Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pacte européen sur la migration et l’asile : les médias de grand chemin en campagne pour plus d’immigration

7 octobre 2020

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Veille médias | Pacte européen sur la migration et l’asile : les médias de grand chemin en campagne pour plus d’immigration

Pacte européen sur la migration et l’asile : les médias de grand chemin en campagne pour plus d’immigration

Mercredi 23 septembre 2020, la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, a présenté aux médias et aux gouvernements des pays de l’Union européenne les grandes lignes du futur pacte européen sur la migration et l’asile. S’il est adopté, ce pacte fixera pour les prochaines années de nouvelles règles pour l’accueil des migrants extra-européens par les différents pays de l’UE. Comment les médias ont-ils présenté le pacte dévoilé par la présidente de la Commission européenne ? Nous sommes partis à l’exploration…

Le document « brut »

La pro­jet de pacte européen sur la migra­tion et l’asile est un doc­u­ment de 37 pages que la Com­mis­sion européenne a adressé aux autres insti­tu­tions de l’UE, en vue de son adop­tion. Il con­tient 7 objec­tifs déclinés en mesures opéra­tionnelles. Une annexe ren­voie à des propo­si­tion de nou­veaux règle­ments, de mod­i­fi­ca­tion de règle­ments exis­tants, etc. D’autres doc­u­ments en ligne sur le site de la Com­mis­sion européenne explici­tent les propo­si­tions con­tenues dans le pacte. Une somme très dense d’informations que les médias ont dû assim­i­l­er en peu de temps et avec la place sou­vent lim­itée qu’ont bien voulu lui accorder les rédac­teurs en chef.

La préparation de l’annonce du pacte européen sur la migration

Bien avant la présen­ta­tion offi­cielle du pro­jet de pacte sur la migra­tion le 23 sep­tem­bre, la com­mis­saire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johans­son, a mul­ti­plié les déc­la­ra­tions dans les médias à ce sujet. S’il ne s’agissait pas offi­cielle­ment d’une cam­pagne visant à ral­li­er l’opinion publique, ça y ressem­ble beau­coup…

Le quo­ti­di­en La Croix a pub­lié en juin, en col­lab­o­ra­tion avec le quo­ti­di­en catholique ital­ien Avvenire et le jour­nal néer­landais Ned­er­lands Dagd­lad, une série d’enquêtes sur la prise en charge des deman­deurs d’asile en Europe. Celle-ci se con­clut par une inter­view de la Com­mis­saire européenne qui affirme  :

«Il est cru­cial d’ouvrir autant de voies de migra­tion légale que pos­si­ble ». Elle ajoute : « Nous avons besoin de migrants. Notre société vieil­lit. Nous devons créer de nou­velles voies d’immigration légale ».

Voilà qui a le mérite de la clarté.

A mesure que la date de présen­ta­tion du pacte approche, la Com­mis­saire européenne mul­ti­plie les déc­la­ra­tions et se répand en élé­ments de lan­gage. Le midi libre, Euronews, Slate, etc. : les titres sont nom­breux à repren­dre ses déc­la­ra­tions. L’incendie début sep­tem­bre du camp de Moria en Grèce par des migrants sem­ble le moment oppor­tun pour dévoil­er le pro­jet de pacte aux gou­verne­ments européens et à l’opinion publique. Une « urgence » de pren­dre des mesures fortes s’imposerait. Oui mais, lesquelles ?

Un report dû à la Turquie

L’annonce du pacte européen sur la migra­tion, ini­tiale­ment prévue fin 2019, a en effet été con­trar­iée notam­ment par la ten­ta­tive de sub­mer­sion migra­toire de la Grèce par la Turquie en début d’année 2020, qui a envoyé des mil­liers de migrants franchir la fron­tière tur­co-grecque. Puis la prop­a­ga­tion du coro­n­avirus et le con­fine­ment dans les pays européens a de nou­veau reporté l’annonce de la com­mis­sion européenne.

Le con­texte économique actuel, avec des mil­lions d’européens acculés au chô­mage, est-il plus prop­ice à l’annonce de l’ouverture de « nou­velles voies de migra­tion » ? Aucun doute ne sem­ble étrein­dre la com­mis­saire européenne quand elle s’adresse aux médias.

Une de ses réso­lu­tions est répétée en boucle dans les médias de grand chemin, à l’image de Slate, d’Euronews,  etc. : « Il n’y aura pas de nou­veau Moria », en faisant allu­sion à la révolte de cer­tains migrants pour sor­tir du camp où ils rési­dent . Une révolte attisée par un incendie volon­taire qui se renou­velle le 9 sep­tem­bre à Les­bos, comme nous en informe le Parisien, puis le 20 sep­tem­bre sur l’Ile de Samos selon Sud-Ouest, etc. Les médias de grand chemin se mon­trent d’une grande dis­cré­tion sur le fait que l’incendie volon­taire sem­ble désor­mais util­isé par des clan­des­tins pour faire pres­sion sur les pays européens pour organ­is­er des relo­cal­i­sa­tions. Ce que les gou­verne­ments alle­mands et français, notam­ment, s’empressent de faire.

Des médias partagés

Le pacte européen sur la migra­tion et l’asile est présen­té par­fois sans aucun com­men­taire. Il est plus sou­vent présen­té comme trop restric­tif vis-à-vis des flux migra­toires.

Plusieurs sites d’information sur l’actualité européenne con­sacrent des arti­cles assez fouil­lés et factuels sur le pro­jet de pacte européen sur la migra­tion, comme Toute l’Europe.

La tonal­ité des arti­cles des sites de think tanks pro con­struc­tion européenne comme celui de l’Institut Jacques Delors est plutôt pos­i­tive, même si quelques cri­tiques affleurent ici ou là. Ils fig­urent dans les pre­mières occur­rences du moteur de recherche « Google », comme si l’algorithme était pro­gram­mé pour reléguer les cri­tiques en arrière-plan…La Fon­da­tion Robert Schu­man a quant à elle con­sacré fin 2019 un arti­cle argu­men­té sur la poli­tique migra­toire com­mune et les enjeux du futur pacte européen sur la migra­tion.

Euronews inter­viewe simul­tané­ment le 26 sep­tem­bre une eurodéputée social­iste, un respon­s­able de l’ONG Open arms et un eurodéputé du Fidesz hon­grois. Deux inter­venants pro-migra­tion pour un réfrac­taire à l’immigration, on devrait presque se réjouir….

De nombreuses tribunes aux ONG pro-immigration

Les pro­pos des per­son­nes inter­viewées dans de nom­breux arti­cles pub­liés sur le pro­jet de pacte sont dans le reg­istre mil­i­tant. Tous ou presque soulig­nent que ses dis­po­si­tions ne per­me­t­tent pas d’ouvrir suff­isam­ment les vannes à l’immigration extra-européenne. On est par le choix des per­son­nes inter­rogées dans un reg­istre mil­i­tant.

La Voix du nord estime que « L’Europe doit prou­ver que, face au défi migra­toire, elle est une civil­i­sa­tion ». On aura com­pris que pour le quo­ti­di­en région­al, ouvrir en grand les vannes de l’immigration est un moyen de …pro­téger la civil­i­sa­tion et la cul­ture européenne. Com­prenne qui pour­ra…

Comme de nom­breux médias, l’Express donne le 23 sep­tem­bre en con­clu­sion d’un arti­cle con­sacré à ce sujet la parole à une asso­ci­a­tion immi­gra­tionniste.

Mil­i­tan­tisme tou­jours avec New24 qui inter­viewe le prési­dent de l’International Res­cue Com­mit­tee :

« Il est temps que l’UE redé­marre et inten­si­fie la réin­stal­la­tion des réfugiés après le COVID-19 ».

Le site d’information Eurac­tiv donne égale­ment une tri­bune à un respon­s­able d’ONG et titre sur « l’incohérence française ». « La sit­u­a­tion des réfugiés en France est loin d’être exem­plaire, notam­ment si on la com­pare à celle de son alliée d’outre-Rhin », affirme docte­ment le coor­di­na­teur général de Médecins du monde.

Médi­a­part est dans le même reg­istre le 23 sep­tem­bre en don­nant la parole à un respon­s­able d’OXFAM : « La com­mis­sion cède aux gou­verne­ments anti-immi­gra­tion ».

Présen­ter l’accueil tou­jours plus impor­tant de migrants comme une néces­sité et une oblig­a­tion morale, cette posi­tion n’est pas nou­velle dans les médias français, comme nous le rap­pe­lions notam­ment dans un arti­cle en juil­let 2018.

Le mes­sage est reçu 5 sur 5 par la secré­taire d’Etat Mar­lène Schi­ap­pa qui s’empresse d’annoncer la créa­tion de 4 000 places sup­plé­men­taires d’hébergement en France pour les migrants en 2021, nous apprend Fdes­ouche. Des places qui vien­dront s’ajouter aux 98 400 déjà exis­tantes selon Forum Réfugiés en octo­bre 2019 et dont la pro­gres­sion s’accélère avec le prési­dent Macron…

Certains médias présentent plutôt négativement le projet de pacte sur la migration (pas assez laxiste)

L’Obs souligne que même si le pacte prévoit une « sol­i­dar­ité oblig­a­toire », il pour­rait per­me­t­tre d’augmenter les retours.

Le Monde, comme l’Obs et de nom­breux autres, donne le 5 octo­bre la parole à un think tank immi­gra­tionniste : « Faute de con­va­in­cre les pays rétifs à l’accueil des migrants, l’Europe cède à leurs exi­gences ».

Sur les ondes de France cul­ture, les argu­ments d’une invitée ne s’embarrassent pas de nuances. La chercheuse Vir­ginie Guiraudon présente au micro de la radio affil­iée à l’Etat français son analyse d’un aspect de la poli­tique migra­toire européenne : « A Les­bos, l’U­nion européenne a créé un mon­stre ». La gauche Castafiore sait don­ner de la voix au moment oppor­tun. Elle sait égale­ment, grâce aux porte-voix qu’on lui offre, pou­voir être enten­due dans les hautes sphères.

Des articles favorables à la restriction de l’immigration beaucoup plus rares

Les arti­cles et exposés qui cri­tiquent les « nou­velles voies d’immigration » que la com­mis­sion européenne souhaite ouvrir et les « relo­cal­i­sa­tions » oblig­a­toires des migrants arrivés sur les côtes européennes sont plus rares.

Sur You tube, Flo­ri­an Philip­pot des Patri­otes décor­tique assez minu­tieuse­ment dif­férentes dis­po­si­tions du pro­jet de pacte, des pré­ci­sions que peu, voire aucun média, n’apportent.

Le Figaro inter­viewe le délégué général de l’Institut Thomas More, Jean Thomas Lesueur. Ce dernier pointe le fait que l’économique prime sur les « prob­lèmes exis­ten­tiels » qui sec­ouent les pays européens.

Dans un autre arti­cle titré « Berlin pousse L’UE à l’accueil des migrants », le quo­ti­di­en nous apprend qu’une coali­tion de maires fait pres­sion sur l’exécutif alle­mand et brux­el­lois pour organ­is­er un accueil plus large des migrants dont le périple s’est pour le moment arrêté en Grèce, en Ital­ie ou en Espagne. Bien que l’économie européenne subisse une sévère dépres­sion et que des mil­lions d’Européens per­dent leur emploi, l’ambition de Madame Johans­son est bien de faciliter l’accès aux pays européens de mil­lions d’extra-européens.

Valeurs actuelles souligne notam­ment qu’en dépit de l’annonce de plus de fer­meté, l’UE ne fer­merait pas la porte aux clan­des­tins.

Le quo­ti­di­en Présent titre sur la « sol­i­dar­ité oblig­a­toire » que prévoit le pro­jet de pacte. La total­ité de l’article est très cri­tique. Il insiste notam­ment sur les sanc­tions pris­es con­tre les pays de l’UE qui refuseraient d’accueillir des migrants ou de financer leur retour.

Un échange nour­ri de nom­breux élé­ments factuels est organ­isé par Atlanti­co entre Edouard Hus­son et Arnaud Lachaize dans un arti­cle mis en ligne le 21 sep­tem­bre.

Le pacte européen sur la migration ou la tentative de concilier les plus fervents immigrationnistes

Mis à part de rares arti­cles pure­ment factuels, il n’est pas éton­nant à la lec­ture du pro­jet de pacte européen sur la migra­tion que celui-ci fasse l’objet de fortes cri­tiques venant tant de la droite que de la gauche, tant des pro­gres­sistes que des pop­ulistes.

En recher­chant le con­sen­sus entre les 27 pays européens, la com­mis­sion européenne a prévu dans le pro­jet de pacte des mesures visant à accueil­lir encore et tou­jours plus de migrants et, « en même temps », à ren­forcer les fron­tières extérieures de l’Europe.

D’un côté, un mécan­isme automa­tique et per­ma­nent de répar­ti­tion des migrants arrivant en Europe, des moyens de coerci­tion à l’encontre des pays qui soit refusent des migrants, soit refusent de con­tribuer à leur prise en charge et à l’organisation du retour au pays de cer­tains d’entre eux, le rôle des ONG croisant en méditer­ranée con­trac­tu­al­isé avec l’Union européenne, des sanc­tions con­tre les pays qui lim­i­tent la libre cir­cu­la­tion dans l’espace Schen­gen, etc.

De l’autre, un ren­force­ment du corps de garde-fron­tières et garde côtes FRONTEX, le développe­ment du sys­tème d’information d’identification des migrants, la pos­si­bil­ité de refouler des clan­des­tins avant qu’ils n’arrivent en Europe, une procé­dure d’asile allégée pour cer­taines caté­gories de migrants afin de faciliter les retours.

Chaque média a pu y faire son marché et le choix des per­son­nal­ités inter­rogées pour le com­menter est sou­vent très révéla­teur. Et dans l’immense majorité des cas, il ne s’agit pas de sim­ples citoyens européens mais de représen­tants d’ONG qui font de la défense et de la pro­mo­tion de l’immigration leur méti­er. Mais il ne man­querait plus que l’on demande l’opinion du peu­ple main­tenant….

La négo­ci­a­tion de la feuille de route de l’Union européenne et des pays la com­posant en matière d’immigration risque d’être ten­due et dif­fi­cile, compte tenu des nom­breux enjeux en la matière. On peut s’attendre à ce que de nom­breux médias con­tin­u­ent de faire un lob­by­ing effi­cace pour en gom­mer les aspects restric­tifs. Le qua­trième pou­voir mérite par­fois son nom.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.

Derniers portraits ajoutés

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.