Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Orlando : un coup de la Manif pour Tous ?

6 août 2016

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Orlando : un coup de la Manif pour Tous ?

Orlando : un coup de la Manif pour Tous ?

[Pre­mière dif­fu­sion le 16 juin 2016] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

Un musulman commet un épouvantable massacre au nom d’Allah aux États-Unis ; en France, c’est la droite catholique qui est attaquée… L’aveuglement est à son comble. La plupart des médias ne peuvent pas voir la séquence historique que nous vivons, et ne la verront jamais. Leur monde s’écroulerait dans la seconde.

Après la tuerie d’Or­lan­do, qui a vu un musul­man abat­tre 50 per­son­nes dans un club gay, il fal­lait bien trou­ver un coupable idéologique­ment plus proche de l’ennemi que désig­nent sans relâche la plu­part des médias. Si beau­coup de médias ont par­lé d’acte ter­ror­iste, car c’en est évidem­ment un, cer­tains s’indig­nent de voir la dimen­sion « homo­phobe » de cette attaque occultée… au point de désign­er la Manif pour tous et « l’ex­trême-droite » comme les véri­ta­bles coupables !

Que n’au­rait-on pas enten­du si cette tuerie avait été com­mise par un extrémiste blanc. Partout les tri­bunes auraient fleuri pour dénon­cer la vio­lence de l’« extrême-droite », la résur­gence des heures les plus som­bres, etc. Seule­ment voilà, l’at­ten­tat est l’œuvre d’O­mar Mateen, un musul­man d’o­rig­ine afghane ayant prêté allégeance à l’É­tat islamique. Si le pro­fil n’est pas très « bank­able », les médias n’ont pu glob­ale­ment que con­stater le car­ac­tère ter­ror­iste de l’at­taque.

Mais cela n’é­tait pas suff­isant. Pour beau­coup de mil­i­tants LGBT, repris par de nom­breux médias, le mot « gay » était le grand absent des unes de quo­ti­di­ens. Voyez-vous, insis­ter sur l’acte con­duit inévitable­ment à se tourn­er vers son auteur : un islamiste. Alors que s’in­téress­er à la cible per­met de se con­cen­tr­er unique­ment sur l’ho­mo­pho­bie, au sens le plus large pos­si­ble, quitte à amal­gamer quelqu’un qui hait les gays au point de les mas­sacr­er et quelqu’un qui souhaite sim­ple­ment que cette homo­sex­u­al­ité ne vienne pas cham­bouler les insti­tu­tions au point de « chang­er de civil­i­sa­tion », comme le dis­ait Chris­tiane Taubi­ra elle-même…

« La vio­lence dont nous sommes les témoins, démon­tre que la haine homo­phobe et trans­pho­be peut être aus­si un prélude aux mas­sacres de masse », explique ain­si Nico­las Riv­i­di, mil­i­tant LGBT, dans une tri­bune sur le site du Huff­in­g­ton Post. Pour lui, qui s’est fait un devoir de remon­ter aux « racines de la haine », cette haine n’est pas le moins du monde motivée par l’idéolo­gie coranique mais plutôt par « l’idéolo­gie prônée par l’é­tat islamique », lequel sem­ble être sor­ti de nulle part. En effet, l’au­teur de la tuerie a, sem­ble-t-il, été inspiré par « une vision fan­tas­mée de la reli­gion ». Pire, celle-ci : « touche toutes les reli­gions sans dis­tinc­tion ».

Le lien avec l’is­lam étant incon­tourn­able, il fal­lait bien élargir… « Les trois reli­gions struc­turent la société depuis des siè­cles, et depuis des siè­cles leurs dogmes appel­lent au meurtre des homo­sex­uels », explique-t-il. Aus­si appelle-t-il les « insti­tu­tions religieuses » à « pren­dre la mesure de la respon­s­abil­ité qu’elles por­tent ». Ques­tion : dans quelle mesure l’Église catholique, au hasard, a‑t-elle un quel­conque lien avec un islamiste améri­cain lié à l’É­tat islamiste ? Vous avez qua­tre heures…

Tou­jours dans le Huff­in­g­ton Post, la jour­nal­iste Marine Le Bre­ton pre­nait le même chemin. « Même s’il s’ag­it d’une attaque revendiquée par Daech, la tuerie d’Or­lan­do, la plus meur­trière de l’his­toire des États-Unis, restera pour­tant cer­taine­ment dans les esprits comme un acte ter­ror­iste homo­phobe plutôt qu’is­lamiste », a‑t-elle estimé. La rai­son ? Il s’agis­sait d’un club gay emblé­ma­tique et nous étions au mois de juin, mois de toutes les gay pride… Cachez cet islamisme que je ne saurais voir…

Aus­si, con­cer­nant le tueur, il sem­blerait que « ses liens avec le ter­ror­isme islamique organ­isé sont, eux, encore flous ». Et Le Monde de renchérir : « Dans le cas d’Orlando, le débat est donc de savoir si la reven­di­ca­tion de l’attaque par Daech suf­fit à par­ler de “ter­ror­isme”, ou s’il faut atten­dre les avancées de l’enquête sur le pro­fil d’Omar Mateen et ses moti­va­tions pour se pronon­cer. » On ne savait pas les médias aus­si métic­uleux con­cer­nant les liens à faire entre les événe­ments et les per­son­nes. En revanche, pour faire le lien déli­rant entre cette attaque et la Manif pour tous, ces derniers ont sem­ble-t-il pris beau­coup moins de pré­cau­tions !

