Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Ouest-France à la reconquête des bénéfices

17 août 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Ouest-France à la reconquête des bénéfices

Ouest-France à la reconquête des bénéfices

Malgré deux années de pertes consécutives, Ouest-France espère être bénéficiaire en 2014.

Le pre­mier quo­ti­di­en français, qui fêtait la semaine dernière ses 70 ans, n’est pas au beau fixe. En 2012, il affichait un bilan défici­taire pour la pre­mière fois de son his­toire (5 mil­lions de pertes). Un scé­nario qui s’est répété l’an­née suiv­ante, avec 4,8 mil­lions d’eu­ros de pertes.

Son chiffre d’af­faire recule égale­ment de 2%, à 327 mil­lions d’eu­ros, tout comme ses ventes qui ont enreg­istré une baisse de 2,16 % en 2013. Pour­tant, le quo­ti­di­en qui cou­vre 12 départe­ments de ses 53 édi­tions reste le pre­mier jour­nal français, loin devant Le Figaro et Le Monde. Une sta­bil­ité due à « la bonne tenue du portage », qui représente plus de 60 % des ventes.

Du côté des recettes pub­lic­i­taires, on est égale­ment dans le rouge. Celles-ci ont reculé de 7 % en 2013, à 108 mil­lions d’eu­ros, et pour­suiv­ent leur chute en 2014 (-9 % par rap­port à juin 2013).  « La pub­lic­ité com­mer­ciale et les annonces légales sont en baisse, mais la chute la plus forte con­cerne les petites annonces », a souligné Jean-Paul Bouch­er, directeur général délégué du titre.

Pour sor­tir de cette mau­vaise spi­rale, Ouest-France mise sur la hausse de son prix. En mars dernier, celui-ci avait aug­men­té de 10 cen­times pour se porter à 0,95 euros. Aus­si, la direc­tion se penche sur les coûts de fab­ri­ca­tion. Dernière­ment, 35 mil­lions d’eu­ros ont été investis dans l’achat de deux nou­velles rota­tives qui por­tent les capac­ités d’im­pres­sion à 90 000 exem­plaires (con­tre 60 000 actuelle­ment). La pre­mière devrait être util­isée dès l’automne, la sec­onde en 2015–2016, et le quo­ti­di­en prévoit un retour sur investisse­ment dans moins de cinq ans.

Con­cer­nant les charges salar­i­ales, celles-ci ont été réduites par deux plans soci­aux : 158 postes sup­primés en 2012, et 66 départs volon­taires enreg­istrés pour l’in­stant pour ce qui est du sec­ond plan.

Enfin, la carte du numérique est impor­tante pour la direc­tion. Actuelle­ment, le nom­bre d’abonnés en ligne est seule­ment de 22 000. Ouest-France pré­pare une édi­tion du soir sur tablette pour en attir­er davan­tage.

Crédit pho­to : oper­abis via Flickr (cc)

Pour Jean-Paul Bouch­er, le groupe devrait dégager « un béné­fice de l’ordre de 9 mil­lions d’euros en 2014 » grâce à toutes ces mesures.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision