – Sexe et jour­nal­istes à l’Élysée de Renaud Rev­el, 2013.

« “Cash” et sans détours, on la vit sor­tir un jour toute guillerette de l’hôtel Cal­i­for­nia, à Paris, ou elle avait rejoint un respon­s­able poli­tique : “j’ai des infos !” lança-t-elle », dans le livre Les ama­zones de la République – Sexe et jour­nal­istes à l’Élysée de Renaud Rev­el, 2013.

« Femme de con­vic­tion et obser­va­trice aguer­rie de notre vie poli­tique, Michèle Cot­ta brosse le tableau édi­fi­ant d’un chaos sans précé­dent dans l’his­toire de la Ve République. Au fil de ses ren­con­tres et de ses échanges avec les prin­ci­paux acteurs de cette séquence hors normes — de François Hol­lande, Manuel Valls ou Emmanuel Macron à Nico­las Sarkozy, Alain Jup­pé, François Bay­rou et Marine Le Pen -, elle nous plonge dans les couliss­es d’une incroy­able dérive où la déliques­cence des idées se con­jugue à l’im­puis­sance des gou­ver­nants, à gauche, et à l’a­n­ar­chie des ambi­tions, à droite », France Cul­ture, 2016.

« Michèle Cot­ta aime autant son méti­er qu’elle aime la poli­tique. La fille du maire de Nice est née dedans, elle y est restée. Enrôlée dans les troupes d’élite de « L’Ex­press ” de l’époque, le chef était Françoise Giroud, Michèle fut, avec Cather­ine Nay, l’un de ses deux adju­dants. Giroud les lança à l’as­saut de l’Assem­blée. De la salle des Qua­tre-Colonnes, elles étaient la cinquième. Per­son­ne n’a su mieux recueil­lir les con­fi­dences des hommes poli­tiques, com­pren­dre leur stratégie, anticiper leurs revire­ments. Depuis 1963, Michèle Cot­ta ne se déplace pas sans ses cahiers, mieux, elle les a con­servés », Les Échos, 27/10/2017.

« Elle oscille entre la sat­u­ra­tion face à cet exer­ci­ce [les car­nets poli­tiques] et, à demi-mots, la con­trar­iété face au renou­velle­ment du paysage poli­tique, devenu plus dif­fi­cile à com­menter pour ceux qui avaient leurs réseaux et leurs habi­tudes », Pub­lic Sénat, 28/11/2017.

Sa nébuleuse

Cather­ine Nay, Danièle de La Gorce, Françoise Giroud, Robert Namias.

Crédit pho­to : DR

Voir aussi

Related Posts

None found

Censure dans les médias et sur les réseaux sociaux

L'étau se resserre chaque semaine sur la liberté d'opinion et d'expression. Pour combattre la censure il faut déjà l'identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).