Après le tweet d’indig­na­tion de la Manif pour Tous ain­si que ceux de Chris­tine Boutin et de Robert Ménard, cer­tains mil­i­tants LGBT ont dénon­cé ces con­damna­tions sur les réseaux soci­aux. Aus­sitôt, en se cachant der­rière ces réac­tions, de nom­breux sites s’en sont don­nés à cœur joie en com­pi­lant les « meilleures » réac­tions. Partout, il était ques­tion d’in­sis­ter sur la nature inap­pro­priée de ces réac­tions offi­cielles. Pourquoi ? Con­cer­nant la Manif pour Tous, « cer­tains de ses mem­bres s’é­taient mon­trés par­ti­c­ulière­ment vio­lents lors des man­i­fes­ta­tions con­tre le mariage pour tous » (BFMTV). Chris­tine Boutin, n’avait-elle qual­i­fié l’ho­mo­sex­u­al­ité d’« abom­i­na­tion » ? (en ajoutant, mais cela n’a que trop peu été rap­pelé : « Mais pas la per­son­ne. Le péché n’est jamais accept­able, mais le pécheur est tou­jours par­don­né »). Croire que l’homosexualité est un péché ne relèverait donc plus d’une con­vic­tion accept­able mais d’une inci­ta­tion au mas­sacre…

Ain­si les per­son­nes qui étaient opposés au mariage pour tous, ban­nis du genre humain, n’ont-ils pas droit d’avoir de la com­pas­sion pour les 50 vic­times d’Orlando, étant enten­du que leur posi­tion poli­tique a armé le bras du tueur.… Yvan Rioufol, lui aus­si, a été som­mé par L’Obs de se garder de tout com­men­taire car « en mai 2013, Rioufol avait pub­lié sur son blog un bil­let… sobre­ment inti­t­ulé “Après le mariage gay, la polyg­a­mie ?” ». La chape de plomb autour de la ques­tion islamique étant si épaisse, les boucs-émis­saires d’« extrême-droite » habituels étaient des défouloirs tout trou­vés. Pour Nico­las Riv­i­di (Huff­in­g­ton Post), « bouff­is d’hypocrisie, ces dan­gereux pyro­manes sem­blent mar­quer une dis­tance avec les assas­sins qu’ils con­tribuent à créer ». Oui, on a bien lu : qu’ils con­tribuent à créer… Car en effet, les Ménard, Boutin et autres cadres de la Manif pour Tous « four­nissent le ter­reau idéologique dans lequel les auteurs d’actes LGBT-phobes puisent leur haine ». Alors, évidem­ment, « il faut com­pren­dre que cer­tains mes­sages ne passent pas » (Les Inrocks).

Et quand on se s’at­taque pas directe­ment à ces per­son­nes, c’est aux « reli­gions monothéistes » qu’on s’en prend, quand bien même aucun catholique ni aucun juif n’a été con­damné pour acte homo­phobe en France, et que les seuls cas de meurtres d’ho­mo­sex­uels impliquent des musul­mans, ou des pays musul­mans, où l’ho­mo­sex­u­al­ité est tou­jours punie par la loi. Pour l’av­o­cat Gilles-William Gold­nadel, « lorsqu’on pra­tique un amal­game aus­si grossier, c’est bien évidem­ment, encore une fois, pour ten­ter de dis­culper les crim­inels ».

Pen­dant qu’aux États-Unis la presse accuse Don­ald Trump de récupéra­tion, alors qu’Hillary Clin­ton fait un lien hors-sujet entre le mas­sacre et le port d’arme (les tueurs du Bat­a­clan n’avaient pas de port d’arme), la presse française préfère quant à elle éviter autant que pos­si­ble de faire l’« amal­game » entre ce nou­v­el atten­tat islamiste et l’is­lam. En revanche, lorsqu’il en ques­tion de mouiller l’« extrême-droite » qui n’a stricte­ment rien à voir là-dedans, la déon­tolo­gie métic­uleuse util­isée pour qual­i­fi­er l’acte d’O­mar Mateen s’é­va­pore soudaine­ment, comme dis­soute dans la vase puante du poli­tique­ment cor­recte qui inonde les rédac­tions à chaque atten­tat.

Pho­to : Ojim (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision