Accueil | Actualités | Médias | Plenel accuse à tort un responsable du FN de menaces de mort
Pub­lié le 9 février 2015 | Éti­quettes : , ,

Plenel accuse à tort un responsable du FN de menaces de mort

Invité du « Grand Journal » de Canal+ jeudi 5 février, Edwy Plenel a indiqué avoir fait une déposition au commissariat du XIème arrondissement suite à des menaces de morts proférées à l'encontre de deux journalistes de Médiapart, Marine Turchi et Alexandre Laske, par Axel Loustau, trésorier du micro-parti de Marine Le Pen, « Jeanne ».

« Ils lui ont dit "on va te tuer", "on va t'attendre chez toi", il y a une violence de l'entourage de Marine Le Pen, qui est d'une vieille extrême-droite assez brutale », a-t-il déclaré.

Le lendemain, la Société des journalistes de Médiapart dénonçait également dans un communiqué une « agression par des responsables du micro-parti de Marine Le Pen », indiquant que des « menaces de mort » avaient été proférées le 30 janvier à l'encontre des deux journalistes qui « faisaient leur travail d'enquête dans des conditions tout à fait claires et transparentes ».

Selon Plenel, Marine Turchi et Alexandre Laske se sont retrouvés, au métro de la Porte de Saint-Cloud, cernés « par un groupe de quatre à cinq personnes, parmi lesquelles Axel Loustau ». « Le plus virulent et le plus menaçant était Olivier Duguet », a-t-il poursuivi expliquant que ce dernier a « foncé comme un fou furieux sur Marine Turchi, cherchant à l'agresser physiquement, en la tutoyant et en lui lançant : 'Je vais te tuer !... Je vais te retrouver !... Je vais t'attendre en bas de chez toi !... ' »

Pourtant, il semblerait que la scène ne se soit pas déroulée telle qu'elle est décrite par Médiapart. Mis en cause directement par Plenel sur le plateau du « Grand Journal », Axel Loustau a téléphoné vendredi à Alexandre Laske pour lui demander des explications.

Enregistrant son appel, il rappelle qu'il n'a pas menacé de mort Mme Turchi, ce que confirme son interlocuteur. Pire : la journaliste et M. Loustau ont même été prendre un café après les faits ! Aussi, le contexte de l'altercation n'a pas été mentionné par Médiapart. Et pour cause... selon le trésorier de « Jeanne », les envoyés de Plenel seraient venus jusqu'à son bureau et auraient même « essayé de forcer la porte de la maison de (s)on ami »... On est loin des « conditions tout à fait claires et transparentes » d'un travail journalistique honnête...

Quand à Marine Le Pen, à qui Mediapart demandait de « condamner sans ambiguïté aucune ces agissements », sa réponse a été des plus directes : « Je ne réponds pas à Médiapart. » À raison ?

Voir nos portraits de Marine Turchi et d'Edwy Plenel, ainsi que notre infographie de Mediapart

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This