Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Comment l’ultra-gauche mène sa guerre de l’information
Publié le 

26 novembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Comment l’ultra-gauche mène sa guerre de l’information

Comment l’ultra-gauche mène sa guerre de l’information

Dans un entretien à TV Libertés, le journaliste Pierre-Alexandre Bouclay, auteur d’une enquête sur l’ultra-gauche dans un récent numéro de Valeurs Actuelles, revient sur les méthodes très structurées de l’extrême-gauche pour gagner la guerre médiatique.

La dernière offen­sive en date est la con­tes­ta­tion de la con­struc­tion d’un bar­rage à Sivens, à laque­lle le reporter-baroudeur s’est ren­du incog­ni­to. S’il ne s’y est pas présen­té en tant que jour­nal­iste, comme il l’avait fait aupar­a­vant, c’est parce que, estime-t-il, « si on veut faire un bon tra­vail, la seule solu­tion c’est l’in­fil­tra­tion ».

Dans le cas con­traire, se présen­ter comme un jour­nal­iste accrédité con­duit à être « pris en charge par le groupe et totale­ment encadré ». À Sivens par exem­ple, les jour­nal­istes offi­ciels avaient « droit » à deux heures de vis­ite par jour et devaient porter un signe dis­tinc­tif. Les mil­i­tants, soumis à des con­signes de silence à leur égard, leur fai­saient vis­iter des ZAD (Zone à Défendre) « Potemkine », bien loin de la réal­ité.

« Ils vous dis­ent ce que vous pou­vez filmer, mais surtout ce que vous devriez filmer », explique M. Bouclay avant d’a­jouter qu’ils « vous con­seil­lent très forte­ment vos angles, ce qui est absol­u­ment anti-jour­nal­is­tique ». La seule solu­tion con­siste alors à se fon­dre par­mi eux, incog­ni­to, d’au­tant que les jour­nal­istes sont jugés « à la tête du client ». Par exem­ple, ceux de TF1, LCI, BFMTV et de La Dépêche du Midi ont été « virés manu mil­i­tari » de la man­i­fes­ta­tion.

Une fois passée cette étape de l’in­fil­tra­tion, M. Bouclay a pu voir et analyser leurs méth­odes très struc­turées de lutte mais aus­si de guerre de l’in­for­ma­tion.

L’une de leurs prin­ci­pales armes est « l’ac­tion sym­bol­ique ». Par exem­ple, les zadistes utilisent des « clowns de com­bat » chargés de venir danser devant les policiers. Le but ? « Capter l’at­ten­tion des caméras ». Car « un CRS qui “gaze” une fille grimée en clown, c’est pas très cool, mais pour eux c’est super ». Le jour­nal­iste ajoute que « les filles vont, tout à fait délibéré­ment, se faire “gaz­er”. Parce que leur but, c’est de créer de l’im­age, qu’il y ait des caméras qui fil­ment ».

Autre méth­ode : le lancer de peluches. Une peluche, « c’est mignon ». Et là aus­si, les caméras sont attirées comme un papil­lon vers la flamme. Sauf qu’après cette mise en bouche bien sym­pa­thique, les mil­i­tants passent à l’ac­tion vio­lente. Et alors les peluches et les nez rouges se trans­for­ment en pierre ou en cock­tails Molo­tov…

Toutes ces pra­tiques sont loin d’être spon­tanées. Comme l’ex­plique Pierre-Alexan­dre Bouclay, tout est com­pilé dans un ouvrage édité, une sorte de manuel de guéril­la (Gueril­la Kit, la Décou­verte, 2008) qui détaille avec grande pré­ci­sion les moyens à employ­er con­tre la police et à l’é­gard des médias pour men­er une action effi­cace. Et autant dire que le résul­tat est au ren­dez-vous.

C’est ain­si que les jour­nal­istes se retrou­vent manip­ulés et livrent, pour leurs dif­férents médias, une vision tout à fait incor­recte des événe­ments. L’ex­em­ple le plus récent restera les affron­te­ments autour du bar­rage de Sivens, où les gen­darmes ont été mis en cause de manière uni­latérale après la mort du jeune zadiste Rémi Fraisse.

Crédit pho­to : jordibern­abeu et pierre-selim via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision