Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Paris Première fonde beaucoup d’espoir sur « Zemmour <span class="amp">&</span> Naulleau »

8 mai 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Paris Première fonde beaucoup d’espoir sur « Zemmour & Naulleau »

Paris Première fonde beaucoup d’espoir sur « Zemmour & Naulleau »

Une belle saison qui s’achève, et une nouvelle pleine de promesses en perspective.

Lancée en 2011 pour réu­nir les deux com­pères après leur évic­tion d’« On n’est pas couché », « Zem­mour & Naul­leau » se porte de mieux en mieux. Tout d’abord dif­fusée à 23 heures le ven­dre­di, l’émis­sion pro­duite par Troisième Œil Pro­duc­tions est depuis passée en prime time sur Paris Pre­mière. « Ça n’a pas changé notre manière d’abor­der les débats. Ni ten­sion ni retenue. Nous avons pris ce change­ment d’ho­raire comme une recon­nais­sance de la bonne san­té édi­to­ri­ale de l’émis­sion », explique Éric Naul­leau.

Chaque mer­cre­di, elle réu­nit de 120 000 à 130 000 téléspec­ta­teurs, score tout à fait hon­or­able pour une chaîne payante. « Nous sommes très con­tents des audi­ences. (…) Cela a per­mis à la case du mer­cre­di de pro­gress­er de 40 %. Zem­mour & Naul­leau est la deux­ième mar­que de Paris Pre­mière », fait savoir Jonathan Curiel, le directeur général de la chaîne.

Pour cette dernière sai­son, de nom­breux ajuste­ments ont fait leurs preuves. Tout d’abord, le temps de parole à été « rééquili­bré », Éric Zem­mour ayant ten­dance à par­ler plus que son acolyte… L’en­chaîne­ment des rubriques a été ryth­mé, les mag­né­tos améliorés, et Tan­guy Pas­tureau ani­me désor­mais une chronique humoris­tique très appré­ciée.

La sai­son prochaine, elle, se pro­longera jusqu’aux lég­isla­tives et sera même ral­longée d’une demi-heure afin de per­me­t­tre plus de développe­ment et de débat, ce débat plus « libre » qui la dis­tingue des autres émis­sions. « On est là pour dis­cuter, con­vers­er, échang­er des idées. On ne veut pas à tout prix la petite phrase qui sera reprise dans les autres médias », analyse Éric Zem­mour. Ain­si, depuis un an, on y laisse plus de place pour les intel­lectuels aux avis tranchés. « C’est très agréable de dis­cuter avec eux. C’est stim­u­lant d’échang­er avec Finkielkraut », estime Zem­mour. Et Naul­leau d’a­jouter : « Ils n’ont pas la langue de bois d’un homme poli­tique. Ils n’ont pas de fidél­ité avec tel ou tel par­ti et, surtout, ils sont en avance sur les thèmes de débat. »

Ain­si la sai­son prochaine s’an­nonce-t-elle pleine de promess­es. « Nous allons met­tre le paquet l’an prochain avec des émis­sions spé­ciales au fur et à mesure qu’on se rap­prochera de la prési­den­tielle. Il va y avoir de nou­velles rubriques et un peu plus de jeunesse. Il faut que ça jail­lisse, que ce soit plus vir­u­lent. Bref, que l’on soit sur un vrai ring ! », espère M. Curiel.

Une dynamique encour­ageante alors que Paris Pre­mière cherche à pass­er sur la TNT gra­tu­ite. Pour plaider son dossier, elle dis­pose de mar­ques fortes comme « La Revue de presse », « Polo­ni­um » et, bien sûr, « Zem­mour & Naul­leau ». « Nous sommes dif­férents avec des émis­sions qui devan­cent quelques chaînes de la TNT. Lun­di, la Revue de Presse en payant a fait dix fois plus que LCI en clair », souligne Jonathan Curiel, bien décidé à réformer encore la for­mule de « ZEN » pour lui attir­er plus de suc­cès.

Il reste à espér­er que la quête effrénée du grand pub­lic et du « rythme » à tout prix ne nuise pas à l’âme de l’émis­sion pour la faire ressem­bler à toutes les autres, à la mode Canal+

Voir nos portraits d’Éric Zemmour et d’Éric Naulleau

Sur le même sujet

Related Posts

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision