Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Plan social à l’AFP : 125 postes supprimés et l’immeuble du siège à vendre

21 octobre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Plan social à l’AFP : 125 postes supprimés et l’immeuble du siège à vendre

Plan social à l’AFP : 125 postes supprimés et l’immeuble du siège à vendre

Début 2018, l’AFP prévoyait une hausse de son chiffre d’affaires (CA) de 2,5% avec un résultat net à l’équilibre, après une progression de 0,5% en 2017, tout en ratiboisant les investissements de 3 millions d’euros en un an (7,9 millions d’euros en 2018). L’agence, qui estimait son besoin d’argent à 60 millions d’euros en cinq ans, avait vu son directeur Emmanuel Hoog lâché par l’État une fois Macron arrivé au pouvoir, et avait laissé un trou financier de 5 millions d’euros en 2016 et 4,7 en 2017. Vient le moment de payer l’addition et elle va être lourde : l’AFP va connaître un lourd plan social.

Hoog recasé

Mais ce n’est pas Hoog qui paiera – il s’est lais­sé débar­quer et a été recasé par Macron comme ambas­sadeur du numérique, un poste nébuleux grasse­ment payé où il sera entre autres respon­s­able de la lutte con­tre les fakes news/infox – au détri­ment de son prédécesseur sarkozyste David Mar­ti­non, expédié comme ambas­sadeur certes plénipo­ten­ti­aire et extra­or­di­naire, mais… en Afghanistan.

Immeuble à vendre et plan social

Pre­mière­ment, l’immeuble his­torique du siège parisien devrait être ven­du – si tout au moins les impôts ne seront pas plus élevés que 20% de la plus-val­ue prévue. La vente devrait être décidée d’ici la fin de l’année et est déjà en butte à l’hostilité ouverte des six syn­di­cats et de la société des jour­nal­istes.

Comme l’AFP ne demande plus que 17 mil­lions d’euros d’aides publiques au lieu des 60 demandés par Hoog sur cinq ans, dans le cadre du fonds de trans­for­ma­tion de l’action publique, elle a lancé aus­si un plan de réduc­tion de la masse salar­i­ale. Venu « du privé », Fab­rice Fries renoue avec ses méth­odes – et ses vieux démons – qui lui ont fait divis­er les résul­tats et le nom­bre d’employés de Pub­li­cis Con­sult­ing, qu’il a dirigé de 2008 à 2016, par deux. Et qu’il a aban­don­née avec 4,5 mil­lions d’euros de déficit.

L’AFP a 1500 jour­nal­istes, 2400 col­lab­o­ra­teurs de 80 nation­al­ités dif­férentes et un CA annuel de 300 mil­lions d’euros dont 131,5 mil­lions d’euros d’aides éta­tiques aux­quelles se rajoutent 21,6 mil­lions d’abonnements pour plus de 1100 ser­vices de l’État avec une « remise de quan­tité » de 20%. Elle est présente dans 151 pays et pro­duit plus de 5000 dépêch­es, 3000 pho­tos et 250 vidéos par jour.

Fab­rice Fries veut donc sup­primer 125 postes (dont 40 jour­nal­istes) et revenir à l’équilibre en 2021. Il s’agit en fait de recruter 35 jour­nal­istes, mais aus­si de ne pas rem­plac­er 160 départs naturels et d’en inciter d’autres à par­tir moyen­nant une enveloppe de 13 mil­lions d’euros. Il s’agirait de réduire de 2,4 à 1,3% par an l’évolution des charges de l’AFP et de 16,5 mil­lions d’euros en cumulé d’ici 2023. En revanche, il n’y aura que 8 mil­lions d’euros d’investissements, portés sur la vidéo pour l’essentiel.

Appel à la grève

Si tim­o­ré qu’il soit – l’AFP est soutenue par l’État, donc le con­tribuable – ce plan a ren­con­tré l’hostilité du SNJ qui a soutenu que la « diminu­tion nette de l’emploi, a for­tiori rédac­tion­nel […] risque de ne plus per­me­t­tre à l’A­gence d’ex­ercer con­ven­able­ment sa mis­sion d’in­former » ; la CGT juge le plan « irrecev­able », SUD « mal pré­paré ». Le 11 octo­bre les six syn­di­cats de l’AFP ont adop­té par 261 voix pour, 2 absen­tions et 0 con­tre une motion com­mune qui appelle à trois heures de débrayage le 18 octo­bre 2018 de 10 à 13h [heure de Paris], jour du comité d’entreprise où le PSE doit être présen­té.

« Les organ­i­sa­tions syn­di­cales toutes caté­gories de l’AFP (CGT, SNJ, CFDT, FO, SUD et CFE-CGC) s’op­posent au plan de sup­pres­sion de 125 postes nets présen­té par Fab­rice Fries au con­seil d’ad­min­is­tra­tion du 4 octo­bre qui fait porter un lourd risque sur la mis­sion d’in­térêt général de l’a­gence », indique briève­ment le texte de la motion, qui indique aus­si qu’une « nou­velle assem­blée générale aura lieu jeu­di 18 octo­bre à 15h, à l’issue du CE ».

Crédit pho­to : Pho­tos et Voy­ages via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.