Accueil | Actualités | Médias | Paris vu des USA : du « melting pot » « aux zones de non-droits »
Pub­lié le 15 janvier 2015 | Éti­quettes : ,

Paris vu des USA : du « melting pot » « aux zones de non-droits »

Que donne-t-on à penser de nous au monde ? Un élément de réponse se situe peut-être sur la chaîne conservatrice américaine Fox News.

Bien qu'exagéré sur bien des points, le portrait que dresse un expert américain, Nolan Petersen, de la ville de Paris est pour le moins rédhibitoire. Ainsi ce journaliste spécialisé dans les zones de conflits affirme qu'il existe, en France, plus de 700 « no-go zones », autrement dit des zones de non-droit ou, plus directement, des quartiers où les « non-musulmans » ne sont pas les bienvenus, précise Fox News.

Celui-ci se base sur le nombre de ZUS (Zones urbaines sensibles) où le gouvernement « a abandonné son autorité à la communauté musulmane ». Cela crée des zones « gouvernées par la charia », avance Nolan Petersen. Un portrait certes grossièrement dressé, suivi d'un mea culpa de l'intéressé, comme se sont empressés de le rappeler certains médias français – les ZUS étant officiellement des zones définies « par les pouvoirs publics pour être la cible prioritaire de la politique de la ville, en fonction des considérations locales liées aux difficultés que connaissent les habitants » –, mais qui en dit long sur la réalité perçue. En effet, nul n'ignore que dans certains quartiers déjà, la police ne se rend plus, ou très rarement.

Nolan Petersen, qui a visité ces territoires, poursuit son récit en décrivant une vie « assez effrayante » dans ces endroits où, dit-il, des musulmans se baladent « avec des tee-shirts d'Oussama Ben Laden ». « Je suis allé en Afghanistan, en Irak, au Cachemire et parfois, cela ressemblait à cela », assure-t-il. Et d'ajouter : « Les Américains seraient choqués de savoir qu'à partir de la tour Eiffel, il suffit de prendre un taxi pendant dix minutes pour se retrouver dans des rues qui ressemblent à celles de Bagdad. »

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur cet état des lieux hâtif et exagéré ; mais ne pourrait-on pas en dire autant de l'analyse aux extrêmes antipodes qui est faite par d’autres médias ? Un exemple récent illustre parfaitement ce contraste, et pour le trouver il suffit de rester de l'autre côté de l'Atlantique avec un article du New York Times paru en décembre.

Celui-ci dresse un portrait idéal de la ville de Paris en présentant la capitale française comme un gigantesque « melting pot » où toutes les civilisations se brassent en parfaite harmonie. Pour le Times, Paris n'est pas que Paris. La ville lumière est également une fenêtre sur Dakar ou Casablanca, avec ses quartiers qui fleurent bon l'Orient. Et le quotidien américain d'inviter ses lecteurs à se rendre... à la Goutte d'or.

Le New York Times ignore (sans doute) que ce qu'il préconise est actuellement le calvaire des touristes chinois, qui se sentent de plus en plus en insécurité à Paris. En Chine d'ailleurs, les médias déconseillent fortement de se rendre dans la capitale française. Fréquemment victimes d'agressions et de vols à l'arrachée, pas sûr que les touristes chinois (connus pour transporter sur eux de grosses sommes en liquide) aient envie de suivre les conseils du Times et d'aller s'imprégner du parfum de Bagdad à Ménilmontant...

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux