Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Plenel accuse à tort un responsable du FN de menaces de mort

9 février 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Plenel accuse à tort un responsable du FN de menaces de mort

Plenel accuse à tort un responsable du FN de menaces de mort

Invité du « Grand Journal » de Canal+ jeudi 5 février, Edwy Plenel a indiqué avoir fait une déposition au commissariat du XIème arrondissement suite à des menaces de morts proférées à l’encontre de deux journalistes de Médiapart, Marine Turchi et Alexandre Laske, par Axel Loustau, trésorier du micro-parti de Marine Le Pen, « Jeanne ».

« Ils lui ont dit “on va te tuer”, “on va t’at­ten­dre chez toi”, il y a une vio­lence de l’en­tourage de Marine Le Pen, qui est d’une vieille extrême-droite assez bru­tale », a‑t-il déclaré.

Le lende­main, la Société des jour­nal­istes de Médi­a­part dénonçait égale­ment dans un com­mu­niqué une « agres­sion par des respon­s­ables du micro-par­ti de Marine Le Pen », indi­quant que des « men­aces de mort » avaient été proférées le 30 jan­vi­er à l’en­con­tre des deux jour­nal­istes qui « fai­saient leur tra­vail d’en­quête dans des con­di­tions tout à fait claires et trans­par­entes ».

Selon Plenel, Marine Turchi et Alexan­dre Laske se sont retrou­vés, au métro de la Porte de Saint-Cloud, cernés « par un groupe de qua­tre à cinq per­son­nes, par­mi lesquelles Axel Lous­tau ». « Le plus vir­u­lent et le plus menaçant était Olivi­er Duguet », a‑t-il pour­suivi expli­quant que ce dernier a « fon­cé comme un fou furieux sur Marine Turchi, cher­chant à l’a­gress­er physique­ment, en la tutoy­ant et en lui lançant : ‘Je vais te tuer !… Je vais te retrou­ver !… Je vais t’at­ten­dre en bas de chez toi !… ’ »

Pour­tant, il sem­blerait que la scène ne se soit pas déroulée telle qu’elle est décrite par Médi­a­part. Mis en cause directe­ment par Plenel sur le plateau du « Grand Jour­nal », Axel Lous­tau a téléphoné ven­dre­di à Alexan­dre Laske pour lui deman­der des explications.

Enreg­is­trant son appel, il rap­pelle qu’il n’a pas men­acé de mort Mme Turchi, ce que con­firme son inter­locu­teur. Pire : la jour­nal­iste et M. Lous­tau ont même été pren­dre un café après les faits ! Aus­si, le con­texte de l’al­ter­ca­tion n’a pas été men­tion­né par Médi­a­part. Et pour cause… selon le tré­sori­er de « Jeanne », les envoyés de Plenel seraient venus jusqu’à son bureau et auraient même « essayé de forcer la porte de la mai­son de (s)on ami »… On est loin des « con­di­tions tout à fait claires et trans­par­entes » d’un tra­vail jour­nal­is­tique honnête…

Quand à Marine Le Pen, à qui Medi­a­part demandait de « con­damn­er sans ambiguïté aucune ces agisse­ments », sa réponse a été des plus directes : « Je ne réponds pas à Médi­a­part. » À raison ?

Voir nos portraits de Marine Turchi et d’Edwy Plenel, ainsi que notre infographie de Mediapart

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.