Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Patrick Drahi a des soucis avec le fisc suisse

14 janvier 2023

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Patrick Drahi a des soucis avec le fisc suisse

Patrick Drahi a des soucis avec le fisc suisse

14 janvier 2023

Temps de lecture : 2 minutes

Ce contenu est gratuit. L’Ojim vous informe sur ceux qui vous informent. Son indépendance repose sur les dons de ses lecteurs. Après déduction fiscale, un don de 50 € revient à 17 €, un don de 100 € revient à 34 €.

Patrick Drahi (SFR, BFM, RMC, Libération, actionnaire minoritaire de L’Express) est un homme qui a la réputation d’être à la fois discret, travailleur et organisé. Très organisé sur le plan financier. Trop organisé sur le plan fiscal, dit le fisc genevois qui lui réclame la bagatelle de 7,4 milliards de francs suisses (autant d’euros).

Heidi News chef de file, l’Ojim serre-file

Celui qui a levé le lièvre, c’est le site suisse heidi.news qui s’intéresse depuis courant 2022 à tra­vers plusieurs enquêtes aux activ­ités de Patrick Drahi en Suisse, puisque l’oligarque fran­co-israélien y réside offi­cielle­ment. Mais nous savons égale­ment que le fisc genevois s’est appuyé en par­tie sur notre info­gra­phie sur Patrick Drahi (voir infra, troisième image).

Nous y indiquions que si Mon­sieur Drahi est domi­cil­ié à Zer­matt, très chic sta­tion de ski du Valais, sa rési­dence prin­ci­pale sem­blait plutôt se situer à Genève où se trou­vent ses bureaux et où réside sa famille. Pourquoi le Valais ? Pourquoi Zer­matt ? Pour le ski ? Plutôt pour une fis­cal­ité net­te­ment plus clé­mente aux grandes for­tunes rési­dant en Suisse que celle de Genève. Les avo­cats de Mon­sieur Drahi se sont d’ailleurs étran­glés que le fisc suisse puisse s’appuyer sur notre info­gra­phie qui n’a par ailleurs jamais été contestée.

Voir aus­si : Patrick Drahi, infographie

Des sous ! des sous ! des sous !

Et beau­coup de sous. Prenons notre cal­culette. La péri­ode con­sid­érée va de 2009 à 2016, ce qui implique qu’une autre action pour­rait être entre­prise pour la péri­ode 2016/2022. Pour la pre­mière péri­ode, le fisc genevois réclame 3,7 mil­liards de francs suiss­es d’arriérés d’impôts, plus une somme équiv­a­lente en pénal­ités, total 7,4 mil­liards d’équivalent en euros. C’est l’aimable propo­si­tion de « rec­ti­fi­ca­tion fis­cale » du can­ton de Genève datant du 30 juin 2021 (source heidi.news). Il est dou­teux que cette somme soit réclamée en total­ité, une trans­ac­tion à l’amiable étant tou­jours pos­si­ble. Il n’est pas pos­si­ble de savoir si ce redresse­ment fis­cal touche égale­ment les mon­tages « sportifs » d’optimisation fis­cale pour la col­lec­tion d’art de Patrick Drahi, ni les activ­ités par­fois étranges de sa fon­da­tion car­i­ta­tive. Si au total, les sommes sont trop impor­tantes, nous sug­gérons une col­lecte inter­na­tionale pour venir en aide aux mil­liar­daires en dif­fi­culté. Avec encar­ts sur BFM, Libéra­tion, RMC et L’Express.

Voir aus­si : Zoom sur la fon­da­tion suisse de Patrick Drahi

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés