Accueil | Actualités | Médias | Benjamin Stora et l’Algérie française : quand la pétition du Monde fait un flop
Pub­lié le 27 novembre 2019 | Éti­quettes : , , , , , ,

Benjamin Stora et l’Algérie française : quand la pétition du Monde fait un flop

L’hebdomadaire Valeurs Actuelles a consacré son hors-série d'octobre 2019 à l’histoire de l’Algérie française. Un article paru à l’occasion, intitulé “Benjamin Stora, historien officiel”, revenait sur la vision de cette guerre de ce professeur d’histoire à l’université Paris-XIII, juif d’Algérie, ancien trotskiste et toujours proche de la gauche de la gauche. Fréquemment adulé par ses camarades idéologiques, Stora fait aussi l’objet de critiques régulières comme en témoigne par exemple, cette pétition.

Cet article n’a pas plu à l'Intelligentsia qui s’est empressée de crier à “l’antisémitisme” véhiculé par ce “journal islamophobe” (sic). Le Monde est allé jusqu’à se faire l’écho d’une pétition de soutien au chercheur qui aurait été signée par 400 “intellectuels”, dont l’économiste socialiste Thomas Piketty ou le démographe Hervé Le Bras.

Le Monde et Les Inrocks en première ligne pour Benjamin

La majorité des rares articles sur le sujet reprennent principalement les arguments de Stora, qui se dit sur son site internet, victime d’une “attaque antisémite” similaire à celles lors de l’affaire Dreyfus (rien que ça !). Ces articles relaient la pétition.

Le Monde et Les Inrocks sont les plus remontés (Politis étant hors catégorie) contre Valeurs Actuelles, qualifié unanimement “d’ultraconservateur”, Le Monde parle même d’une “charge d’une rare violence” portée par cette “droite dure décomplexée”. Ensuite, les deux médias relaient largement ce nombre de « 400 » signataires alors qu’ils ne sont que 285 sur le site de Benjamin Stora

L’Obs et France Info sont d’ailleurs bien plus modérés en ne parlant uniquement de “plus de 250 signataires”, se limitant à évoquer le “conservateur” Valeur Actuelles et rapporter les propos de Stora et de Bruno Larebière, auteur de l’article pointé du doigt.

Autre obsession du Monde et des Inrocks : rappeler que “Macron avait accordé un long entretien fin octobre” à l’hebdomadaire, comme s’ils cherchaient à créer dans la tête de leurs lecteurs de vilains amalgames, qu’habituellement ils sont si prompts à dénoncer. Politis en fait de même tout en parlant par ailleurs “d’hebdomadaire d’extrême droite”, “nauséabond”, rappelant “les pires opuscules de Rebatet, Drieu, Céline ou Brasillach avant 1945” (resic), ce qui n’étonnera pas venant de cet hebdomadaire proche de l'extrême gauche.

Libération, Médiapart et cie, aux abonnés absents

C’est au total seulement une petite dizaine d’articles qui relaient cette “odieuse attaque” dont aurait été victime l’universitaire, sans oublier Yahoo actualités, Orange et France 24, s’étant contentés de copier-coller France Info.

Libération, Médiapart, Marianne et d’autres grands journaux n’ont pas écrit une ligne sur cette “affaire” ! Edwy Plenel s’est contenté de tweeter.

Le sujet semble tellement passionner que le premier article est venu de Politis et sorti le 14 novembre (le dossier était d’octobre !), 6 jours plus tard Le Monde s’est réveillé, pour être enfin suivi par quelques articles dans les jours suivants. Pas facile de défendre nos Dreyfus du XXIe siècle dans cette France nauséabonde.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This