Accueil | Actualités | Médias | Olivier Bertrand, Marseille et le journalisme « viril »
Pub­lié le 11 septembre 2013 | Éti­quettes : , ,

Olivier Bertrand, Marseille et le journalisme « viril »

« C'est vrai qu'il y a quelque chose qui frappe quand on arrive dans cette ville. (…) Quelque chose d'animal, qui reléguerait celui qui ne peut pas, ou ne veut pas, en passer par la force. »

C'est le constat que fait, un peu désabusé, Olivier Bertrand, correspondant de Libération, dans la cité phocéenne. Dans un billet publié sur son blog, il raconte le « coup de fil ahurissant […], d'un journaliste de La Provence », qui « n'avait pas aimé un papier publié dans Libé ». Si l’on en croit Olivier Bertrand, le journaliste marseillais lui aurait déclaré « t'es une fiote et tu travailles dans un journal de merde », et également : « que tu sois un mauvais journaliste, ça me touche profondément parce que je suis journaliste aussi ». Des propos effectivement plutôt secs, et surtout plutôt inhabituels entre confrères...

Et le journaliste de Libé de conclure son propos par cette question : « quand un nombre croissant de très jeunes gens se tuent pour un trafic, un regard, un mot qui égratigne l'orgueil, est-ce que chacun ne devient pas un peu plus responsable de sa propre violence, de sa participation aux rapports agressifs entretenus dans cette ville ? »

Psychanalyse de groupe ? Règlement de compte entre confrères ? Ou découverte, brutale, de la réalité ?

Source : Chroniques de Mars - crédit photo : vandicla via Flickr (cc)

Voir aussi : Marseille est-elle maltraitée par les médias ?

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This