Accueil | Actualités | Médias | Pascale Clark n’a plus de carte de presse… Patrick Cohen non plus
Pub­lié le 11 mars 2015 | Éti­quettes : , ,

Pascale Clark n’a plus de carte de presse… Patrick Cohen non plus

Titulaire d'une carte de presse depuis plus de 30 ans, Pascale Clark s'est vue, samedi dernier, refuser le renouvellement de la sienne.

La Commission de la Carte d'identité des journalistes professionnels (CCIJP) lui a en effet fait savoir par lettre recommandée que son émission « A'Live », qu'elle anime chaque soir sur France Inter n'avait pas « de caractère d'émission d'information ».

Lundi soir, l'ex-journaliste s'est donc mue en DJ Clark et a diffusé de la musique en lieu et place de son programme. « Alors comme je ne suis pas journaliste, je m'en voudrais d'usurper tel titre ou telle carte. Ce soir, et peut-être d'autres suivront, voici DJ Clark. DJ, il paraît qu'on peut exercer sans carte professionnelle », a-t-elle lancé à l'antenne. Le Secours Populaire, sujet originel de l'émission, attendra...

Pascale Clark estime, et c'est effectivement le cas, que « A'Live » diffuse certes de la musique mais également de l'info avec des chroniques et des invités en bonne et due forme. « Les journalistes qui ont retiré sa carte de journaliste à @PascaleClark sont souffrants. On devrait leur retirer leur carte Vitale », a réagi avec humour Bernard Pivot sur Twitter. Mardi matin dans son billet quotidien sur France Inter, Patrick Cohen a moqué cette décision et a décidé de découper sa carte de presse en solidarité avec sa consœur. « Une carte de presse coupée en deux, et qui part à la poubelle, c'est une bonne chose de faite », a-t-il déclaré.

Voir nos portraits de Pascale Clark et de Patrick Cohen

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This